Krumchy de Christophe Michalak

Attention petite dinguerie. Voilà une douceur créée par Christophe Michalak qui va vous rendre complètement accros. Les krumchy sont ni plus ni moins que des sablés fourrés d’un caramel beurre salé fondant et recouverts de chocolat au lait et de noisettes. De vraies bombes !!! Et contrairement à ce qu’on pourrait croire, ce n’est pas très difficile à faire donc laissez vous tenter !

Temps : 45mn de préparation et 22mn de cuisson
Conservation : 4/5j dans une boite hermétique à température ambiante
Pour 24 krumchy

Ingrédients :

Pour le caramel beurre salé :

  • 100g de sucre semoule
  • 70g de crème entière liquide
  • 25g de beurre demi-sel

Pour la pâte sablée :

  • 2 jaunes d’œufs
  • 60g de sucre semoule
  • 1 sachet de sucre vanillé
  • 90g de beurre mou
  • 120g de farine T55
  • 3g de levure chimique
  • 1g de fleur de sel (une grosse pincée)

Pour la finition :

  • environ 40g de noisettes émondées
  • 150g de chocolat au lait pâtissier (ou de gianduja)

Recette :

Pour le caramel beurre salé :

  • Portez la crème à ébullition dans une petite casserole (ou au micro-ondes, ça fonctionne aussi) et réservez. Dans une seconde casserole (à fond épais de préférence), versez le sucre et laissez-le cuire sur feu moyen jusqu’à ce qu’il se transforme en caramel blond foncé. Ajoutez alors la crème chaude en mélangeant vivement pour éviter les amas de caramel figé. Redonnez un bouillon pour faire fondre les éventuels morceaux de caramel puis ajoutez le beurre demi-sel coupé en petits morceaux hors du feu. Passez à la passette si des morceaux de caramel subsistent pour obtenir un caramel parfaitement lisse. Réservez à température ambiante le temps de procéder à la suite de la recette pour qu’il obtienne la bonne consistance.

Pour la pâte sablée :

  • Préchauffez le four à 180°.
  • A l’aide d’un fouet électrique, fouettez les jaunes avec les sucres jusqu’à ce que le mélange blanchisse. Ajoutez alors le beurre tout en continuant de fouetter la préparation. Incorporez ensuite la farine, la levure et le sel et travaillez le mélange jusqu’à obtenir une pâte bien homogène.
  • Divisez la pâte en 24 boules de 13g et déposez-les chacune dans une empreinte de moule à mini-muffins (il s’agit de moules de 3,5cm de diamètre sur 2cm de profondeur environ, le mien est de la marque Wilton ; un moule à mini tartelettes de la même dimension fera très bien l’affaire). Tassez les boules au fond pour qu’elles épousent bien la forme de la base des empreintes et enfournez 12mn : la pâte doit être dorée (si vos moules sont en silicone, posez-les sur une plaque de cuisson métallique pour que le fond soit bien cuit ; de même si votre moule a tendance à adhérer, beurrez-le légèrement avant de mettre la pâte dedans). Dès la sortie du four, appuyez au centre de chaque boule de pâte avec un fonceur ou un petit pilon pour créer une cavité et faire remonter la pâte sablée sur les côtés du moule (pour ma part j’ai utilisé l’embout de mon pilon). Ne démoulez surtout pas les sablés : laissez-les dans les moules jusqu’à la fin (et n’éteignez pas le four non plus).

Pour la finition :

  • Versez le caramel dans une poche à douille. Coupez légèrement l’embout pour avoir une petite ouverture et remplissez les sablés jusqu’à 1mm du bord. Entreposez le moule au réfrigérateur pendant 10mn pour que le caramel fige un peu.
  • Pendant ce temps, torréfiez les noisettes. Étalez-les sur une plaque de cuisson recouverte de papier sulfurisé et enfournez-les 10mn dans le four que vous avez laissé chauffer à 180°. Si elles ne sont pas émondées, versez-les sur un torchon propre et frottez-les vigoureusement pour enlever la peau à la sortie du four. Quand elles sont assez refroidies pour être manipulées, concassez-les grossièrement à l’aide d’un couteau. En parallèle, faites fondre le chocolat au lait au bain-marie ou au micro-ondes.
  • Sortez les krumchy du réfrigérateur et répartissez le chocolat au lait dans les empreintes (utilisez une poche à douille ou une cuillère à café selon votre préférence). Tapez légèrement le moule sur le plan de travail pour lisser le chocolat puis ajoutez les noisettes concassées par-dessus. Laissez figer le chocolat puis démoulez les krumchy en tapant le moule à l’envers sur le plan de travail (s’ils accrochent au moule et que vous n’arrivez pas à les démouler, n’hésitez pas à les passer quelques secondes dans un four préchauffé à 40° pour que le chocolat se décroche plus facilement).

Tablette de chocolat au lait, raisins secs et noisettes

Ma nouvelle petite lubie : faire mes propres tablettes de chocolat. Ça revient beaucoup moins cher que certaines tablettes du marché (même avec du chocolat pâtissier assez coûteux), vous pouvez être généreux sur la garniture et surtout vous pouvez VARIER. Vous pouvez facilement tempérer plusieurs centaines de grammes de chocolat d’un coup et faire une tablette avec des noisettes, une avec des oranges confites, une avec des fruits rouges… L’important est de vous faire plaisir !

Temps : 30mn de préparation + 15mn de cuisson
Conservation : plusieurs mois à température ambiante, bien enveloppée dans de l’aluminium
Pour 1 tablette (d’un peu plus de 100g car mes moules me le permettent)

Ingrédients :

  • 20g de noisettes émondées
  • 20g de raisins secs
  • 100g de chocolat au lait pâtissier
  • 1g de beurre de cacao (facultatif)

Recette :

  • Commencez par torréfier les noisettes. Préchauffez le four à 180°C. Étalez les noisettes sur une plaque de cuisson recouverte de papier sulfurisé et enfournez immédiatement pour 15 minutes. Si elles ne sont pas émondées, versez-les sur un torchon propre et frottez-les vigoureusement pour enlever la peau à la sortie du four. Pendant ce temps, versez les raisins dans un petit bol et recouvrez d’eau bouillante. Réservez.
  • Quand les noisettes ont assez refroidi pour être manipulées, concassez-les grossièrement. Égouttez ensuite les raisins secs, séchez-les avec du sopalin et versez-les avec les noisettes dans un bol.
  • Tempérez enfin le chocolat. Hachez le chocolat au lait et faites-en fondre 2/3 avec le beurre de cacao au bain-marie jusqu’à ce qu’il atteigne 45-50°. Hors du feu, ajoutez le tiers restant et laissez le chocolat refroidir jusqu’à atteindre 27-28°. Remettez-le enfin sur le bain-marie jusqu’à atteindre 30-31°. Versez votre chocolat dans le bol avec les noisettes et les raisins secs et mélangez bien pour que le mélange soit homogène. Versez-le dans un moule à tablette. Tapez plusieurs fois le moule sur le plan de travail pour ôter les éventuelles bulles d’air, lisser la surface et réservez plusieurs heures à température ambiante jusqu’à ce que le chocolat se solidifie.

Moelleux noisette et sa ganache chocolat au lait

J’ai flashé sur ce gâteau quand je l’ai vu chez Empreinte sucrée. J’ai trouvé qu’il était tellement beau que j’ai eu envie de faire le même. Bon évidemment, la décoration n’étant pas mon fort, le mien était beaucoup moins réussi que le sien (il faut dire que j’ai du me dépêcher d’étaler la ganache car je devais emmener le gâteau donc elle n’était pas assez refroidie et a coulé au lieu de me donner une belle épaisseur sur le dessus) mais au moins le goût était là. Ce moelleux porte très bien son nom. Sa texture est tout ce qu’on attend d’un gâteau de ce type. Le goût de noisette n’est pas trop prononcé et le chocolat au lait apporte beaucoup de douceur et de gourmandise. Un gâteau parfait pour un gros câlin au goûter.

Temps : 25mn de préparation, 45mn de cuisson et 1h30 de refroidissement
Conservation : 2/3j dans une boite hermétique à température ambiante
Pour 10/12 personnes

Ingrédients :

Pour le moelleux noisettes :

  • 100g de poudre de noisettes
  • 150g de beurre mou
  • 125g de cassonade
  • 4 œufs
  • 50g de lait
  • 150g de farine
  • 1 cuillère à café de levure chimique
  • 1 pincée de sel

Pour la ganache au chocolat au lait :

  • 100g de crème liquide entière
  • 160g de chocolat au lait pâtissier

Pour la décoration (facultatif) :

  • une dizaine de noisettes émondées
  • une petite poignée de perles croustillantes en chocolat

Recette :

Pour le moelleux noisettes :

  • Commencez par torréfier les noisettes. Préchauffez le four à 180°C. Étalez la poudre de noisette et les noisettes pour la décoration sur une plaque de cuisson recouverte de papier sulfurisé et enfournez immédiatement pour 10 minutes. Si les noisettes ne sont pas émondées, versez-les sur un torchon propre et frottez-les vigoureusement pour enlever la peau à la sortie du four. Laissez refroidir à température ambiante et baissez la température du four sur 160°.
  • Dans un saladier, travaillez le beurre avec la cassonade jusqu’à ce que le mélange soit crémeux, légèrement mousseux et homogène. Incorporez ensuite les œufs un par un puis la poudre de noisette, le lait et enfin la farine avec la levure et le sel. Mélangez bien entre chaque ajout pour que la pâte soit homogène. Versez dans un moule à manqué de 20cm (beurré et fariné si nécessaire) et enfournez 30/35m : la pointe d’un couteau doit ressortir sèche. Laissez refroidir 5/10mn dans le moule avant de démouler sur une grille pour refroidissement complet.

Pour la ganache au chocolat au lait :

  • Portez la crème à ébullition et versez-la en trois fois sur le chocolat coupé en morceaux en mélangeant bien entre chaque ajout. Si des morceaux de chocolat subsistent, passez la ganache au micro-ondes quelques secondes. Entreposez-la au réfrigérateur au moins 1h (comme vous pouvez le voir ce n’était pas suffisant pour moi, tablez plus sur 1h30 à mon avis pour être sûr si vous avez un planning à respecter) : elle est prête quand elle a une consistance de pâte à tartiner.

Pour le montage et la déco :

  • Étalez la ganache refroidie sur le gâteau (qui doit impérativement être à température ambiante pour ne pas la faire fondre, c’est pour ça qu’on le prépare avant la ganache malgré le temps de prise au froid) et donnez lui un effet de vague à l’aide du dos d’une cuillère. Coupez les noisettes préalablement torréfiées en deux et déposez-les joliment sur le glaçage avec quelques perles croustillantes.

Caraïbes de Yann Couvreur

Douceur. Voilà le mot qui me vient à l’esprit quand je repense à cet entremets. Je crois que je n’ai jamais mangé d’entremets aussi doux, moi qui suis friande de goûts francs et d’acidité. Et quel plaisir… C’était comme croquer dans un nuage. Cet entremets est vraiment tout en légèreté et en délicatesse. Vous ne trouverez pas ici de jeu de texture complexe, même si la noix de coco apporte un peu de mâche, ou d’association de goûts originale Vous y trouverez uniquement de la douceur, de la douceur et de la douceur. Une véritable caresse gustative. Cet entremets est composé d’une mousse coco emprisonnée dans deux dacquoises coco ainsi que d’une ganache montée et d’un glaçage au chocolat au lait. De quoi faire plaisir aux plus petits et aux plus grands avec ces goûts simples mais qui se marient extrêmement bien.
Concernant la réalisation de l’entremets sous un angle plus pratique, vous trouverez de nombreuses versions de cet entremets sur internet et si vous y regardez de plus près, vous ne pourrez que constater que les chiffres ne s’alignent pas correctement me concernant. Comme c’est quelque chose qui m’interpelle et m’insupporte lorsque cela m’arrive car je ne sais alors pas quelle recette je dois suivre, je vais vous expliquer le pourquoi du comment. Tout d’abord, j’ai du augmenter la quantité de ganache montée de moitié car j’ai opté pour un moule à entremets bien plus grand que celui de la recette originale. En revanche, je n’ai augmenté la quantité de pâte à dacquoise que d’un tiers car je n’ai pas eu besoin de plus pour dresser mes deux cercles de 18cm. Plus aurait conduit à des pertes inutiles. Concernant la mousse coco, j’ai gardé les mêmes proportions que la recette originales car elles donnent 422g de préparation et qu’il en faudrait 450g pour respecter la proportionnalité entre la recette originale et la mienne. Libre à vous donc d’augmenter la quantité de mousse coco si vous voulez respecter la recette à la lettre mais personnellement je n’ai pas voulu faire de perte. Enfin, je n’ai pas fait la mousse coco pour la déco. N’ayant pas de bombe de flocage et m’en étant rendu compte trop tard, impossible pour moi de la faire correctement. J’ai préféré zapper totalement cette étape plutôt qu’avoir un rendu extrêmement bancal. Parfois les décorations les plus simples sont les meilleures !
Après toutes ces explications qui pourraient vous paraître bien inutiles, je voulais juste vous dire de ne pas hésiter à vous lancer. Si vous débutez, cet entremets n’est pas très difficile. Il demande un peu de matériel (mixeur plongeant, thermomètre, plusieurs cercles à pâtisserie) et quelques ingrédients spécifiques (purée de coco, chocolat au lait pâtissier, glucose) mais si vous réussissez à réunir tous ces éléments, je pense que c’est une très bonne recette pour commencer les entremets si vous voulez vous lancer : il n’y a pas beaucoup d’éléments, pas de fioriture, les goûts sont assez basiques et universels. Avec le Fraicheur Chocolat de Pierre Hermé, ce sont vraiment mes recommandations pour passer le cran au dessus si jusqu’à présent vous ne faisiez que des gâteaux du quotidien. Et une fois ce cap passé, avec le boost de confiance en vous que vous aurez, vous verrez qu’il n’y a rien que vous ne puissiez faire en matière d’entremets et vous pourrez aller de plus en plus loin car les éléments sont plus ou moins toujours les mêmes ! Lancez vous, vous ne le regretterez pas. Je pense que vous ne pourrez qu’être agréablement surpris !

Temps : 1h30 de préparation, 20mn de cuisson + 2 nuits de congélation (et quelques temps de refroidissement) + 4h pour revenir à température de dégustation (sur 3j)
Conservation : 2/3j au frigo
Pour 12 personnes

Ingrédients :

Pour la ganache montée au chocolat au lait :

  • 6g de gélatine (3 feuilles)
  • 180g + 375g de crème fleurette (ou entière à défaut)
  • 90g de chocolat au lait pâtissier (Jivara de Valrhona pour moi)

Pour la dacquoise coco :

  • 113g de sucre glace
  • 60g de poudre d’amandes
  • 60g de noix de coco râpée
  • 120g de blanc d’œuf (4 blancs d’œuf environ)
  • 40g de sucre semoule

Pour la mousse coco :

  • 2g de gélatine (1 feuille)
  • 200g de purée de coco (trouvable sur internet et parfois au rayon bio, sinon à défaut vous pouvez la faire vous-même en suivant ce genre de tutoriel)
  • 30g de sucre
  • 10g de Malibu (ou de lait de coco)
  • 150g de crème fleurette
  • 30g de noix de coco râpée

Pour le glaçage au chocolat au lait :

  • 6g de gélatine (3 feuilles)
  • 120g de sucre
  • 120g de glucose
  • 60g d’eau
  • 60g de lait concentré sucré
  • 120g de chocolat au lait

Recette :

Pour la ganache montée au chocolat au lait (J-2) :

  • 10mn avant de commencer la ganache, déposez les feuilles de gélatine dans un grand bol d’eau froide.
  • Dans une casserole, portez à ébullition 180g de crème fleurette. Incorporez-y la gélatine essorée puis versez-la en trois fois sur le chocolat au lait coupé en morceaux en mélangeant bien entre chaque ajout. S’il reste quelques morceaux non fondus, passez la ganache juste quelques secondes au micro-ondes. Incorporez les 375g de crème fleurette restants et filmez au contact. Entreposez au réfrigérateur une nuit.

Pour la dacquoise coco (J-2) :

  • Commencez par torréfier la noix de coco râpée (profitez en pour ajouter les 30g de la mousse coco pour ne pas avoir besoin de recommencer une seconde fois). Pour cela, préchauffez le four à 170°C. Étalez la noix de coco râpée sur une plaque de cuisson recouverte de papier sulfurisé et enfournez 4-5 minutes jusqu’à ce qu’elle soit bien dorée. Réservez (n’éteignez pas votre four, vous en aurez besoin pour la cuisson de la dacquoise).
  • Mélangez le sucre glace, la poudre d’amandes et la noix de coco râpée (seulement les 60g, attention à ne pas mettre les 30g de la mousse en plus). Montez les blancs en neige. Quand les fouets commencent de laisser des traces, ajoutez le sucre semoule et fouettez jusqu’à ce que les blancs soient souples et brillants. Incorporez-y délicatement les poudres. Quand la pâte est homogène, versez-la dans une poche à douille munie d’une douille ronde assez large.
  • Tapissez une plaque de cuisson de papier sulfurisé et tracez-y deux cercles de 18cm de diamètre dessus. Retournez le papier sulfurisé et pochez la pâte en escargot en partant du centre vers l’extérieur dans les cercles (vous pouvez aussi pocher à l’intérieur d’un cercle à entremets de 18cm pour avoir la bonne taille). Enfournez 15/20mn : la dacquoise doit être légèrement dorée. Laissez refroidir sur le papier sulfurisé avant de les décoller (vous pourriez les déchirer si vous les décolliez immédiatement).

Pour la mousse coco (J-2) :

  • 10mn avant de commencer la mousse, déposez les feuilles de gélatine dans un grand bol d’eau froide et disposez votre cul de poule avec les fouets de votre batteur au congélateur. Profitez en pour torréfier la noix de coco râpée si vous ne l’avez pas fait précédemment.
  • Versez la purée de coco dans une casserole avec le sucre et chauffez sur feu doux. Quand la purée de coco commence à frémir, retirez du feu et incorporez-y la gélatine essorée. Versez dans un saladier pour couper la cuisson et ajoutez le malibu. Laissez refroidir. Quand la purée de coco est à température ambiante, sortez le cul de poule et les fouets du congélateur. Versez la crème dans le cul de poule et montez-la en crème fouettée. Incorporez la crème fouettée puis la noix de coco râpée torréfiée à la purée de coco refroidie délicatement à l’aide d’une maryse.

Pour le montage de l’insert (J-2) :

  • Posez un cercle à entremets de 18cm de diamètre sur du film alimentaire bien tendu et collez ce dernier sur les côtés pour bien étanchéifier la base. Déposez-le sur une surface plane (type planche à découper) qui pourra rentrer dans votre congélateur, film alimentaire vers le bas. Commencez par retailler vos dacquoises en 2 disques de 18 cm si elles ont gonflé à la cuisson. Déposez-en une au fond du cercle, face bombée vers le bas, coulez la mousse coco par dessus et déposez ensuite la seconde en appuyant légèrement pour qu’elle adhère à la mousse, face bombée vers le haut. Filmez au contact et entreposez au congélateur pour une nuit.

Pour le montage de l’entremets (J-1) :

  • Disposez votre cul de poule avec les fouets de votre batteur au congélateur 15mn avant de commencer le montage.
  • Posez un cercle à entremets de 20cm de diamètre sur du film alimentaire bien tendu et collez ce dernier sur les côtés pour bien étanchéifier la base. Déposez-le sur une surface plane (type planche à découper) qui pourra rentrer dans votre congélateur, film alimentaire vers le bas et chemisez l’intérieur d’une bande de rhodoid.
  • Versez la ganache montée dans votre cul de poule et fouettez-la jusqu’à ce qu’elle ait la consistance d’une chantilly. Versez-en une partie dans votre moule et répartissez-la bien à l’aide d’une maryse pour qu’il n’y ait pas de bulle d’air au fond. Versez le reste, faites remonter un peu de ganache sur les côtés à l’aide de votre maryse (sur 1cm d’épaisseur environ) et lissez grossièrement. Démoulez votre insert et enfoncez-le bien au centre de la ganache montée jusqu’à ce qu’elle remonte sur les côtés. Lissez les côtés, filmez et entreposez au congélateur une nuit.

Pour le glaçage au chocolat au lait (J-1 ou Jour J) :

  • 10mn avant de commencer la ganache, déposez les feuilles de gélatine dans un grand bol d’eau froide. Versez le sucre, le glucose et l’eau dans une casserole et chauffez jusqu’à atteindre 102° en remuant régulièrement. Incorporez la gélatine essorée et le lait concentré, mélangez et versez sur le chocolat au lait coupé en petits morceaux. Attendez 2/3mn le temps que le chocolat fonde puis mixez à l’aide d’un mixeur plongeant jusqu’à obtenir un glaçage homogène (essayez de garder la tête du mixeur constamment immergée pour ne pas faire entrer de bulle d’air). Filmez au contact et entreposez au réfrigérateur jusqu’au lendemain ou attendez que votre glaçage atteigne 35° pour passer à la suite de la recette.

Le jour J :

  • Une fois le glaçage prêt (soit réchauffé à température de 35° après un passage au frigo soit redescendu à 35° le jour même), démoulez l’entremets et déposez-le sur une grille elle-même posée sur un plat pour récupérer le surplus de glaçage. Si le glaçage ne vous apparaît pas assez fluide, n’hésitez pas à passer un petit coup de mixeur plongeant avant de le couler. Versez le glaçage en une fois sur l’entremets en partant du centre et en faisant des cercles de plus en plus larges. Lissez avec une spatule délicatement pour retirer l’excédent. Attendez quelques minutes pour que le glaçage finisse de s’écouler et enlevez les coulures qui dépassent en bas du gâteau à l’aide d’un couteau. Transférez sur votre plateau de présentation, décorez avec un peu de noix de coco râpée et laissez décongeler pendant 4h avant de servir.

Verrines cerise chocolat

D’habitude pour Noël, je vous propose toujours le même genre de recettes sucrées parce que c’est ce qu’on mange traditionnellement chez moi pour les fêtes : des bûches, du pain d’épices, des TONNES de sablés et des truffes. Mais cette fois-ci, j’ai voulu bousculer les habitudes et vous offrir une verrine (avec un petit air de forêt noire mais sans la partie gâteau). C’est un dessert qui nécessite très peu de matériel (uniquement un batteur et une source de chaleur, que ce soit des plaques de cuisson ou un micro-ondes), qui est très léger mais néanmoins très gourmand et surtout particulièrement joli à présenter. La mousse au chocolat au lait et la confiture sont des éléments assez sucrés mais les copeaux de chocolat noir, la crème fouettée non sucrée et le cacao en poudre apportent le contraste nécessaire pour que le dessert ne soit pas écœurant. Je pense que c’est une fin de repas parfaite pour un petit dîner avec peu de convives. Je n’ai fait que 2 verrines comme vous pouvez le voir sur la photo mais à 2 nous avions du mal à en finir une seule. Je pense donc que dans le cas d’un repas comme celui de Noël, vous pouvez facilement faire 6 verrines avec ces proportions sans que vos invités ne se sentent spoliés !

Temps : 20mn de préparation (un peu plus si vous devez préparer les copeaux) et 3h de refroidissement
Conservation : une fois les verrines montées (et avant de les saupoudrer de cacao en poudre), vous avez environ 12h devant vous (la chantilly maison se garde jusqu’à 24h mais se dégrade avec le temps, je vous conseille donc de les faire le jour même pour être prudent)
Pour 4 à 6 verrines

Ingrédients :

  • 85g de chocolat au lait
  • 2 œufs
  • une pincée de sel
  • 50g de copeaux de chocolat noir à 70% (si comme moi vous n’en trouvez pas en magasin, tempérez 50g de chocolat (vous pouvez juste le faire fondre sans tempérer mais il sera moins craquant), coulez-le finement sur une plaque en marbre (ou une plaque légèrement huilée), laissez-le cristalliser (il doit refroidir mais être encore souple) et raclez avec une spatule)
  • 150g de confiture cerise intense Bonne maman (pour une fois je vous indique clairement le produit que j’ai utilisé parce que cette confiture a des morceaux et qu’elle est moins sucrée. Si vous n’en trouvez pas, mettez moitié de confiture normale et moitié de griottines)
  • 200mL de crème liquide entière
  • du cacao en poudre non sucré

Recette :

  • Commencez par préparer la mousse au chocolat au lait stracciatella. Pour cela, faites fondre le chocolat au lait au bain-marie ou au micro-ondes. Séparez les blancs des jaunes d’œufs et incorporez les jaunes au chocolat fondu. Montez les blancs en neige ferme avec une pincée de sel. Incorporez-en 1/3 au chocolat en fouettant puis les 2/3 restants délicatement avec une maryse. Incorporez enfin les copeaux de chocolat extrêmement délicatement pour ne pas faire retomber la mousse. Versez dans des verrines et réservez 3h au réfrigérateur avant de passer à la suite. Profitez-en pour disposer votre cul de poule et les fouets de votre batteur au congélateur.
  • Passez une dizaine de secondes la confiture au micro-ondes pour la détendre puis répartissez-la de façon bien homogène dans les verrines (en faisant bien attention à la mousse : déposez vraiment le contenu des cuillères au plus prêt pour ne pas la percer et n’appuyez pas trop sur les morceaux de cerises quand vous essayerez de faire une couche homogène).
  • Versez la crème dans le cul de poule et montez-la en crème fouettée ferme. Répartissez-la dans les verrines et lissez à l’aide d’une spatule si vous voulez un rendu net. Réservez au frais. Juste avant de servir, saupoudrez de cacao en poudre et décorez comme désiré (chantilly, cerises amarena, copeaux de chocolat, etc).

Donuts à l’orange et leur glaçage au chocolat au lait (au four)

Ça faisait un moment que je ne vous avais pas proposé de recette de donuts sur le blog. Et pourtant, j’ADORE ces petits gâteaux. Eh oui, ne vous faites pas de fausse joie, il s’agit encore une fois de donuts cuits au four et non des délicieux beignets américains dégoulinants de gras que nous aimons tous. Nous restons ici sur une alternative un petit peu plus diététique. Et comme la saison des oranges est là et que, vous le savez maintenant, il s’agit de mon association préférée, je vous offre une recette de donuts orange/chocolat !!!! De délicieux petits gâteaux légèrement parfumés avec des zestes d’orange enrobés dans un glaçage brillant au chocolat au lait. Un véritable ravissement au goûter. Vous pouvez même envisager d’ajouter des pépites à la pâte pour encore plus de gourmandise… Attention par contre, il s’agit d’un glaçage mou/fondant, pas d’un qui va figer une fois à température ambiante. Les choses vont donc dégénérer très vite à la dégustation (mais uniquement pour le meilleur, faites moi confiance ;))

Temps : 25mn de préparation, 10mn de cuisson, 30mn de repos
Conservation : 2/3j dans une boite hermétique (au frigo de préférence et bien protégé pour ne pas qu’ils se dessèchent)
Pour 9 donuts

Ingrédients :

Pour les donuts :

  • 150g de farine
  • 75g de sucre
  • 0,5 cuillère à café de sel
  • 0,75 cuillère à café de levure
  • 120mL de lait
  • 1 gros œuf
  • 30g d’huile
  • le zeste d’une orange
  • 10ml de jus d’orange

Pour le glaçage fondant au chocolat au lait :

  • 120mL de crème liquide entière
  • 20g de miel liquide
  • 140g de chocolat au lait pâtissier

Recette :

  • Commencez par préparer les donuts. Préchauffez le four à 180°. Dans un premier saladier, mélangez la farine, le sucre, le sel et la levure. Dans un second, mélangez le lait, l’œuf, l’huile, le zeste et le jus d’orange. Versez les ingrédients liquides sur les poudres doucement et mélangez jusqu’à ce que la pâte soit homogène. Beurrez et farinez vos moules à donuts si nécessaire puis remplissez-les jusqu’à 1-2 mm du bord central. Enfournez 10mn. La pâte doit être élastique au toucher et un couteau doit ressortir complètement sec. Laissez refroidir 5mn avant de démouler sur une grille.

  • Une fois les donuts totalement refroidis, passez à la préparation du glaçage. Dans une petite casserole, portez à ébullition la crème et le miel. Mélangez bien pour que le miel se dissolve. Pendant ce temps, concassez le chocolat en morceaux et déposez-le dans un saladier. Versez la crème sur le chocolat en trois fois en fouettant bien entre chaque ajout pour que le mélange soit homogène. Préparez une grille de refroidissement et déposez-la sur du papier absorbant ou sur une plaque de cuisson non trouée. Trempez vos donuts dans le glaçage aux ¾ et déposez-les au fur et à mesure sur la grille. Vous aurez alors une première couche de glaçage extrêmement fine. Laissez sécher 30mn à température ambiante et trempez-les une seconde fois dans le glaçage qui aura alors légèrement épaissi. Déposez-les à nouveau sur la grille pendant 30mn. Cette fois-ci, vous aurez une couche de glaçage assez épaisse et super fondante typique des donuts américains.

S’mores popcorn

C’est parti pour Halloween. Pour vous laisser le temps de faire votre liste de courses pour le week end prochain, je vous partage mes essais de l’année super tôt cette fois-ci. Connaissez vous les s’mores ? Il s’agit d’un encas sucré d’origine américaine très populaire, composé de marshmallows légèrement fondus au feu de bois et de chocolat, emprisonnés dans deux biscuits Graham crackers. Il est consommé surtout l’été autour des feux de camps mais avec un bon chalumeau ou une cheminée, on peut le reproduire tout le long de l’année pour notre plus grand plaisir. On en voit énormément dans les films américains et c’est ça qui m’a donné envie de le combiner à des popcorns pour un snack d’Halloween 100% cinéma ! Personnellement j’ai adoré. J’ai trouvé le rendu super addictif entre le moelleux du popcorn, le croquant des Golden Grahams (qui viennent ici remplacer les graham crackers en une version légèrement plus sucrée), le moelleux des chamallows et la gourmandise du chocolat au lait. J’ai quasiment tout mangé toute seule, mon compagnon n’ayant pas trop aimé le fait que le popcorn ne soit pas caramélisé. Pour être encore plus respectueux de la tradition, vous pouvez faire fondre vos marshmallows ou utiliser de la pâte de guimauve (Fluff) à la place. Ça sera surement terriblement bon mais particulièrement difficile à manger proprement par contre !

Temps : 10/15mn de préparation
Conservation : 2/3j dans une boite hermétique à température ambiante
Pour 6 personnes (490kcal/part)

Ingrédients :

  • 2 cuillères à soupe d’huile
  • 125g de grains de maïs à éclater
  • 125g de mini marshmallows
  • 100g de Golden Grahams
  • 250g de chocolat au lait

Recette :

  • Versez l’huile dans une grande casserole sur feu moyen. Ajoutez le maïs, mélangez pour que tous les grains soient enrobés d’huile et refermez la casserole avec un couvercle. Le maïs va commencer d’exploser au bout de quelques minutes. Secouez la casserole (sans l’ouvrir) de temps en temps pour faire tomber les grains encore entier au fond. Retirez la casserole du feu quand les « pop » caractéristiques se font rares (cela devrait prendre environ 5mn). Versez le popcorn sur deux plaques de cuisson et retirez les grains qui n’auraient pas explosé. Ajoutez les marshmallows et les golden grahams de façon bien homogène sur le popcorn. Faites fondre le chocolat au lait au micro-ondes par tranches de 30s et versez-le en filet partout sur le mélange. Laissez prendre à température ambiante avant de mettre dans un conteneur hermétique.

Thumbprints chocolat noisettes

Nouvelle recette de biscuits avec ces délices venus des États-Unis que sont les thumbprints (littéralement empreintes de pouce) : il s’agit de biscuits super sablés, qui s’effritent très facilement, et dans lesquels on creuse une cavité au centre (normalement grâce à son pouce, d’où le nom ;)) pour y mettre la garniture de son choix. Dans cette recette chipée chez Chocolat et caetera, les biscuits sont roulés dans les éclats de noisettes et fourrés de ganache. On a donc un contraste hyper intéressant entre le sablé du biscuit, le croquant des noisettes et le fondant de la ganache. Contrairement à Guillemette qui a opté pour un chocolat noir, j’ai pour ma part réalisé une ganache au chocolat Caramelia (chocolat au lait au caramel) car malgré ce qu’on pourrait croire vu la quantité de sucre, le biscuit n’est pas du tout sucré grâce au cacao. J’ai donc voulu ajouter une petite touche de douceur pour le goûter.

.

.

Temps : 35mn de préparation et 11mn de cuisson
Conservation : une semaine dans une boite en métal hermétique
Pour une trentaine de biscuits
.

Ingrédients :

Pour la ganache :

  • 120g de crème liquide entière
  • 200g de chocolat au lait au caramel (Caramelia de Valrhona pour moi)

Pour les biscuits :

  • 220g de beurre demi-sel mou
  • 150g de sucre
  • 280g de farine
  • 60g de cacao
  • 1 cuillère à café de levure chimique
  • 100g de noisettes concassées

.

Recette :

Pour la ganache :

  • Portez la crème à ébullition dans une casserole. Versez-la en trois fois sur le chocolat en mélangeant bien entre chaque ajout. La ganache doit être lisse et brillante. S’il reste quelques morceaux non fondus, passez-la juste quelques secondes au micro-ondes. Réservez à température ambiante jusqu’à ce que la ganache ait refroidi puis filmez-la au contact et entreposez-la au réfrigérateur le temps de faire les biscuits (cela lui permettra de prendre de la consistance et donc d’en mettre plus quand on passera au fourrage).

Pour les biscuits :

  • Préchauffez le four à 180° C. Battez le beurre avec le sucre jusqu’à ce que le mélange blanchisse et devienne crémeux. Ajoutez la farine, le cacao et la levure tamisés et mélangez jusqu’à l’obtention d’une boule de pâte homogène. Prélevez une bonne cuillère à café de pâte (une vingtaine de grammes) et roulez-la entre vos mains pour former une boule. Roulez celle-ci dans les noisettes concassées et déposez-la sur une plaque de cuisson recouverte de papier sulfurisé. Recommencez jusqu’à épuisement de la pâte en disposant les biscuits en quinconce et espacés de 5cm au moins. Appuyez légèrement au centre avec le manche d’une cuillère en bois ou votre index pour creuser les biscuits (normalement il faudrait faire ça avec le pouce mais je trouve le rendu moins joli et moins pratique car ça écrase plus le biscuit que ça ne le creuse). Enfournez 11mn : les biscuits ne doivent pas être trop cuits (temps de cuisson à adapter suivant le nombre de gâteaux que vous réalisez : j’en ai fait 32 ils étaient donc un peu plus gros que ceux de Guillemette qui du coup ne les faisait cuire que 6 à 8mn). Si les creux se sont trop refermés sous l’action de la levure, n’hésitez pas à appuyer de nouveau au centre à l’aide du manche de votre cuillère en bois pour qu’ils soient bien marqués. Laissez refroidir à température ambiante.
  • Une fois vos biscuits refroidis, sortez la ganache du frigo et déposez-en une cuillère à café au centre de chacun.

Galette des rois noisette/chocolat au lait

Bonsoir !!! Je vous souhaite à tous une excellente année 2021 ! J’espère qu’elle sera pleine de bonheur et de joies, que vous et vos proches serez en bonne santé et que tous vos projets se réaliseront (sauf si vous êtes un génie du mal qui a pour vocation de conquérir le monde). Je suis un peu en retard pour vous présenter mes vœux (et j’en suis désolée) mais apparemment on peut le faire tout le mois de janvier (comme pour la galette pour laquelle je suis également en retard oups) donc je suis sauve : OUF !

Je me suis fixée pas mal d’objectifs cette année (comme vous sûrement), dont plusieurs relatifs à la cuisine et au blog. Je vais essayer de faire de mon mieux pour vous proposer un contenu plus qualitatif et plus varié. Maintenant que je vis hors de Paris, plus sereinement, j’espère pouvoir enfin changer les choses. Je vais mettre les bouchées doubles en espérant ne pas vous décevoir et vous laisser tomber !! (Enfin dans les limites permises par mon travail).

Je vous avoue qu’il y aurait énormément de choses dont je voudrais vous parler aujourd’hui mais, étant déjà en retard, je vais en revenir à la recette (c’est ce qui vous intéresse au final non ?!). Cette année, j’ai opté pour une recette de galette des rois avec une base de crème de noisettes (certains n’aimant pas trop l’amande) et un chouïa microscopique (ou pas) de chocolat au lait pour apporter un peu de gourmandise et d’originalité (et pour ne pas faire trop peur à ma famille qui a commencé à pâlir à l’énumération de mes idées de garnitures loufoques). Cette galette n’a pas fait long feu, j’ai à peine eu le temps de prendre la photo (avec les moyens du bord). Elle a fait plaisir aux plus petits et aux plus grands. C’est une très bonne alternative pour tous ceux qui ne sont pas adeptes de la galette traditionnelle à la frangipane ! Pour les autres, n’hésitez pas à aller voir mes autres recettes spéciales Epiphanie → ici ← (ne me mentez pas, je sais que même si le premier dimanche de janvier est passé vous allez en déguster encore au moins 2/3 fois dans le mois, comme moi ;)). Et pour ceux qui ne sont vraiment pas fan de la galette de façon générale, une alternative arrivera très très bientôt sur le blog !

.

.

Temps : 25mn de préparation, 1h de réfrigération et 35/40mn de cuisson
Conservation : Quelques jours dans du papier aluminium
Pour une galette de 28cm de diamètre (10/12 parts)

.

Ingrédients :

  • 150g de beurre mou
  • 100g de sucre glace
  • 150g de poudre de noisettes
  • 1,5 cuillère à café (5g) de fécule de pomme de terre
  • 1 + 1 pincées de sel
  • 150g de chocolat au lait
  • 2 + 1 œufs
  • 2 rouleaux de pâte feuilletée (ou 500g de pâte feuilletée maison)
  • 1 fève

.

Recette :

  • Mélangez le beurre, le sucre glace, la poudre de noisettes (que vous pouvez faire torréfier à 180° pendant 10mn avant de commencer la recette pour en renforcer le goût), la fécule et une pincée de sel ensemble. Faites fondre le chocolat au lait au micro-ondes ou au bain-marie puis incorporez-le au mélange précédent. Ajoutez enfin les 2 œufs. Ne travaillez pas trop le mélange : il ne doit pas devenir mousseux.
  • Séparez votre pâte feuilletée en deux et étalez sur un plan de travail fariné le premier pâton en un disque de 28cm de diamètre et le second en un disque de 30cm de diamètre. Déposez votre première pâte sur une plaque de cuisson recouverte de papier sulfurisé. Tracez légèrement un cercle de 26cm de diamètre dessus. Déposez-y la crème de noisettes de façon régulière. La bordure de 2cm doit rester parfaitement nette. Placez la fève vers le bord. Mouillez la bordure à l’aide d’un pinceau humidifié avec de l’eau. Déposez la seconde pâte sur la première en essayant de chasser l’air vers l’extérieur et soudez les deux ensemble en appuyant avec vos doigts sur les bords. Enlevez l’excédent de pâte tout autour de la galette (vous pouvez enlever environ 2cm de pâte, le fait d’avoir une seconde pâte plus large au dessus permet simplement de rendre le soudage plus facile). A l’aide d’un pinceau, dorez une première fois votre galette en la badigeonnant avec le dernier œuf battu avec une pincée de sel en faisant attention de ne pas mettre de jaune d’œuf sur les côtés de la galette (cela empêcherait la pâte de bien monter). Laissez reposer 1H au réfrigérateur : le fait de refroidir la pâte feuilletée permettra qu’elle se développe mieux une fois au four.
  • Préchauffez le four à 200°. Dorez votre galette une seconde fois. Faites un trou au milieu de la tarte puis dessinez à l’aide du dos d’un couteau des motifs dessus. Chiquetez les côtés de la galette. Enfournez 10mn puis baissez la température du four à 180° et prolongez la cuisson de 25/30mn.
  • Si vous voulez une galette brillante comme celle que vous achetez en boulangerie, un peu avant la fin de la cuisson, faites chauffer 25g de sucre avec 25g d’eau dans une casserole jusqu’à ce que le mélange devienne translucide. Dès que la galette sort du four, badigeonnez-la du sirop de sucre ainsi obtenu à l’aide d’un pinceau.

Bûche ganache montée chocolat au lait et insert framboise

La voici la voilà, la seconde bûche de Noël 2020 ! Et je ne vous avais pas menti, ce Noël est très framboise. On en retrouve dans tous mes inserts ! Pour une fois, je vous avoue que je ne me suis pas cassée la tête sur la recette. J’ai repris celle de Chic chic chocolat dont j’ai juste modifié les proportions pour qu’elles correspondent à mes recettes. Je vous ai aussi diminué la quantité de la base car j’ai trouvé qu’il y en avait un peu trop par rapport aux autres éléments (comme ça se voit à la découpe sur la photo). En ce qui concerne le reste, cette bûche n’est que douceur. On dirait un nuage de chocolat au lait, avec juste ce qu’il faut de peps grâce à la framboise. Une bûche donc très classique mais très appréciable. Je tiens juste à m’excuser du visuel qui est peut être moins soigné que d’habitude. Mon travail est plus bâclé récemment car je suis tombée malade et cuisiner, même des choses simples, s’avère particulièrement difficile, tout comme faire un article tout bête sur le blog. Mes prochaines recettes risquent d’être toutes affectées mais je préfère tout de même continuer à essayer de vous apporter de la variété plutôt qu’abandonner totalement le blog pour le reste des fêtes de fin d’année. J’espère que vous pourrez donc excuser mes erreurs à venir.

.

.

Temps :
Pour l’insert : 15mn de préparation + 3h de congélation
Pour la mousse : 15mn de préparation + 4h de congélation
Pour la base :  10mn de préparation
Pour la bûche : 12h de congélation
Pour la déco : 5mn de préparation
Conservation : aucune (mais peut-être préparée 48h à l’avance si laissée au congélateur)
Pour une bûche 10 personnes

.

Ingrédients :

Pour le confit de framboises :

  • 330g de framboises surgelées + un filet d’eau (ou 200g de coulis tout prêt)
  • 20g de confisuc
  • 3.3g de pectine

.

Pour la ganache montée au chocolat au lait :

  • 3g de gélatine
  • 100 + 250g de crème liquide entière
  • 150g de chocolat au lait

.

Pour la base biscuitée au chocolat noir :

  • 70g de chocolat noir
  • 7g de beurre de cacao
  • 35g de petits beurre
  • 35g de Gavottes

.

Pour la décoration :

  • 25g de chocolat
  • 1 cuillère à café d’huile neutre

.

.

Recette :

Pour le confit de framboises :

  • Dans une casserole, chauffez les framboises sur feu moyen. Quand elles sont molles, mixez-les jusqu’à obtenir un mélange homogène (avec un filet d’eau si votre coulis est trop épais) puis filtrez pour enlever tous les grains. Versez à nouveau dans une casserole et ajoutez le confisuc et la pectine. Sans cesser de remuer, portez à ébullition pendant 5mn. Laissez un peu refroidir puis versez dans votre moule à insert (pour moi deux moules cylindres de 75mL chacun). Couvrez de film alimentaire et placez au congélateur 2/3h environ.

.

Pour la ganache montée au chocolat au lait :

  • ^Mettez les feuilles de gélatine dans un bol d’eau froide 15mn avant de commencer. 
  • Dans une casserole, portez à ébullition 100g de crème. Incorporez-y la gélatine essorée puis versez-la en trois fois sur le chocolat au lait coupé en morceaux en mélangeant bien entre chaque ajout. S’il reste quelques morceaux non fondus, passez la ganache juste quelques secondes au micro-ondes. Incorporez les 250g de crème restants et filmez au contact. Entreposez au réfrigérateur minimum 4h.

.

Pour la base biscuitée au chocolat noir :

  • Faites fondre le chocolat noir au bain-marie puis incorporez le beurre de cacao. Mélangez bien. Mixez les petits beurres et les gavottes pour les réduire en morceaux et ajoutez-les au chocolat. Mélangez jusqu’à ce que les biscuits soient bien enrobés. Étalez la base biscuitée sur une feuille de cuisson pour obtenir un rectangle de 23x7cm. Entreposez au frais pour que le chocolat durcisse.

.

Pour le montage :

  • Disposez votre cul de poule avec les fouets de votre batteur au congélateur 15mn avant de commencer. Versez la ganache montée dans votre cul de poule et fouettez-la jusqu’à ce qu’elle ait la consistance d’une chantilly.
  • Sortez le confit du congélateur (et retailler-le si nécessaire). Versez une partie de la ganache montée dans la gouttière à bûche (pour la remplir à moitié environ). Entreposez 5mn au congélateur. Démoulez le confit et enfoncez-le un peu dans la ganache. Versez de la mousse jusqu’en haut du moule. Retaillez la base biscuitée puis déposez-la sur la mousse, en l’enfonçant légèrement pour qu’elle y adhère. Réservez au congélateur jusqu’au lendemain.
  • Le lendemain, démoulez la bûche. Faites fondre le chocolat noir et incorporez l’huile. Versez le chocolat sur les crêtes de la bûche et réservez au frigo jusqu’au moment de servir.