Flammekueche (tarte flambée alsacienne)

     Les derniers jours se sont faits particulièrement froids. Tellement froids qu’ils m’ont rappelé les marchés de Noël alsaciens et la souffrance qu’on endure parfois à y trépigner toute la journée. Mais heureusement, là bas il y a de quoi compenser : les magnifiques décorations, les artisans, le vin chaud et aussi bien évidemment la nourriture ! Il n’y a plus de décorations et pas d’artisan chez moi, mais la nourriture, ça, je peux la ramener dans ma cuisine ! Et que serait un marché de Noël sans flammekueche ? Si vous n’en avez jamais mangé il s’agit d’un genre de tarte avec une pâte très fine et croustillante, recouverte d’un mélange crème et fromage blanc, de lardons et d’oignons. Un délice qui réchauffe le corps et le cœur, accoudé sur un fut transformé en table d’appoint. Évidemment pas de four à pain ici, mais la cuisson au four traditionnelle fait parfaitement l’affaire pour pouvoir déguster cette merveille hors de notre belle Alsace ! J’ai piqué la recette chez Mélanie et elle est parfaite !

.

IMG_20200111_221908__01

.

Temps : 20mn de préparation + 15mn de cuisson
Conservation : 48h dans du papier alu au frigo
Pour 1 tarte flambée (4 à 6 personnes)

.

Ingrédients :

Pour la pâte

  • 270 g de farine
  • 5 cl d’huile
  • 15 cl d’eau tiède
  • 1 cuillère à café de sel

.

Pour la garniture

  • 2 oignons
  • 1 cuillère à soupe d’huile
  • 100 g de fromage blanc
  • 10 cl de crème fraîche épaisse
  • un peu de noix de muscade râpée
  • du poivre et du sel
  • 150 g de lardons

.

Recette :

Pour la pâte :

  • Mélangez tous les ingrédients ensemble et pétrissez-les pendant 5mn environ. Si la pâte vous parait trop collante ajoutez un peu de farine.
  • Préchauffez le four à 250°. Découpez une feuille de papier sulfurisé de la taille de votre plaque de cuisson (plate de préférence) ou de votre lèche-frite et étalez la pâte sur toute la surface. : elle doit être assez fine afin d’être croustillante.

.

Pour la garniture :

  • Émincez les oignons (pas trop finement) et faites les revenir dans une poêle avec l’huile jusqu’à ce qu’ils soient translucides. Mélangez le fromage blanc avec la crème fraiche. Assaisonnez avec une pincée de muscade, du sel (pas trop à cause des lardons) et du poivre. Étalez ce mélange sur la pâte puis répartissez de façon bien homogène les oignons et les lardons dessus.
  • Faites glisser le tout sur la plaque puis enfournez 15mn. Servez chaud avec de la salade par exemple.

Tarte tatin de Philippe Conticini

     La recette que je vous propose aujourd’hui est une que j’ai testé il y a bieeen bieeeen longtemps que je ressors des méandres des archives de mon téléphone. Je n’avais plus grand chose en stock et quand je l’ai vue, je me suis rappelée à quel point elle était délicieuse. Je n’ai pas l’habitude des tartes tatins car je ne suis pas une fan inconditionnelle de caramel mais la version de Philippe Conticini est juste parfaite : super vanillée, fondante. Un délice. Je n’avais pas eu le temps de faire le streusel noisette car je n’avais pas le temps mais je vous conseille de ne pas faire l’impasse car cela ne peut apporter que du positif à ce dessert déjà extraordinaire. Le seul point négatif est le temps de repos : la recette se fait sur deux jours pour que la tarte tatin révèle toute sa saveur. Il faudra donc être patient 😉 (par contre elle est très facile à réaliser donc là dessus, pas de panique)

.

20160206_175154__01

.

Temps : 30mn de préparation, 12h de réfrigération, 1h15 de cuisson
Conservation : quelques jours dans du papier d’alu au frigo
Pour 8 personnes

.

Ingrédients :

Pour le caramel :

  • 80g de sucre
  • 2 cuillères à soupe d’eau

.

Pour le jus tatin vanillé :

  • 1 gousse de vanille
  • 25g d’eau
  • 1 cuillère à soupe de jus de citron
  • 25g de sucre
  • 2 pincées de fleur de sel
  • 25g de beurre

.

Pour la tarte :

  • 6 pommes (golden de préférence)
  • 200g de pâte feuilletée
  • (un peu de sucre glace pour une des deux techniques)

.

20160206_142446__01

.

Recette :

Pour le caramel :

  • Faîtes fondre le sucre avec l’eau dans une poêle jusqu’à obtenir un caramel d’une belle couleur ambrée. Versez ce dernier immédiatement dans un moule antiadhésif de 22cm de diamètre et inclinez celui-ci afin que le caramel nappe tout le fond.

.

Pour le jus tatin vanillé :

  • Fendez la gousse de vanille en deux et grattez-en les grains. Versez tous les ingrédients (grains de vanille et gousse compris) dans une casserole et faites chauffer jusqu’à ce que le beurre et le sucre soient fondus. Enlevez alors la gousse et mixez.

.

Pour les pommes :

  • Préchauffez le four à 170°.
  • Épluchez, évidez les pommes puis coupez-les très finement à l’aide d’une mandoline pour obtenir des tranches de 2mm d’épaisseur environ (comme je n’en avais pas je l’ai fait au couteau). Superposez les lamelles de pommes de façon bien régulière dans le moule jusqu’à épuisement.
  • Arrosez les pommes avec le jus vanillé en le répartissant de façon homogène puis enfournez 50mn.
  • Laissez refroidir un peu à température ambiante. Filmez au contact puis posez des poids sur les pommes afin de les compresser. Laissez reposer au frigo comme ça pendant 12h afin que le « glaçage » se forme.

.

Pour la tarte :

  • Préchauffez le four à 180° puis étalez votre pâte feuilletée en un disque de 26cm de diamètre (3/4mm d’épaisseur). Deux choix s’offrent alors à vous.
  • Le meilleur (que je n’ai pas choisi à l’époque et qui est un peu plus long) : Déposez votre pâte sur une plaque de cuisson recouverte de papier sulfurisé. Recouvrez-la de papier cuisson et d’une grille. Enfournez-la 20/25mn jusqu’à ce qu’elle ait bien feuilleté et qu’elle soit cuite. Laissez refroidir à température ambiante. Préchauffez votre four à 240°. Saupoudrez votre pâte de sucre glace et enfournez 1 à 2mn pour la faire caraméliser. Ainsi, elle ne détrempera pas à cause des pommes. Placez votre moule avec les pommes au congélateur 40mn puis enfournez-le environ 5Mn dans un four à 150° afin de pouvoir le démouler. Une fois démoulées, placer enfin les pommes sur la pâte.
  • Le plus rapide : Déposez votre pâte sur les pommes et rabattez les côtés à l’intérieur du moule. Enfournez 25mn environ, démoulez puis laissez revenir à température ambiante avant de déguster.

Bananes flambées au rhum

     S’il y a une chose qui manque sur mon blog en terme de sucré, c’est bien les fruits. Que ce soit dans leur forme naturelle ou transformés en gâteau, mousses, crèmes et tutti quanti, il y en a au final trop peu sur mon blog qui privilégie bien plus la gourmandise du chocolat (même si je tente d’y remédier ces derniers temps). Afin d’amorcer le renouveau que je souhaite pour cette nouvelle année qui devrait apporter plus de variété dans mon arsenal culinaire (classiques de la pâtisserie française, cocktails, etc), je vous présente un dessert aussi facile à faire que gourmand : les bananes flambées au rhum ! Un délice 😀 (qui permet de se débarrasser des bananes un peu trop faites en plus !!!)

.

IMG_20200113_215130__01

.

Temps : 5mn de préparation
Conservation : à consommer immédiatement
Pour 2 personnes

.

Ingrédients :

  • 10g de beurre
  • 2 bananes
  • 10g de sucre vanillé ou de cassonade
  • 30g de raisins secs (optionnel mais personnellement j’adore car ils se marient parfaitement au rhum et à la banane !)
  • 5cL de rhum ambré

.

Recette :

  • Faîtes fondre le beurre dans une poêle sur feu moyen. Coupez vos bananes en deux dans le sens de la longueur et déposez-les dans la poêle. Dorez-les de chaque côté puis saupoudrez-les de sucre. Retournez-les à nouveau afin qu’elles caramélisent légèrement de chaque côté. Ajoutez les raisins secs si vous le désirez. Versez le rhum sur les bananes et flambez-les à l’aide d’une allumette, d’un allume feu ou d’un briquet. (Attention à bien éteindre le feu avant si vos plaques fonctionnent au gaz pour éviter tout incident). Une fois les flammes éteintes, servez immédiatement les bananes flambées avec les raisins secs accompagnées de chantilly, de glace à la vanille ou même de chocolat.

Galette des rois framboise chocolat

     C’est parti pour ma deuxième (et probablement dernière, mais on ne sait jamais :p) galette de 2020 ! Pour varier les plaisirs, mon copain a opté parmi tous les parfums que je lui ai proposé pour une galette framboise/chocolat. Cette version est composée de pâte feuilletée, de crème d’amande au chocolat et de framboises fraiches (enfin surgelées mais des vrais fruits quoi !). Elle était vraiment dé-li-cieuse. Et pour une fois je suis super heureuse du résultat ! Je la trouve presque parfaite gustativement ET visuellement, c’est la première fois que ça m’arrive ! J’étais comblée en la sortant du four (je la couvais du regard comme une maman inquiète tellement je voulais la réussir). Je vous propose donc une mise à jour de ma façon de faire pour un meilleur résultat ! (Comme quoi le travail paye quand on persévère !)

.

IMG_20200110_204925__01__01

.

Temps : 25mn de préparation, 1h de réfrigération et 35/40mn de cuisson
Conservation : Quelques jours dans du papier aluminium
Pour une galette de 28cm de diamètre (10/12 parts)

.

Ingrédients :

  • 150g de beurre mou
  • 150g de sucre glace
  • 150g de poudre d’amandes
  • 1,5 cuillère à café (5g) de fécule de pomme de terre
  • 1 + 1 pincées de sel
  • 150g de chocolat noir
  • 2 + 1 œufs
  • 2 rouleaux de pâte feuilletée (ou 500g de pâte feuilletée maison)
  • 150g de framboises surgelées (vu que ce n’est pas la saison)
  • 1 fève

.

IMG_20200110_183622__01__01

.

Recette :

  • Mélangez le beurre, le sucre glace, la poudre d’amandes, la fécule et une pincée de sel ensemble. Faites fondre le chocolat au micro-ondes ou au bain-marie puis incorporez-le au mélange précédent. Ajoutez enfin les 2 œufs. Ne travaillez pas trop le mélange : il ne doit pas devenir mousseux.
  • Séparez votre pâte feuilletée en deux et étalez sur un plan de travail fariné le premier pâton en un disque de 28cm de diamètre et le second en un disque de 30cm de diamètre. Déposez votre première pâte sur une plaque de cuisson recouverte de papier sulfurisé. Tracez légèrement un cercle de 26cm de diamètre dessus. Déposez-y la crème d’amande de façon régulière. La bordure de 2cm doit rester parfaitement nette. Répartissez les framboises sur la crème d’amande au chocolat en appuyant légèrement pour les enfoncer. Placez la fève vers le bord. Mouillez la bordure à l’aide d’un pinceau humidifié avec de l’eau. Déposez la seconde pâte sur la première en essayant de chasser l’air vers l’extérieur et soudez les deux ensemble en appuyant avec vos doigts sur les bords. Enlevez l’excédent de pâte tout autour de la galette (vous pouvez enlever environ 2cm de pâte, le fait d’avoir une seconde pâte plus large au dessus permet simplement de rendre le soudage plus facile). A l’aide d’un pinceau, dorez une première fois votre galette en la badigeonnant avec le dernier oeuf battu avec une pincée de sel en faisant attention de ne pas mettre de jaune d’œuf sur les côtés de la galette (cela empêcherait la pâte de bien monter). Laissez reposer 1H au réfrigérateur : le fait de refroidir la pâte feuilletée permettra qu’elle se développe mieux une fois au four.
  • Préchauffez le four à 200°. Dorez votre galette une seconde fois. Faites un trou au milieu de la tarte puis dessinez à l’aide du dos d’un couteau des motifs dessus. Chiquetez les côtés de la galette. Enfournez 10mn puis baissez la température du four à 180° et prolongez la cuisson de 25/30mn.
  • Si vous voulez une galette brillante comme celle que vous achetez en boulangerie, un peu avant la fin de la cuisson, faites chauffer 25g de sucre avec 25g d’eau dans une casserole jusqu’à ce que le mélange devienne translucide. Dès que la galette sort du four, badigeonnez-la du sirop de sucre ainsi obtenu à l’aide d’un pinceau.

Galettes des rois individuelles oranges confites et pépites de chocolat

     Bonne année à tous ! J’espère qu’elle vous apportera à votre famille et vous tout ce que vous désirez : santé, réussite, amour et beaucoup de gourmandise 😉
On se retrouve enfin après une (courte) pause d’une semaine ! Je n’ai pas trop pu cuisiner depuis Noël et je me suis retrouvée sans article intéressant à vous partager, j’ai donc décidé de prendre un peu de temps pour moi après une période de novembre/décembre productive ! Point de couronne pour cette Epiphanie mais une recette de galette des rois (un peu en retard mais il parait qu’on peut en manger tout le mois de janvier après tout !) qui s’écarte des classiques frangipane et crème d’amandes que j’ai déjà pu vous partager. Je suis encore en quête d’une technique infaillible pour que mes galettes soient aussi belles que bonnes mais soyez certains que dès que je l’aurai trouvée je vous la partagerai directement ! En tout cas concernant le goût, aucune crainte, je suis très satisfaite de ma recette de base à laquelle je compte apporter son petit twist tous les ans pour varier les plaisirs ! Cette année, j’ai décidé de commencer avec une base simple de crème d’amandes légèrement aromatisée avec du zeste d’orange et du Grand Marnier et agrémentée de pépites de chocolat et d’écorces d’orange. Croyez moi c’est un vrai délice *o*
(Si vous désirez faire une grosse galette, doublez toutes les proportions par deux et suivez les instructions de mes précédentes recettes pour la confection et la cuisson!)

     Recette éditée au 12/01/2020 pour un meilleur visuel

.

IMG_20200106_181002__01

.

Temps : 15mn de préparation ; 1h de réfrigération et 25mn de cuisson
Conservation : Quelques jours dans du papier aluminium
Pour 3 galettes « individuelles » de 10cm de diamètre (3 à 6 personnes car elles sont quand même maousses)

.

Ingrédients :

  • 75g de beurre mou
  • 75g de sucre glace
  • 75g de poudre d’amandes
  • 3/4 de cuillère à café de fécule de pomme de terre
  • 2 pincées de sel
  • 2 œufs (1.5 + 0.5 œufs)
  • 1 cuillère à soupe de Grand Marnier
  • le zeste d’1/2 orange
  • 25g de pépites de chocolat
  • 25g d’écorces d’oranges confites
  • 1 rouleau de pâte feuilletée (ou 250/300g de pâte feuilletée maison)

.

Recette :

  • Mélangez le beurre, le sucre glace, la poudre d’amandes, la fécule et une pincée de sel ensemble. Ajoutez 1 œuf et demi (battez les deux œufs ensemble, prélevez-en 75g pour la pâte et conservez les 25g restants pour la dorure) et le Grand Marnier. Ne travaillez pas trop le mélange : il ne doit pas devenir mousseux. Incorporez le zeste d’orange, les pépites de chocolat et les écorces d’oranges confites coupées en dés. Réservez.
  • Étalez votre pâton de pâte feuilletée en un disque de 30cm de diamètre sur un plan de travail fariné. Découpez-y 3 cercles de 10cm de diamètre puis reformez une boule avec la pâte, réétalez-la afin d’obtenir la même épaisseur que pour les autres disques et découpez 3 cercles de 11/12 cm de diamètre. Déposez les 3 cercles de 10cm sur une plaque de cuisson recouverte de papier sulfurisé en les espaçant. Tracez légèrement un cercle de 8cm de diamètre à l’intérieur de chacun des trois cercles. Déposez-y la crème d’amande (il y aura beaucoup de garniture, c’est normal, j’aime personnellement les galettes généreuses !). Les bordures de 2cm doivent rester parfaitement nettes. Placez la fève dans une des galettes. Mouillez les bords à l’aide d’un pinceau humidifié avec de l’eau. Déposez les trois cercles de pâte restants sur les premiers en essayant de chasser l’air vers l’extérieur et soudez les pâtes ensemble en appuyant avec vos doigts sur les bords. Enlevez l’excédent de pâte tout autour des galettes (vous pouvez enlever environ 2cm de pâte, le fait d’avoir une seconde pâte plus large au dessus permet simplement de rendre le soudage plus facile). A l’aide d’un pinceau, dorez une première fois vos galettes en les badigeonnant avec le demi-oeuf battu avec une pincée de sel en faisant attention de ne pas mettre de jaune d’œuf sur les côtés des galettes (cela empêcherait la pâte de bien monter). Laissez reposer 1H au réfrigérateur : le fait de refroidir la pâte feuilletée permettra qu’elle se développe mieux une fois au four.
  • Préchauffez le four à 200°. Dorez votre galette une seconde fois. Faites un trou au milieu de la tarte puis dessinez à l’aide du dos d’un couteau des motifs dessus. Chiquetez les côtés de la galette. Enfournez 10mn puis baissez la température du four à 180° et prolongez la cuisson de 15/20mn.
  • Si vous voulez des galettes brillantes comme celles que vous achetez en boulangerie, un peu avant la fin de la cuisson, faites chauffer 12.5g de sucre avec 12.5g d’eau dans une casserole jusqu’à ce que le mélange devienne translucide. Dès que les galettes sortent du four, badigeonnez-les du sirop de sucre ainsi obtenu à l’aide d’un pinceau.

Aiguillettes de canard à l’orange avec son potimarron et ses marrons rôtis

     Pour aujourd’hui, je vous propose un plat salé et complet, qui peut être servi tant pour les fêtes que simplement pour vous faire plaisir. Le temps de préparation demandé n’est pas extraordinaire alors que le résultat est époustouflant. Tous les éléments vont très bien ensemble grâce à la sauce qui sert de liant. Une très bonne découverte automnale que je vous livre un peu en retard (mais que vous pouvez encore servir demain si vous n’êtes pas trop nombreux ;)). Je vous souhaite un très bon réveillon et une très bonne année en avance ! Profitez bien et pas de bêtises !

.

IMG_20191210_210121__01

.

Temps : 20mn de préparation + 20mn de cuisson pour les marrons ; 10mn de préparation + 45mn de cuisson pour le potimarron ; 10mn de préparation/cuisson pour les aiguillettes
Conservation : 2j au frigo dans du papier alu (mais la qualité sera grandement impactée)
Pour 3 personnes

.

Ingrédients :

Pour les marrons rôtis :

  • 240g de châtaignes fraiches

.

Pour le potimarron rôti :

  • 1 petit potimarron (bio de préférence)
  • de l’huile de sésame (ou une autre huile parfumée de votre choix)
  • de l’ail en poudre
  • du sel et du poivre

.

Pour le canard à l’orange :

  • une noix de beurre
  • 300g d’aiguillettes de canard
  • du sel et du poivre
  • 250mL de jus d’orange
  • 50mL de vinaigre balsamique
  • 4 cuillères à soupe de cassonade

.

Recette :

Pour les marrons rôtis :

  • Préchauffez le four à 200°. Plongez les marrons dans un volume d’eau et retirez ceux qui flottent (ils ne sont plus bons à la dégustation). Incisez les survivants sur toute la longueur à l’aide d’un couteau pointu afin qu’ils n’explosent pas à la cuisson. Déposez-les sur une plaque de cuisson (perforée de préférence) recouverte de papier sulfurisé ou de silpat et enfournez 20/30mn environ. Les marrons doivent être ouverts et colorés (mais pas brûlés). Laissez-les tiédir avant de les décortiquer (vous pouvez réaliser cette étape pendant la cuisson du potimarron pour rentabiliser votre temps, et même en profiter pour regarder une petite série en même temps ;)). 

.

Pour le potimarron rôti :

  • Préchauffez le four à 160°. Lavez, coupez en tranches et égrainez le potimarron. Nul besoin d’enlever la peau qui ramollit à la cuisson et peut-être mangée (ou enlevez-la alors au moment de servir, ce sera bien plus simple car elle se décollera toute seule). Déposez les tranches dans un plat allant au four. Arrosez-les d’huile de sésame, saupoudrez d’ail en poudre, salez et poivrez. Enfournez 40 à 50mn jusqu’à ce que la chair du potimarron soit tendre et le potimarron presque grillé. Conservez au chaud le temps de préparer le canard (ou commencez de préparer le canard 10mn avant la fin de cuisson du potimarron).

.

Pour les aiguillettes de canard à l’orange :

  • Faites fondre le beurre dans une poêle antiadhésive et saisissez le canard 2/3mn de chaque côté : il doit encore être rosé à l’intérieur mais cuit à l’extérieur. Salez et poivrez légèrement. Débarrassez les aiguillettes dans une assiette en faisant attention à laisser le jus/les sucs.
  • Déglacez la poêle avec le jus d’orange et le vinaigre. Faites revenir plusieurs minutes avec la cassonade jusqu’à ce que la sauce réduise.
  • Réchauffez légèrement les marrons et dressez-les avec le potimarron et les aiguillettes dans les assiettes. Arrosez de sauce à l’orange.

Bûche tout framboise (avec un twist de citron vert)

     La voici enfin, ma « vraie » bûche 2019 (un peu en retard puisqu’on a fêté Noël seulement aujourd’hui dans ma famille). Il s’agit d’une bûche issue de la flemme (pour une fois je n’étais vraiment pas motivée pour faire le dessert) et qui s’est révélée au final délicieuse ! Probablement une des meilleures que j’ai jamais faite. Elle est composée de deux biscuits dacquoise amande, d’un croustillant au chocolat blanc, d’un insert confit de framboises aux zestes de citron vert (histoire de donner du peps à la recette) et d’une mousse framboise ! Pour la mousse je me suis basée sur la recette d’une de mes anciennes bûches que j’ai désucrée et allégée en gélatine pour la rendre plus mousseuse. Elle était vraiment meilleure comme ça ! J’ai également enlevé du sucre de la recette de base de mes inserts fruités. Le résultat n’en a été que plus intense en bouche. Je suis super heureuse ! Si vous désirez glacer votre bûche, je vous renvoie vers cette recette (n’oubliez pas de multiplier les proportions du glaçage rouge par deux). Et concernant l’insert, il sera parfait à la découpe si vous respectez bien le temps de décongélation au réfrigérateur (sur ma photo il parait un peu liquide car la part était coupée depuis un moment) : moins il sera encore congelé et plus il se transformera en coeur coulant donc soyez bien attentifs ! Si vous voulez éviter cela, vous pouvez ajouter une feuille de gélatine à votre préparation au moment de l’ébullition par prudence.

.

IMG_20191229_121840__01

.

Temps :
Pour l’insert : 5mn de préparation + 4h de congélation
Pour la dacquoise :  10mn de préparation + 15mn de repos  + 15/20mn de cuisson
Pour le croustillant : 5mn de préparation
Pour la mousse : 20mn de préparation
Pour la bûche : 12h de congélation
Conservation : aucune (mais peut-être préparée 48h à l’avance si laissée au congélateur)
Pour 1 bûche 10/12 personnes

.

Ingrédients :

Pour l’insert :

  • 360g de coulis de framboise
  • 5g de pectine
  • 15g de confisuc
  • 10g de sucre
  • le zeste d’un citron vert

.

Pour la dacquoise :

  • 85g de sucre glace + un peu pour poudrer
  • 85g de poudre d’amandes
  • 2 blancs d’oeuf
  • 1 pincée de sel
  • 20g de sucre

.

Pour le croustillant :

  • 35g de crêpes dentelles
  • 65g de chocolat blanc :

.

Pour la mousse framboise (il en restera) :

  • 300g de coulis de framboises
  • 300g de crème liquide entière
  • 50 + 25g de sucre
  • 6g de gélatine

.

IMG_20191229_162300__01

.

Recette :

Pour l’insert framboise/citron vert :

  • Dans une casserole, mélangez puis faîtes chauffer le coulis, la pectine, le confisuc, le sucre et le zeste de citron vert. Sans cesser de remuer, portez à ébullition pendant 5mn. Laissez un peu refroidir puis versez dans votre moule à insert. Couvrez de film alimentaire et placez au congélateur.

.

Pour la dacquoise :

  • Tamisez la poudre d’amande et le sucre glace et mélangez-les. Montez les blancs en neige avec une pincée de sel. Quand les fouets commencent de laisser des traces, ajoutez le sucre semoule et fouettez jusqu’à ce que les blancs soient fermes. Incorporez-y délicatement les poudres.
  • Tapissez une plaque de cuisson de papier sulfurisé. Dressez une bande de 15x35cm. Saupoudrez d’un peu de sucre glace et laissez crouter 15 mn. Préchauffez le four à 160°. Re-saupoudrez légèrement de sucre glace et enfournez de 15 à 20 minutes. La dacquoise doit être légèrement dorée. Laissez refroidir sur une grille puis détaillez une bande de 30x8cm et une de 30×4 cm.

.

Pour le croustillant :

  • Faîtes fondre le chocolat blanc au bain-marie. Pendant ce temps émiéttez les gavottes. Mélangez les deux puis étalez une couche pas trop épaisse directement sur la grosse bande de dacquoise. Laissez figer au frigo.

.

Pour la mousse framboise :

  • Mettez les feuilles de gélatine dans un bol d’eau froide et disposez votre cul de poule avec les fouets de votre batteur au congélateur 15mn avant de commencer.
  • Dans une casserole, chauffez le coulis de framboises avec 50g de sucre. Une fois le coulis à frémissement, ajoutez la gélatine essorée. Mélangez et laissez refroidir jusqu’à ce que le coulis soit tiède voire froid.
  • Sortez le cul de poule et les fouets du congélateur. Versez la crème dans le cul de poule et montez la crème en crème fouettée. Une fois que la crème fouettée est ferme, incorporez les 25g de sucre restants en 3 fois. Incorporez-en une première cuillère au coulis en fouettant vigoureusement puis le reste délicatement avec une maryse.

.

Pour le montage :

  • Si vous disposez d’un tapis déco en silicone comme moi, remplissez le décor de mousse framboise et lissez bien à l’aide d’une spatule puis déposez-le dans la gouttière à bûche. Sinon, garnissez votre gouttière à bûche de rhodoid (facultatif mais le démoulage sera bien plus facile). Versez une partie de la mousse. Démoulez l’insert et déposez-le sur la mousse, côté arrondi en dessous. Appuyez légèrement. Versez une fine couche de mousse puis déposez la petite bande de dacquoise. Versez le reste de mousse puis déposez la dacquoise surmontée de croustillant, le croustillant contre la mousse. Placez la bûche recouverte de film alimentaire une nuit au congélateur (ou plus. Vous pouvez ainsi préparer la bûche plusieurs jours en avance et ne procéder au glaçage que le jour même si vous décidez d’en faire un). Sortez la gouttière à bûche du congélateur 4h avant de servir, démoulez puis réservez au réfrigérateur jusqu’à dégustation.

Pain brioché orange/raisins secs

     Bonjour à tous ! J’espère que vous avez passé un très bon Noël et que vous avez été gâtés (ou que vous avez gâté vos estomacs ;)). On se retrouve aujourd’hui pour une recette qui sent bon l’hiver avec son arôme d’orange et ses raisins secs. Il s’agit d’un sublime pain brioché que j’ai piqué chez Sandra, la référence en matière de boulange. Ne vous y trompez pas, il s’agit bien ici d’un pain brioché et non d’une brioche. Il est donc un peu moins aéré et moelleux qu’une brioche traditionnelle, tout en restant très parfumé et gourmand à la dégustation. Une très bonne alternative entre le pain et la brioche donc, qui peut être utilisée tant au petit-déjeuner tartiné de beurre ou de confiture que pour accompagner certains fromages. Il se suffit également à lui même dégusté tel quel ou légèrement grillé.

.

IMG_20191207_120611__01

.

Temps : 50mn/1h00 de préparation + 2h20 de pousse (temps réductible)  + 25mn de cuisson
Conservation : 2/3j dans du papier aluminium ou un sac fermé
Pour 1 pain brioché

.

Ingrédients :

  • 120g de raisins secs (Vous pouvez remplacer une partie par des écorces d’oranges confites si vous aimez cela)
  • 550g de farine T65
  • 1 cuillère à café de levure sèche instantanée
  • 35g de sucre
  • 250ml + 1 cuillère à soupe de jus d’orange fraichement pressé (soit le jus de trois oranges environ)
  • 20ml + 1 cuillère à soupe de Grand Marnier
  • 60ml d’eau
  • 1 jaune d’œuf
  • le zeste de 3 oranges bio finement râpées
  • 1 cuillère à café de sel
  • 40g de beurre mou
  • 1 blanc d’oeuf pour la dorure

.

IMG_20191207_120636__01

.

Recette :

  • Dans un bol, versez les raisins secs, une cuillère à soupe de Grand Marnier et assez d’eau bouillante pour couvrir les raisins afin de les réhydrater (ils seront ainsi plus moelleux à la dégustation). Réservez ainsi le temps de faire la brioche.
  • Mettez la farine, la levure sèche instantanée et le sucre dans le bol de votre robot (ou un gros saladier) en faisant attention à ce que le sucre ne touche pas directement la levure et mélangez. Creusez un puits et versez-y les 250mL de jus d’orange, les 20mL de Grand Marnier, l’eau, le jaune d’œuf et les zestes d’orange. Incorporez petit à petit la farine aux liquides en mélangeant doucement à l’aide d’une cuillère en bois ou de la feuille de votre robot. La pâte ne doit être ni sèche ni collante : ajoutez du jus d’orange ou de la farine en fonction pour obtenir la texture désirée. Pétrissez ensuite quelques minutes puis incorporez le sel dissout dans la cuillère à soupe de jus d’orange et ensuite le beurre coupé en petits morceaux. Pétrissez à nouveau la pâte (à la main ou au crochet) une dizaine de minutes jusqu’à ce qu’elle soit souple et lisse. Elle ne doit pas trop coller. Ajoutez, là encore, un peu de farine ou de jus d’orange si nécessaire afin d’obtenir la texture désirée. Videz l’eau du bol des raisins, pressez-les afin d’enlever l’excédent d’eau, séchez-les avec de l’essuie-tout et incorporez-les à la pâte en pétrissant jusqu’à ce qu’ils soient répartis de façon homogène. Faîtes une boule avec la pâte et déposez-la dans un saladier légèrement beurré ou huilé. Couvrez d’un torchon humide et laissez lever pendant 1h30/2h00, la pâte doit doubler de volume (ce temps peut être raccourci, presque divisé par deux, si vous placez le saladier dans un four préchauffé à 30° (pas plus pour ne pas tuer la levure)).
  • Versez la pâte sur un plan de travail fariné, dégazez-la et divisez-la en trois morceaux de poids identiques (370g environ). Formez des boudins comme expliqué ici et laissez-les détendre 5mn sous un torchon. Allongez-les ensuite en brins de 40cm de long environ puis tressez-les ensemble. Assemblez les extrémités en les pinçant l’une avec l’autre afin de former une couronne. Déposez cette dernière sur une plaque de cuisson recouverte de papier sulfurisé ou de silpat et déposez au centre un petit bol ou un ramequin résistant à la chaleur afin que le trou ne se referme pas. Couvrez à nouveau la couronne d’un torchon humide et laissez-la pousser 45mn environ (ce temps peut là encore être réduit dans un four préchauffé à 30°). La pâte est prête à être enfournée quand, en appuyant légèrement à sa surface, l’empreinte formée revient lentement à sa place.
  • Préchauffez le four à 180°. A l’aide d’un pinceau, badigeonnez la couronne avec le blanc d’oeuf battu mélangé à un peu d’eau. Enfourner 25 à 30mn : la couronne doit être dorée dessus, cuite dessous et sonner creux. Laissez refroidir sur une grille et retirez délicatement le ramequin lorsque le pain a un peu refroidi.

Bûche roulée marrons chantilly

     La voici enfin, ma première bûche 2019 !!! (La seconde arrivera plus tard dans le mois parce que je fête Noël très tard cette année, désolée :(). Il s’agit d’une génoise traditionnelle dans laquelle j’ai remplacé la farine par de la farine de châtaigne, fourrée d’une fine couche de chocolat noir craquante, de crème de marrons et de chantilly parsemée d’éclats de marrons confits : un délice ! Il s’agit d’ailleurs de ma première bûche traditionnelle publiée sur le blog, c’est étonnant vu que j’en ai fait bien plus au fil des ans que des bûches modernes. Enfin bref en tout cas, contrairement à ce qu’on pourrait croire à la lecture des éléments, cette bûche est très légère. J’ai essayé dans un premier temps de faire une couche craquante de chocolat avec des gavottes mais j’ai du bien vite oublier cette idée car impossible de rouler la bûche avec les gavottes si on veut en mettre assez pour qu’elles croustillent bien. Je me suis donc contentée d’une fine couche de chocolat qui fait parfaitement l’affaire ! Dans cette buche, il faut juste faire attention à bien doser la quantité de sucre. Personnellement, comme je disposais de crème de marrons maison très peu sucrée, j’ai un peu plus sucré la chantilly ! Vous pouvez aussi enlever les éclats de marrons glacés si vous avez peur que la bûche soit trop sucrée même en étant très léger sur la quantité de sucre glace dans la chantilly, elle sera tout de même excellente ! Cette recette est assez rapide à faire. Vous avez donc encore le temps de la faire même demain matin pour demain midi (il y a juste des temps de refroidissement mais en soit il y a très peu de temps de préparation hormis la déco) ;).
En tout cas je vous souhaite un très joyeux Noël ! Profitez bien de votre famille et bonne dégustation 😉

.

IMG_20191223_225809__01

.

Temps : 15mn de préparation, 10mn de cuisson et 30mn de repos pour le biscuit + 5mn de préparation et 30mn de repos pour le chocolat + 5mn de préparation pour le marrons + 30mn pour la chantilly et la déco (maximum)
Conservation : 48h au frigo
Pour 1 bûche (10/12 personnes environ)

.

Ingrédients :

Pour le biscuit roulé

  • 4 gros œufs (ou 5 moyens)
  • 100 g de sucre + un peu pour le linge
  • 40g de farine de châtaigne
  • 30g de maïzéna
  • 30g de fécule de pomme de terre
  • une pincée de sel

.

Pour la couche de chocolat craquante :

  • 150 g de chocolat noir

.

Pour la couche de crème de marron :

  • 200g de crème de marrons
  • 4 marrons glacés (ou des brisures)

.

Pour la crème chantilly

  • 300g de crème fraiche liquide entière
  • 30g de mascarpone
  • 1 cuillère à soupe de sucre glace (à adapter suivant votre crème de marron, la mienne étant faite maison elle était très peu sucrée donc j’en ai mis plus)
  • 4 marrons glacés

.

Pour la décoration :

  • des Marrons glacés
  • du cacao en poudre
  • etc…

.

Recette :

Pour le biscuit roulé :

  • Préchauffez le four à 165°C. Séparez les blancs des jaunes. Battez les jaunes avec le sucre jusqu’à ce que le mélange blanchisse. Incorporez alors les poudres tamisées. Dans un second cul de poule, montez les blancs d’oeuf en neige avec la pincée de sel. Incorporez délicatement les blancs au premier mélange en faisant attention de ne pas les casser. La pâte est prête quand elle fait le ruban.
  • Beurrez une plaque de cuisson et tapissez-la de papier sulfurisé. Versez la pâte dessus en faisant attention à ce qu’elle soit bien répartie de façon homogène. Enfournez 10/12mn, le biscuit doit être légèrement coloré.
  • Pendant ce temps, prenez un linge propre et humidifiez-le (il ne doit pas être trempé mais doit être intégralement mouillé). Etalez-le sur votre surface de travail et saupoudrez le de sucre. Une fois le gâteau cuit, démoulez-le en retournant la plaque sur le linge, débarrassez la plaque puis décollez immédiatement le papier sulfurisé du biscuit génoise (attention aux doigts c’est chaud). Repliez un côté du linge sur le biscuit génoise (où vous démarrerez le roulage de votre bûche) et roulez la bûche dans le sens de la longueur. Laissez refroidir 30Mn comme ceci. (Cette étape permet à la bûche de s’assouplir et de ne pas casser lorsque vous la roulerez plus tard).

.

Pour la couche de chocolat craquante :

  • Déroulez votre biscuit génoise délicatement. Faîtes fondre le chocolat au bain-marie et tartinez-le de façon homogène sur toute la surface de la bûche en laissant parfois de toutes petites lignes sans chocolat afin de permettre à la bûche de mieux s’enrouler et de ne pas casser plus tard. (Donc en gros une bande de chocolat, une petite bande nature, une de chocolat, une petite nature, etc, mais pas besoin de laisser de grandes surfaces sans chocolat, juste de petits espaces). Couvrez de film alimentaire et réenroulez la bûche comme précédemment. Laissez prendre une trentaine de minutes à température ambiante.

.

Pour la crème de marron :

  • Déroulez à nouveau votre génoise délicatement, enlevez le papier film et répartissez la crème de marron sur toute la surface. Si votre crème de marron est trop ferme pour être tartinée, montez votre chantilly et mélangez-en une cuillère avec la crème de marron pour la détendre avant de l’étaler !
  • Hachez vos marrons glacés et répartissez-les sur la crème.

.

Pour la chantilly :

  • 15mn avant de monter votre chantilly, placez votre fouet et votre cul de poule au congélateur. Versez votre crème et votre mascarpone dans le cul de poule et fouettez-les jusqu’à obtenir une crème fouettée ferme (cela peut prendre jusqu’à 10mn selon votre matériel). Ajoutez-y alors le sucre glace et fouettez encore quelques secondes pour bien l’incorporer.
  • Etalez une bonne couche de chantilly sur votre biscuit roulé en vous arrêtant un peu avant le bord extérieur car la garniture va ressortir lorsque vous roulerez votre bûche. Roulez votre bûche en essayant de serrer assez pour qu’elle se tienne mais pas trop pour ne pas que toute la chantilly ressorte. Déposez votre bûche sur son assiette de présentation. A l’aide d’une spatule ou d’un couteau, étalez une première fine couche de chantilly sur le biscuit roulé puis préparez une poche munie d’une douille de votre choix (la mienne était trop petite et je suis un peu déçue du visuel), remplissez-la de chantilly et pochez l’intégralité de votre bûche en faisant attention à ne pas laisser de trou ! Comme il s’agit de chantilly, si vous vous loupez un peu pas de problème, vous pouvez enlever l’excédent et recommencer ;). Décorez ensuite à votre convenance (j’ai personnellement saupoudré d’un peu de cacao puis déposé quelques marrons glacés et des décorations). Si vous choisissez de mettre des marrons glacés sur votre chantilly, centrez-les bien pour qu’ils ne glissent pas à cause du poids et ruinent ainsi votre pochage (ça m’est arrivé donc si ça peut vous éviter des petits soucis !). Conservez au frigo jusqu’au moment de servir.

Fers à cheval à la noisette

     Troisième et dernière recette de sablés de Noël : des fers à cheval à la noisette. Il s’agit de biscuits que je faisais déjà dans mon enfance dans une version sans noisette mais avec du nutella (un délice également ;)). Cette version là a une texture plus sablée grâce à la poudre de noisette. Le goût de cette dernière est très prononcé, le chocolat noir et la fleur de sel sont ainsi nécessaires afin de casser le sucre qu’elle apporte. Ne faites pas l’impasse là dessus, ils donnent une autre dimension à la recette !

.

IMG_20191220_153140__01

.

Temps : 40mn de préparation, 1h de repos, 15mn de cuisson, 15mn de refroidissement
Conservation : plusieurs semaines dans une boite en métal hermétique
Pour 25 biscuits

.

Ingrédients :

  • 150g de farine
  • 125g de poudre de noisettes
  • 1 cuillère à café de fleur de sel
  • 60g de sucre
  • 1 jaune d’œuf
  • 130 g de beurre à température ambiante
  • 60 à 70g de chocolat noir

.

Recette :

  • Mélangez la farine, la poudre de noisettes, la fleur de sel et le sucre ensemble. Incorporez ensuite le jaune d’œuf puis le beurre coupé en petits morceaux. Pétrissez jusqu’à obtenir une boule (n’hésitez pas à utiliser vos mains, ce sera bien plus rapide et donnera un meilleur résultat qu’avec une cuillère en bois). Emballez la pâte dans du film alimentaire et laissez-la reposer au moins 1h au frigo.
  • Préchauffez le four à 170°. Prélevez un morceau de pâte de la taille d’une grosse truffe, formez une boule avec en le roulant entre la paume de vos mains puis transformez cette boule en boudin et donnez lui la forme d’un fer à cheval. Déposez ce dernier sur une plaque de cuisson recouverte de papier sulfurisé ou de silpat. Recommencez jusqu’à épuisement de la pâte. Enfournez 15mn environ jusqu’à ce que les biscuits soient dorés. Laissez les biscuits refroidir quelques minutes sur la plaque avant de les laisser refroidir complétement sur une grille (attention en les décollant du papier, ils sont très fragiles !). Faites fondre le chocolat au bain-marie et trempez les extrémités des fers à cheval dans le chocolat fondu. Laissez durcir sur une feuille de papier cuisson, de silpat ou une grille (attention là encore en les décollant lorsque vous les rangerez car ils sont très fragiles).