Pâtisserie Mourot-Devos à Dijon

     Cela n’a pas pu vous échapper : il y a quelques jours c’était la St Valentin. Je n’ai pas de raison particulière de la fêter de mon côté mais je voulais quand même vous préparer un petit quelque chose. Manque de pot, non seulement je suis tombée malade mais en plus j’ai été submergée par le travail à cause d’un nouveau stage assez éloigné de mon domicile qui me fait passer une grosse partie de la journée dans le train (ô joie !). Du coup je ne vous ai rien préparé cette année (j’ai aussi loupé la Chandeleur d’ailleurs…). Promis je me rattraperai l’année prochaine ! Je peux difficilement faire pire en même temps 😉

     Par contre, ce n’est pas parce que je n’ai pas le temps de cuisiner ou de raison pour fêter la St Valentin qu’il ne faut pas se faire un petit plaisir 😉 . Du coup, j’ai profité d’une longue pause-déjeuner le 14 février pour visiter une pâtisserie de Dijon. J’en ai choisi une proche du boulot mais aussi bien notée sur internet pour pouvoir vous recommander une bonne adresse. Malheureusement, j’ai été assez déçue… J’avais pourtant pris une pâtisserie conseillée par la vendeuse qui avait l’air délicieux : une base brownie surmontée d’une mousse chocolat blanc et une mousse au caramel (plutôt prometteur pourtant). Au final le brownie était délicieux mais les mousses beaucoup trop sucrées, tellement sucrées qu’on ne sentait pas leur goût. Si la vendeuse ne m’avait pas indiqué les saveurs du gâteau, je n’aurais jamais deviné.

20170214_133557.jpg

     Alors, je sais que je suis de plus en plus exigeante en pâtisserie, envers moi-même (je suis vraiment nulle en déco, je loupe parfois des gâteaux avec lesquels je n’ai jamais eu de problème, le sirop de sucre est ma bête noire, etc) mais du coup aussi envers les autres (c’est le revers de la médaille). Je deviens un peu une « extrémiste » qualitative de la pâtisserie : je suis quasi-constamment déçue des desserts au restaurant par exemple (à tel point que souvent je n’en prends plus quand bien même il s’agit de ma partie préférée du repas). Donc, ok, j’assume, j’ai peut-être un problème à ce niveau-là et mes standards ne sont pas les standards classiques mais à 3.80€ la part, j’estime qu’on peut exiger une certaine qualité (qui frôle l’excellence) et dans ce cas, je trouve qu’il est normal d’être déçue lorsque la pâtisserie est tellement sucrée qu’elle s’en trouve presque sans saveur. Ceux qui me suivent sur Instagram le savent, il y a deux semaines j’ai fait un saut chez Bernachon pour me régaler d’un de ses fameux éclairs. Et le prix d’un éclair chez le pâtissier réputé faire les meilleurs éclairs au chocolat de Lyon (et dans les meilleurs de France) est environ d’un euro moins cher (soit 25%…). Le calcul est donc vite fait pour moi…

170218_212041_collage-1

     Mais je vous avoue que je suis quand même très surprise. Les critiques sont excellentes sur le petit Futé et Yelp. Je suis peut-être mal tombée du coup. Je réessayerai une autre gourmandise bientôt pour confirmer ou infirmer mon opinion ! Il y a peut-être aussi le fait que je n’ai pas gouté leurs chocolats, qui constituent une partie de leur renommée (cette maison est la seule à faire de la sculpture sur chocolat à Dijon). Une opinion à (re)forger donc. Je vous tiendrai au courant !

.

Adresse :

83 Rue Chabot Charny

21000 Dijon, France

Publicités

Nouvelles

Bonjour à tous.

     Juste un petit mot pour vous prévenir que je risque malheureusement d’être absente un moment. Mon portable ne s’allume plus donc j’ai perdu l’intégralité de mes photos. Impossible de faire un nouvel article sous ces conditions :(. Il faudra donc attendre. Je vous embrasse.

Maison Charrié

     Eh oui je sais, j’avais promis de spammer les bonnes adresses lyonnaises en ce mois de juillet et pourtant je ne vous en ai présenté que deux alors que la fin du mois approche. Tout ça est du au fait que mon déménagement a eu lieu le 15 juillet donc 2 semaines plus tôt que prévu. Non seulement j’ai du stopper mon marathon et je n’ai donc pas pu arriver au bout de la liste mais ça fait surtout 10j que je passe mon temps à courir et non à déguster de merveilleuses pâtisseries :P. En tout cas, il me reste encore 2 adresses gourmandes à vous faire découvrir ou redécouvrir. Aujourd’hui on s’intéresse (brièvement) à la maison Charrié.

.

20160712_152034_HDR.jpg

.

    La maison Charrié ne fait pas partie des grands noms de la pâtisserie lyonnaise comme Pralus, Bouillet ou Bernachon mais j’avais entendu son nom glisser sur les lèvres de plusieurs lyonnais de ma connaissance. Je l’ai donc ajouté à ma petite liste. La critique sera brève ici puisque je n’ai testé que leurs macarons et uniquement deux saveurs : cheesecake et myrtille. Hors, chez Charrié, on ne se limite pas à faire des macarons : les pâtisseries classiques sont pléthores (tatins, Paris-Brest, etc) puisqu’il s’agit d’un salon de thé (le cadre est d’ailleurs très agréable) et l’endroit est surtout réputé pour son brunch sucré/salé que je n’ai absolument jamais goûté mais qui a l’air délicieux. Mon avis ne concernera donc bien évidemment que les macarons ;).

.

20160712_154415~2.jpg

.

     Et concernant les macarons, sincèrement, je ne suis pas plus séduite que ça… Mais d’abord, il faut que je vous avoue que de base, je ne suis pas la plus grande fan des macarons donc je ne suis probablement pas leur meilleur juge aussi hahaha. Je savoure comme tout le monde un sublime macaron Ladurée mais si j’ai le choix entre ça et un autre gâteau, il y a fort à parier que le gâteau l’emportera 90% du temps !!!

    Revenons à nos moutons… enfin nos macarons ! Petite déception sur les coques puisque le dessous était un peu humide (peut-être à cause du transport, je ne sais pas trop la raison je vous avoue). C’était d’autant plus dommage que le reste de la coque était parfait : bien croustillant à l’extérieur et moelleux à l’intérieur. Concernant les garnitures, celle au cheesecake piquait ma curiosité puisque c’est une saveur originale mais je ne suis pas spécialement convaincue par le « cheesecake » dans un macaron (probablement parce que le goût ne tranche pas assez de l’amande pure de la coque). Le macaron myrtille était meilleur (on pourrait même dire bon ;)) tout en restant à mon avis un macaron de qualité « normale ». A comprendre ici, bien meilleur que tout ce que vous trouverez en supermarché et la boulangerie lambda de quartier, mais moins bon que Pierre Hermé ou Ladurée évidemment ;). Pour un prix d’environ 4€ le macaron de taille moyenne, le tout est vraiment convenable. Vous aurez un macaron de bonne qualité pour un prix non excessif. D’ailleurs les prix des pâtisseries de Charrié en général sont raisonnables ! Je retournerai donc avec plaisir goûter leurs autres douceurs et surtout leur brunch qui a l’air terrible ! Lyon, j’ai déjà hâte de te revenir ! 🙂

.

     Vous trouverez ce salon de thé dans le quartier de Guillotière (4, place Raspail dans le 7e arrondissement). 

Maison Pralus

     Faisons notre 2e arrêt de ce mois gourmand à la maison Pralus. D’accord, à la base cette maison n’est pas lyonnaise mais roannaise. D’ailleurs, elle a eu tellement de succès qu’on peut trouver désormais des boutiques à Paris. Mais je ne pouvais pas ne pas visiter une maison spécialisée dans la praline en faisant le tour de Lyon !!!

.

20160707_171654~2.jpg

.

     Une fois là-bas, j’ai évidemment choisi la praluline, leur spécialité : LA brioche aux pralines typique de la région. Vous pourrez également y trouver une brioche aux pépites de chocolat, des macarons, de nombreux chocolats, des pralines, de la pâte de noisette, etc. Beaucoup de variété au final pour une maison qui ne fait pas que dans la praline comme on pourrait s’y attendre 😉 .

     En terme de prix, concernant les brioches, vous en aurez pour 6.50€ la « petite » brioche de 300g et 12.50€ celle de 600g. Les macarons sont vendus à 1€ l’unité, 12.20€ les 8 et 22.40€ les 36. Les ballotins commencent à environ 20€ les 200g (prix dégressif là encore avec la quantité). Pralus est donc une maison assez abordable comparativement à d’autres grands noms lyonnais. Avec la qualité vous aurez la quantité !

.

20160708_094207~2

.

     Eh oui parce que la praluline c’est quand même ultra bon. Ce n’est pas la meilleure brioche aux pralines que j’ai mangé (celle de la pâtisserie Duperray à La Clayette, qui est super moelleuse et doit avoir un ratio de 90% de pralines pour 10% de brioche, reste gravée dans mon coeur, ma mémoire et surtout mon estomac) mais elle reste excellente. La brioche est moelleuse même si elle conserve une certaine densité et on ne se moque pas du client sur la quantité de pralines (ce qui est malheureusement assez rare). J’ai donc été conquise. N’hésitez pas, foncez déguster leurs brioches ! D’ailleurs si je n’étais pas aussi feignante j’y retournerais dès mercredi pour en rapporter une à ma famille 😉

     Vous trouverez les douceurs de chez Pralus à Croix-Rousse (4e arrondissement) et sur la Presqu’Ile (dans le 2e) mais aussi en dehors de Lyon à Villefranche, Paris 4e et 7e, Roanne, Charlieu et Renaison. N’oubliez pas qu’il existe aussi une boutique en ligne pour les plus gourmands  😉

Pâtisserie Sève

Bonjour à tous !

     Je vais poster les jours qui arrivent des articles un peu différents de d’habitude. En effet, j’ai enfin eu les résultats de mon concours et je suis ADMISE!!! Ça veut dire que je vais quitter ma ville étudiante bien aimée : Lyon. Pour marquer le coup et comme je me suis rendue compte que bizarrement je n’avais jamais testé les pâtisseries les plus connues (SCAN-DA-LEUX quand on sait que je suis là depuis 8 ans…), je vais me faire un marathon pâtisseries pour le reste du mois de juillet !!! Et je me suis dit que je partagerais cette « aventure » avec vous ;). Je continuerai de publier des recettes dans le même temps mais vous verrez beaucoup beaucoup de desserts bien mieux réussis que les miens qui vous feront baver d’envie !

  160707_221834_COLLAGE-1

     J’ai commencé mon périple par Sève, une maison lyonnaise assez réputée. Comme vous pouvez le voir le choix est vraiment IMMENSE. Il y en a pour tous les goûts : fruits, chocolat, tartes, entremets, saveurs simples comme complexes, etc… Ils font même des pots de glace assez intrigants que j’aurais voulu tester (mais je n’ai pas de congélo donc…). Le prix est évidemment assez élevé mais je trouve ça raisonnable (comparé à la pâtisserie parisienne de Pierre Hermé que j’ai testé récemment par exemple). Vous en aurez pour environ 5€ la pièce individuelle.

.

     Au début je voulais essayer leur gâteau signature. Mais le S de Sève ne me tentait pas plus que ça… J’ai donc pris le Split (dacquoise aux éclats de noisette, bananes poêlées au fruit de la passion, mousse au chocolat au lait) parce que la banane me faisait trèèès envie, le Top coat (mousse allégée aux abricots Bergeron, suprême pistache et gelée d’abricot Bergeron sur un biscuit madeleine) uniquement à cause du visuel je l’avoue et le Tamaro (mousse chocolat, perles croustillantes au chocolat sur un biscuit financier chocolat et boule en chocolat garnie de coulis aux fruits de la passion) sur conseil du vendeur.

     160707_222203_COLLAGE-1

     Le Split (en haut à gauche) : Le mélange banane chocolat au lait est vraiment une tuerie. L’entremets est ultra fondant et léger en bouche. Mon seul regret est le côté un peu trop sucré du gâteau (et pour que je trouve un gâteau trop sucré…). Cet excès est probablement du à « l’enrobage » tout chocolat au lait qui doit être assez épais pour pouvoir tenir l’ensemble. C’est dommage. J’aurais aussi voulu un petit croquant je pense (mais là je pinaille haha). L’ensemble reste très bon malgré tout.

     Le Top Coat (en bas à gauche) : Ok le visuel est juste WAHOU. Ce gâteau est vraiment magnifique et il me faisait très envie. Par contre il y a des répercussions sur le gâteau. L’abricot et la pistache sont un accord qui marche et le croquant pistache est terrible. Par contre pour avoir ce visuel si magnifique justement, le glaçage est épais donc le dessert vraiment trop sucré… J’ai été très déçue du coup :/

     Le Tamaro  (à droite) : Je garde le meilleur pour la fin haha. Ce gâteau montre pour moi pourquoi Sève est une maison réputée. C’est un entremets chocolat parfait avec du croustillant et du fondant et surtout une bille à la passion acidulée qui équilibre totalement le gâteau. Une pièce toute en harmonie. En gros n’hésitez pas GOUTEZ-LE !!!!

.

     Vous trouverez 7 boutiques Sèves sur Lyon et les environs : aux halles de Paul Bocuse, quai Saint Antoine, aux Galeries Lafayette  de la Part-Dieu et du Monoprix de Bron, à Confluence, à Croix-Rousse et à Champagne au Mont d’or !

Bonne année et suites du blog

     Bonjour à tous. Voilà plus de 15 jours que je ne vous ai rien écrit donc je vais commencer par vous souhaiter une TRES BONNE ANNEE 2016 !!!!! J’espère qu’elle sera pleine de tout ce que vous pourriez souhaiter : santé, réussite, amour, voyage et tout plein de gâteaux ! (Non non ces vœux ne sont pas du tout orientés).

     Je suis vraiment désolée d’avoir été absente et je ne viens malheureusement pas vous annoncer que je serai plus présente les semaines à venir. En effet, comme vous j’avais pris mes résolutions le 1er janvier avec la ferme intention de les respecter scrupuleusement (ou au moins essayer de réussir à tenir le mois de janvier pour une fois hahaha) : travailler plus sérieusement mes concours, un poil de rééquilibrage alimentaire, un peu plus de sport, apaiser mon tempérament et surtout mettre plus d’énergie dans mon blog. Je voulais (et veux toujours) vraiment m’améliorer quant à la qualité de ce que je partage avec vous : être plus régulière, faire de plus belles photos, diversifier un peu plus, faire des choses plus techniques et belles mais aussi simples et de saison. J’étais en mode « JUST DO IT ». Le pouvoir était en moi. I WAS IN FIRE…

.

     Et là tout a un peu capoté je vous l’avoue. En ce qui concerne les recettes que je voulais vous proposer en début de mois : loupage total. Déjà j’ai totalement oublié de prendre en photo mes gâteaux de Réveillon (chose qui arrive dans la précipitation, surtout que la préparation ne s’est pas déroulée sans heurts). Ensuite, j’ai loupé mes macarons à cause de l’inattention. L’inversion des doses de poudre d’amandes et sucre glace donne des petits gâteaux bons, mais pas des macarons parisiens. Enfin, j’avais prévu deux recettes de galettes des rois et j’avais bien anticipé pour une fois : une traditionnelle à la frangipane (parce qu’il faut bien poser les bases avant l’originalité) et une pour changer un peu chocolat et cerises de Cyril Lignac. Pour bien faire les choses en cette nouvelle année (saleté d’objectif) j’avais fait ma pâte feuilletée maison. Ce que je n’avais pas prévu c’est qu’elle se rétracte un peu et du coup quand j’ai posé la pâte sur la frangipane, pas assez de longueur… J’ai tiré comme j’ai pu mais le soudage était loupé : de la garniture s’est enfuie à la cuisson. Même si la galette restait bonne elle n’en était pas moins impossible à photographier en l’état. Pour la galette n°2, autre type de galère mais qui arrive souvent quand on teste une recette : personne à la maison n’a vraiment accroché. J’ai gouté la galette chaude et elle était vraiment mauvaise (alors que d’habitude j’adore ça). Un peu meilleure une fois refroidie mais j’aurai eu honte de vous proposer une recette qu’on avait aussi peu appréciée ici. Je ne voulais pas poster un article juste pour poster un article. Ça aurait été un sacré manque de respect à votre égard. Je me suis donc retrouvée sans recette pour ce début d’année.

     Ce qui m’amène à vous parler des suites du blog pour les mois à venir. Je n’ai quasiment plus de recettes d’avance en stock et il va s’avérer difficile pour moi de cuisiner et poster ici les mois prochains. En effet, le concours que je dois passer a été avancé de 4 mois. Oui oui 4 mois… Il a lieu d’habitude en juillet alors que cette année les dates sont en mars. J’ai donc appris le 4 janvier (parce que la réforme a eu lieu récemment) que je n’avais plus que 8 semaines pour apprendre 8 matières. Chaud chaud cacao (là pour la résolution de bosser plus sérieusement, je n’ai pas le choix, ça en fera au moins une de tenue !). Je dois donc passer en mode warrior et pour ça laisser de côté des choses qui me tiennent à coeur comme mon blog pour mettre toutes les chances de mon côté (même si cela s’avère plutôt compromis). Ça ne veut pas dire que je ne posterai plus du tout les prochains mois mais que mes posts seront assez espacés et qu’il y en aura donc peu jusqu’à environ mi-mars (peu de temps pour écrire, peu de temps pour cuisiner, même pas le temps de tester un petit resto sympa). Mais ne vous inquiétez pas, je reviendrai en force ensuite avec plein de nouvelles recettes, de tests, d’idées, et tout et tout. En plus du coup j’aurai bien plus de temps libre que ce que j’avais prévu en début d’année pour mars à juillet.

.

     Je vous dis donc à bientôt et je vous souhaite un très bon début d’année. Je vous enverrai des ondes positives et gourmandes de mon bureau qui risque de s’effondrer sous les tas de bouquins ;). Gros bisous !