Brownie au nutella

Attention, tuerie ! Et pas que calorique, ce brownie est vraiment incroyablement bon. Oui il est gras et sucré mais un bon brownie à la pâte à tartiner qui SENT la pâte à tartiner, c’est tellement rare. Je dois cette sublime découverte à Mathilde qui m’a permis de me régaler. Le gâteau est parti super vite. J’ai juste remplacé 100g de sucre par 100g de nutella histoire d’être au max niveau saveurs. Évidemment, vous pouvez utiliser la pâte à tartiner de votre choix comme du Nocciolata. Concernant le moule, comme Mathilde disait de prendre un moule pas trop grand j’ai eu peur et j’ai utilisé un moule à cake souple (de environ 10/12cm de largeur). Au final un moule « normal » aurait très bien fait l’affaire, il faudra juste adapter le temps de cuisson !

.

.

Temps : 10mn de préparation + 35mn de cuisson
Conservation : 4/5j dans une boite en métal hermétique
Pour 1 brownie (10/12 personnes au vu du gâteau)
.

Ingrédients :

  • 100g de beurre
  • 50g de sucre
  • 300g + 200g de Nutella
  • 0,5 cuillère à café d’extrait de vanille liquide
  • 2 œufs
  • 60g de farine
  • 15g de cacao en poudre non sucré
  • 1 pincée de bicarbonate alimentaire (ou levure chimique)
  • 1 pincée de sel

.

Recette :

  • Préchauffez le four à 180°. Versez le beurre et le sucre dans une casserole et chauffez sur feu doux en remuant régulièrement jusqu’à ce que le beurre soit totalement fondu. Retirez du feu. Ajoutez 300g de nutella et l’extrait de vanille liquide et mélangez jusqu’à obtenir un ensemble homogène. Incorporez les œufs un à un puis la farine, le cacao, le bicarbonate et le sel ensemble. Mélangez jusqu’à ce que la pâte soit bien homogène et sans grumeau. Versez moitié de la pâte dans un petit moule, chemisé de papier sulfurisé si nécessaire (pour ma part un moule à cake de 10/12cm de large ; je pense qu’un moule traditionnel de 18/20cm de diamètre serait tout aussi bien). Égalisez la surface. Passez le nutella restant une dizaine de secondes au micro-ondes pour le détendre et versez-en sur toute la surface de la pâte. Recouvrez avec la seconde moitié de pâte et enfournez 35mn (probablement moins si vous avez un moule traditionnel car mon moule étant étroit, le gâteau était assez haut) : la pointe d’un couteau doit ressortir légèrement humide avec des miettes de gâteau. Laissez refroidir avant de servir.

Victoria sponge cake

Cette recette va constituer une première (et probablement une exception) pour le blog puisque je vais vous proposer une recette que je n’ai pas aimé… J’ai d’ailleurs hésité très très longtemps avant de la publier. J’étais partagée entre plusieurs choses : d’un côté je voulais vous faire connaitre cette spécialité britannique qui est un grand classique, de l’autre je déteste l’idée de vous partager un gâteau que je n’ai pas apprécié. Je suis donc parvenue à un compromis avec moi même au bout d’une longue réflexion (et croyez-moi parfois ce n’est pas si facile que ça ;)) : je vous partage la recette traditionnelle mais je vous propose ensuite de quoi régler les soucis de ce gâteau à mon sens. Parce que bien évidemment, tout n’est pas mauvais dedans. Les génoises par exemple sont excellentes, bien vanillées et super moelleuses. Et c’est bien connu, la confiture de fraise se marie très bien avec la vanille. Rien à dire donc de ces deux côtés. Mon soucis, comme toujours, réside dans la crème au beurre. C’est beaucoup beaucoup beaucoup trop sucré… Certes le côté aérien de la crème est plaisant mais cela n’apporte aucun goût au gâteau. Donc entre des génoises sucrées, la confiture sucrée et la crème au beurre très très sucrée. Le résultat final est bien au delà de ce que mon organisme peut supporter personnellement. Par contre si vous êtes un accro du sucre, lancez vous à corps perdu ! Si vous ne l’êtes pas, je vous conseille de jeter un petit coup d’œil aux notes en dessous de la recette !

.

.

Temps : 35mn de préparation et 25mn de cuisson
Conservation : 3j au réfrigérateur (dans une boite hermétique de préférence, sinon dans du cellophane) ; à sortir 15mn avant dégustation
Pour 1 gâteau (12 parts environ)

.

Ingrédients :

Pour les génoises :

  • 180g de beurre mou
  • 200g de sucre
  • 2 cuillères à café d’extrait de vanille liquide
  • 4 œufs
  • 230g de farine
  • 15g de maïzena
  • 2 cuillères à café de levure chimique
  • 1 pincée de sel
  • 100mL de lait

Pour la garniture :

  • 150g de beurre mou
  • 250g de sucre glace
  • 0.25 cuillère à café de sel
  • 1 cuillère à café d’extrait de vanille liquide
  • 150g de confiture de fraises

.

Recette :

Pour les génoises :

  • Préchauffez le four à 180°. Battez le beurre avec le sucre jusqu’à ce que le mélange blanchisse et devienne crémeux. Incorporez l’extrait de vanille puis les œufs un à un en mélangeant bien entre chaque. Dans un saladier, mélangez la farine tamisée, la maïzena, la levure et le sel et incorporez les poudres au mélange précédent en 3 fois en alternant avec le lait.
  • Beurrez et farinez deux moules de 18cm et répartissez la pâte égalitairement entre les deux. Enfournez 25 à 30mn : la pointe d’un couteau doit ressortir sèche. Démoulez les gâteaux et laissez-les refroidir sur une grille.

Pour la garniture :

  • Commencez par préparer la crème au beurre. Dans le bol de votre robot muni de la feuille, crémez le beurre avec le sucre glace pendant 2-3mn. Ajoutez le sel et la vanille. Changez la feuille pour le fouet et fouettez la garniture pendant au moins 5mn pour qu’elle devienne légère et crémeuse. Réservez.
  • Passez ensuite au montage une fois les génoises totalement refroidies. Déposez votre premier gâteau sur le plat de service. Si nécessaire, égalisez le dessus afin d’avoir une surface plane. Étalez la crème au beurre uniformément, puis la confiture (si elle est trop compact, passez-la juste quelques secondes au micro-ondes) et finissez en déposant le second gâteau. Appuyez très légèrement pour faire adhérer et saupoudrez d’un peu de sucre glace avant de servir.

Note : Pour avoir un gâteau plus équilibré (mais qui ne respecte pas la recette traditionnelle), voici mes deux propositions : remplacez la crème au beurre par une belle chantilly au mascarpone ferme, aérienne et légèrement sucrée ou divisez la quantité de crème au beurre par 2 et ajoutez des tranches de fraises entre la crème et la confiture pour ajouter une touche de fraicheur et d’acidulé au gâteau !

Suzy, le gâteau au chocolat de Pierre Hermé

En ce moment, j’enchaine un peu les journées compliquées au boulot. J’ai donc peu le temps de faire des articles mais aussi de cuisiner. J’ai ainsi du ressortir une recette facile, rapide et surtout très réconfortante des placards : celle du gâteau au chocolat « Suzy » de Pierre Hermé. Elle vous donnera un gâteau hyper fondant et super chocolaté. Et pour une fois, pas question de baisser la quantité de sucre de mon côté : si Pierre Hermé pense que j’ai besoin d’autant de douceur, c’est que ça doit être vrai 😉

.

.

Temps : 10mn de préparation + 25mn de cuisson
Conservation : 4/5j dans une boite hermétique à température ambiante
Pour un gâteau (8/10 personnes)

.

Ingrédients :

  • 250g de beurre
  • 250g de chocolat noir (66% pour moi)
  • 200g de sucre
  • 4 œufs
  • 70g de farine

.

Recette :

  • Préchauffez le four à 180°. Faites fondre le beurre et le chocolat au bain-marie ou au micro-ondes. Pendant ce temps, fouettez le sucre avec les œufs jusqu’à ce que le mélange blanchisse. Incorporez ensuite le mélange beurre/chocolat puis la farine. Mélangez jusqu’à ce que la pâte soit homogène. Versez-la dans un moule de 23cm de diamètre et enfournez pendant 25mn environ. La pointe d’un couteau doit ressortir légèrement humide. Servez une fois refroidi.

Note : Il existe une autre méthode pour cette recette sur internet où l’on bat le beurre avec le sucre, puis on incorpore le chocolat fondu, les œufs et la farine. Je n’ai pas réussi à trouver laquelle était la bonne mais celle-ci est tellement délicieuse que personnellement je m’en contente 😉

Fraisier traditionnel

Voici un gâteau super traditionnel, qui en jette quand on le sert à ses invités et qui fera le plaisir des fanas de fraises : le fraisier. Je l’ai voulu tout en tradition pour une première à savoir composé de deux biscuits génoises, d’une crème mousseline et d’une montagne de fraises fraiches. Mais c’est un gâteau qui peut se prêter à beaucoup de déclinaisons que ce soit en terme de type de crème utilisée, de biscuit ou même de parfum. Laissez vous porter par vos envies du moment ! En tout cas, je suis très fière d’avoir réussi ce classique de la pâtisserie, surtout en terme de déco puisque ce n’est vraiment pas mon fort, et je pense que vous le serez tout autant si vous vous laissez tenter. C’est un défi qui vaut vraiment le coup !

.

.

Temps : 20mn de préparation + 15mn de cuisson pour la génoise ; 20mn de préparation + 1h d’infusion pour la mousseline ; 2mn de préparation pour le sirop ; 1h de préparation et 2h de réfrigération pour le montage
Conservation : aucune, la crème mousseline se conserve très mal et la pâte d’amande se mouille au frigo
Pour 1 fraisier (10/12 personnes : c’est un gâteau sur lequel on fait de petites parts)

.

Ingrédients :

Pour la génoise :

  • 40g de beurre
  • 4 œufs
  • 140g de sucre
  • 140g de farine

Pour la crème mousseline :

  • 375mL de lait entier
  • 1 gousse de vanille
  • 37.5 + 37.5g de sucre
  • 60g de jaunes d’œufs (environ 3 jaunes d’œufs de calibre normal)
  • 30g de maïzena
  • 125g + 125g de beurre pommade (à température ambiante)

Pour le sirop d’imbibage :

  • 50g d’eau
  • 60g de sucre
  • 10g de kirsch (optionnel, peut-être remplacé par de la liqueur ou du sirop de fraises)

Pour le montage et le décor :

  • 750g de fraises (+ quelques unes pour le décor)
  • 150g de pâte d’amande (+ un peu pour le décor)

.

.

Recette :

Pour la génoise :

  • Préchauffez votre four à 180°. Faites fondre le beurre dans une casserole et réservez hors du feu pour qu’il tiédisse.
  • Pendant ce temps, cassez les œufs dans un cul-de-poule.  Battez-les et versez le sucre dessus en mélangeant. Placez votre cul de poule sur un bain-marie et fouettez le mélange jusqu’à ce qu’il épaississe (55/60°). Retirez du feu et continuez de fouetter jusqu’à complet refroidissement. Prélevez quelques cuillères et mélangez-les au beurre fondu. Réservez. Versez la farine en pluie sur le mélange du cul de poule et incorporez-la délicatement avec une maryse en soulevant la pâte pour ne pas qu’elle retombe (comme avec un biscuit à roulé). Ajoutez enfin le beurre et mélangez doucement.
  • Versez la pâte sur une plaque de 40cm recouverte de papier sulfurisé ou de silpat ou faites deux cercles de 22cm. Si vous n’avez aucun des deux, utilisez votre cercle de 20cm (celui-là est impératif sinon vous ne pouvez pas faire le fraisier). Enfournez pendant 15mn : la génoise doit être souple et blonde (très légèrement dorée mais encore un peu pâlotte). Laissez refroidir avant de démouler. Découpez un cercle de 18cm et un cercle de 19cm. Réservez à température ambiante dans du film alimentaire pour empêcher qu’ils ne sèchent.

Pour la crème mousseline :

  • Dans une casserole, portez le lait et la gousse de vanille fendue et grattée à ébullition puis laissez infuser 1h hors du feu. Vous pouvez laisser la crème infuser moins longtemps mais son goût de vanille sera peu prononcé.
  • Une fois le lait infusé, portez-le à nouveau à ébullition avec moitié du sucre. Battez les jaunes avec le reste du sucre dans un cul de poule. Incorporez la maïzena tamisée. Filtrez le lait bouillant puis versez-le sur le mélange précédent petit à petit, sans cesser de remuer. Transvasez la crème dans la casserole puis chauffez à nouveau sur feu moyen jusqu’à ce que la crème épaississe. Versez immédiatement dans un cul de poule et incorporez 125g de beurre coupé en petits morceaux. Fouettez bien le mélange. Filmez au contact et laissez refroidir complétement à température ambiante.
  • Une fois la crème revenue à température ambiante, à l’aide du robot muni du fouet, fouettez-la quelques secondes pour l’assouplir puis incorporez ensuite les 125g de beurre restants, coupés en morceaux, petit à petit, à vitesse moyenne. Il faut bien que votre crème et votre beurre soient à la même température pour qu’elle ne graine pas. Quand l’intégralité du beurre est incorporé, continuez de fouetter quelques minutes jusqu’à ce que la crème monte bien et soit légère.

Pour le sirop :

  • Chauffez l’eau et le sucre jusqu’à ce que le sucre soit totalement dissout puis incorporez le kirsch hors du feu.

Pour le montage :

  • Commencez par équeuter, laver et sécher toutes vos fraises.
  • Beurrez l’intérieur de votre cercle à pâtisserie de 20cm et fixez-y une bande de rhodoid. Déposez-le sur votre plat de service, bien au centre. Imbibez généreusement votre génoise de 18cm de sirop à l’aide d’un pinceau et placez-la bien au centre, mie au dessus. Coupez des fraises en deux et placez-les tous le long du cercle contre la bande de rhodoid en les serrant bien.
  • Versez votre crème mousseline dans une poche à douilles et pochez-en : entre les fraises le long du rhodoid, entre le biscuit et les fraises pour combler l’espace vide et une fine couche au fond du cercle pour que vos fraises puissent adhérer. Placez des fraises entières sur toute la surface de votre génoise pointes en haut en les serrant bien pour avoir un maximum de fruits. N’hésitez pas à couper la pointe si vos fraises sont trop hautes : il ne faut pas qu’elles dépassent de la crème et percent le biscuit génoise du dessus.
  • Pochez à nouveau de la crème entre les fraises puis au dessus jusqu’à les avoir totalement recouvertes : il faut qu’il ne vous en reste qu’un peu pour la finition. Lissez avec une spatule. Imbibez la génoise de 19cm et déposez-la bien au centre du cercle, mie côté crème. Appuyez légèrement pour enfoncer le biscuit puis pochez le restant de crème sur le biscuit. Lissez pour ne conserver qu’une fine couche.
  • Entreposez au réfrigérateur pendant 2h.

Pour la finition :

  • Procédez à cette étape juste avant de servir le gâteau car la pâte d’amande supporte très mal le frigo. Étalez la pâte d’amande finement sur un plan de travail légèrement saupoudré de sucre glace et détaillez un disque de 20cm de diamètre. 
  • Retirez le cercle à entremets et le rhodoid de votre fraisier et déposez le disque de pâte d’amande dessus. Appuyez légèrement pour qu’il adhère bien à la crème. Décorez à votre convenance avec des fraises, de la pâte d’amande et/ou des fleurs.

Banana cake fourré au dulce de leche et sa ganache chocolat

Avec la grisaille extérieure de ce premier week-end de mai, je mets de côté temporairement les fraises pour vous offrir un gâteau super réconfortant à la banane, au chocolat et au dulce de leche que j’ai trouvé sur le blog de Elodie. La base est super moelleuse grâce à la banane dont le goût est souligné par le cacao. S’agissant d’un fruit sucré naturellement et au vu de la présence du dulce de leche, j’ai encore une fois diminué la quantité de sucre. Concernant le dulce de leche d’ailleurs, je ne l’ai pas trouvé assez présent à mon premier essai donc j’ai doublé la quantité pour qu’il ne soit pas trop éclipsé par la banane qui a un goût assez puissant. Pour le glaçage, personnellement, j’ai préféré le gâteau sans mais mon compagnon a préféré avec. Je vous conseille donc de suivre votre cœur sur ce coup. Pour la recette que je vous propose, j’ai coupé la poire en deux et divisé les proportions par deux pour qu’il soit toujours présent mais ne prenne pas trop le pas sur les autres saveurs. Pour une fois, n’hésitez pas à prendre un chocolat moins fort en cacao que celui à 66% que je vous conseille d’habitude. Votre gâteau aura plus de douceur !

.

.

Temps : 30mn de préparation + 40mn de cuisson
Conservation : 4/5j au frigo bien filmé (c’est un gâteau qui se conserve très bien, la ganache sera juste un peu dure donc il faut penser de le sortir à l’avance pour le déguster)
Pour un gros gâteau de 12 parts environ

.

Ingrédients :

Pour le gâteau :

  • 250g de beurre
  • 150g de sucre
  • 100g de sucre muscovado
  • 85g de miel
  • 245g de bananes écrasées (environ 2 bananes et demi)
  • 4 œufs
  • 335g de farine
  • 50g de cacao en poudre non sucré
  • 1 cuillère à café de bicarbonate de sodium
  • 1 cuillère à café de levure chimique
  • 1 pincée de sel
  • 370mL de lait fermenté (aussi appelé lait ribot, babeurre ou buttermilk ; peut-être remplacé par du lait normal dans lequel vous aurez ajouté 1 cuillère à soupe de vinaigre blanc 10mn avant de commencer à préparer la pâte)

Pour la garniture :

  • 150g de dulce de leche

Pour le glaçage :

  • 100g de chocolat noir
  • 120g de crème fraîche
  • 150g de dulce de leche

.

Recette :

Pour le gâteau :

  • Préchauffez le four à 180°.
  • Dans une casserole (ou au micro-ondes), faites fondre le beurre. Versez-le sur les sucres et battez jusqu’à ce que l’ensemble soit homogène. Incorporez ensuite le miel et les bananes écrasées. Ajoutez les œufs un à un en mélangeant bien entre chaque. Mélangez la farine, le cacao, le bicarbonate, la levure et le sel dans un autre récipient. Incorporez 1/3 des poudres à la pâte puis moitié du lait fermenté et recommencez l’opération, en finissant par le dernier tiers de poudres. Versez la pâte dans un moule à charnière de 24cm tapissé de papier sulfurisé et enfournez 40 à 45mn : la pointe d’un couteau doit ressortir sèche. Laissez tiédir le gâteau une dizaine de minutes avant de le démouler et le laisser complétement refroidir sur une grille.
  • Une fois votre gâteau totalement refroidi, coupez-le en deux et garnissez-le généreusement de dulce de leche.

Pour le glaçage :

  • Commencez par préparer la ganache au chocolat. Pour cela, faites fondre le chocolat au main-marie ou au micro-ondes et, une fois refroidi, battez-le avec la crème fraîche jusqu’à obtenir une crème au chocolat brillante et soyeuse. Etalez-la sur le dessus du gâteau à l’aide d’une spatule puis ajoutez le dulce de leche restant par dessus.

Moelleux pomme carotte

Je n’avais pas réalisé que ça faisait aussi longtemps que je vous avais pas proposé de vraie recette de gâteau toute simple pour faire un bon goûter le week-end. Je vais donc corriger le tir avec cette recette de moelleux pomme carotte. Avec ses ingrédients, c’est un gâteau aux fruits que vous pouvez faire toute l’année, ce qui le rend drôlement pratique. Je le trouve aussi très esthétique visuellement avec ses pommes tranchées sur le dessus. Il est enfin extrêmement moelleux et très parfumé. C’est un véritable délice. Pour qu’il reste assez sain à déguster, j’ai également énormément diminué la quantité de sucre que prévoyait Aux délices des gourmets, comme ça, il n’y a aucune raison de culpabiliser à se faire plaisir 😉

.

.

Temps : 30mn de préparation + 40mn de cuisson
Conservation : 4/5j dans du film alimentaire
Pour 10/12 personnes

.

Ingrédients :

  • 180g de carottes (environ deux carottes de taille moyenne)
  • 1 + 2 pommes
  • 2 œufs
  • 100g de sucre
  • 2 sachets de sucre vanillé
  • 200g de farine
  • 1 sachet de levure chimique
  • 0.5 cuillère à café de cannelle en poudre
  • 1 pincée de sel
  • 125g de beurre fondu
  • un demi citron
  • 1 cuillère à soupe de gelée de pommes (ou d’abricot ou autre goût plutôt neutre)

.

Recette :

  • Préchauffez le four à 180°.
  • Lavez, épluchez et râpez finement les carottes. Réservez. Lavez, épluchez, épépinez  et taillez une pomme en julienne (la recette originale indique qu’il faut la râper mais je trouve personnellement que ça « écrase » la pomme et que beaucoup de jus se perd, je préfère donc la découper finement). Réservez également.
  • Battez les œufs avec les sucres jusqu’à ce que le mélange blanchisse. Incorporez ensuite la farine, la levure, la cannelle et le sel ensemble. Une fois la pâte homogène, ajoutez le beurre fondu puis les carottes et la pomme coupée en julienne. Mélangez bien. Beurrez un moule à manqué de 20cm de diamètre et versez-y la pâte.
  • Lavez, épluchez, coupez les pommes en deux et épépinez-les. Frottez-les avec le demi-citron pour éviter qu’elles s’oxydent. Coupez chaque demie-pomme en tranches, en les maintenant bien serrées puis déposez les sur la pâte en les enfonçant légèrement. Chauffez légèrement la gelée de pommes au micro-ondes pour la liquéfier et badigeonnez-en les pommes à l’aide d’un pinceau.
  • Enfournez le gâteau 40/45mn : la pointe d’un couteau doit ressortir sèche. Laissez tiédir avant de démouler. Dégustez froid.

Gâteau chocolat-caramel beurre salé

La voici la voilà, la dernière BOMBE calorique chocolatée que j’ai réalisée. Un gâteau à réserver pour les grandes occasions au vu sa taille ! Pas moins de trois gâteaux, un pot de caramel au beurre salé et 500g de glaçage vous attendent ici pour régaler une trentaine de personnes avec sa gourmandise. Et malgré ce qu’on pourrait penser, c’est un gâteau super moelleux et pas du tout étouffant ! On ne voit peut-être pas le caramel à la découpe mais il imbibe les différentes couches, les rendant presque fondantes en bouche. Hormis le montage qui demande un peu de dextérité d’ailleurs, malgré sa taille, ce dessert reste plutôt facile à faire si vous avez un robot pâtissier. Si vous n’en avez pas,ça reste largement faisable, mais je vous souhaite bien du courage pour mélanger ces 2kg de pâte à la main !

.

.

Temps : 15mn de préparation pour le caramel ; 10mn de préparation, 30mn de cuisson et le temps de refroidissement pour le gâteau au chocolat ; 10mn de préparation pour le glaçage ; 30mn de préparation et 1h de refroidissement pour le montage SOIT 1h05 de travail effectif et 1h30 de cuisson/repos en tout
Conservation : 5 jours au réfrigérateur
Pour 30 personnes environ

.

Ingrédients :

Pour le caramel au beurre salé (il vous en restera) :

  • 200g de sucre
  • 80g de beurre demi-sel
  • 300ml de crème liquide entière

Pour les gâteaux au chocolat :

  • 250g de sucre
  • 150g de sucre blond
  • 330g de farine
  • 180g de cacao en poudre non sucré
  • 3 cuillères à café de bicarbonate de sodium
  • 1,5 cuillère à café de levure chimique
  • 1,25 cuillère à café de sel
  • 3 gros œufs entiers + le jaune de 2 gros œufs
  • 360mL de crème aigre (ou crème sure/sour cream : si vous n’en trouvez pas vous pouvez la faire vous même en suivant cette recette par exemple, c’est très simple, je vous conseille alors de privilégier le vinaigre au citron qui fonctionne moins bien et de bien anticiper sa préparation)
  • 80mL de lait entier
  • 180mL d’huile neutre (colza, tournesol)
  • 2 cuillères à soupe d’extrait de vanille liquide
  • 360mL d’eau chaude

Pour le glaçage au chocolat :

  • 225g de beurre mou
  • 250g de sucre glace
  • 45g de cacao en poudre non sucré
  • 0,5 cuillère à café d’extrait de vanille liquide
  • 0,25 cuillère à café de sel
  • 1,5 cuillère à soupe de crème fraiche épaisse
  • 2 cuillères à soupe du caramel au beurre salé
  • de la fleur de sel

.

Recette :

Pour le caramel au beurre salé :

  • Faîtes chauffer le sucre à sec sur feu moyen dans une poêle à rebord haut (la plus grand possible : plus il y aura de sucre en contact avec le fond de la poêle, plus il sera facile pour vous d’obtenir une fonte homogène et de contrôler la cuisson du caramel). Laissez le cuire jusqu’à ce qu’il fonde et atteigne une belle couleur ambrée, en évitant de le toucher au maximum (vous pouvez remuer légèrement si des paquets se forment ou qu’une partie du sucre est déjà caramélisée alors que l’autre n’est même pas fondue car votre poêle serait trop petite mais un corps étranger dans le sucre a tendance à le faire cristalliser et figer : il faut donc éviter au maximum). Ajoutez alors petit à petit le beurre demi-sel coupé en dés puis la crème en mélangeant vivement à l’aide d’un fouet pour éviter les grumeaux. Si des morceaux de caramel se forment et figent malgré tout, pas de problème, continuez de chauffer le caramel sur feu moyen en remuant continuellement : la chaleur aidant, le caramel se réchauffera, fondera et se mêlera à nouveau à la crème. Une fois votre caramel homogène et sans morceau, prolongez la cuisson pendant 5mn pour qu’il épaississe. Retirez du feu et versez dans deux pots à confiture. Laissez refroidir à température ambiante puis entreposez au frigo pendant que vous préparez le reste du gâteau.

Pour les gâteaux au chocolat :

  • Préchauffez le four à 180°.
  • Dans le bol de votre robot muni de la feuille, mélangez les sucres, la farine, le cacao en poudre, le bicarbonate, la levure et le sel. Dans un autre saladier, battez les œufs, les jaunes, la crème aigre, le lait entier, l’huile et l’extrait de vanille ensemble jusqu’à obtenir un mélange homogène. Versez ce dernier sur les poudres et mélangez sur vitesse lente jusqu’à obtenir une pâte homogène (au vu de la quantité, n’hésitez pas à arrêter votre robot de temps en temps pour racler les bords et le fond du bol). Incorporez alors l’eau chaude et continuez de mélanger pendant une minute environ pour avoir une belle pâte fluide et homogène.
  • Beurrez et chemisez de papier sulfurisé si nécessaire trois moules ronds de 22cm de diamètre. Si comme moi vous n’en avez qu’un, il vous faudra laisser refroidir votre moule et le laver (si votre moule est en silicone et ne nécessite pas d’être chemisé) ou le beurrer/chemiser à nouveau entre chaque fournée. Répartissez la pâte de façon égale entre les moules (700g dans chaque environ) et enfournez 30mn. La pointe d’un couteau doit ressortir sèche. Laissez refroidir les gâteaux 10mn dans les moules avant de les démouler et de les laisser refroidir complètement sur une grille.

Pour le glaçage au chocolat :

  • Dans le bol de votre robot muni de la feuille, battez le beurre à vitesse moyenne pendant 2/3mn jusqu’à obtenir une texture crémeuse. Arrêtez le robot, ajoutez le sucre glace et le cacao et remettez en marche sur vitesse lente pendant 2mn jusqu’à ce que le mélange soit bien homogène. Ajoutez alors la vanille, le sel, la crème et le caramel au beurre salé et mélangez sur vitesse moyenne. Si votre glaçage vous parait trop liquide, ajoutez un peu de sucre glace et s’il vous parait trop solide ajoutez un peu de crème.

Pour le montage :

  • Égalisez vos gâteaux en coupant le dessus afin d’obtenir une surface plane. Déposez un premier gâteau sur un plat (ou un plateau tournant si vous en avez un). Étalez une bonne couche de caramel (environ moitié d’un pot à confiture). Déposez votre second gâteau. Étalez comme précédemment du caramel (l’autre moitié du pot) et déposez votre dernier gâteau. Vérifiez que les trois étages sont bien alignés puis masquez l’intégralité de votre gâteau d’une fine couche de glaçage (si vous avez une spatule à glaçage cette étape sera plus facile). Il faut que le résultat soit lisse et régulier. Si les étages se décalent pendant cette étape, veillez à bien les réaligner. Placez au frais 1 heure pour que le glaçage prenne (laissez votre glaçage à température ambiante pendant ce temps pour pouvoir facilement le travailler à l’étape suivante).
  • Une fois le glaçage pris, finissez de glacer le haut et les côtés du gâteau avec le glaçage restant. Parsemez un peu de fleur de sel dessus et servez.

Bolo de Cenoura

Bonjour à tous ! Ce soir on se retrouve pour un gâteau d’ailleurs mais pas tant que ça puisque ce gâteau brésilien aux carottes ne demande que des ingrédients très communs pour sa réalisation. Rien que des basiques ici. Je trouve personnellement que c’est un avantage non négligeable d’avoir ce genre de gâteau dans son répertoire, pour dépanner en cas de coup dur. En plus, le fait d’utiliser des carottes change quand même du traditionnel gâteau au yaourt ou au chocolat des fonds de placard ;). Concernant le bolo de cenoura en lui même, c’est un gâteau avec un petit arrière goût de carrot cake mais très subtil, très doux. Comme le dit Bernard (à qui j’ai piqué la recette), on ne sent pas la quantité de sucre à la dégustation (bon j’ai quand même diminué un peu histoire de). Le glaçage au chocolat est à mon sens primordial pour que la saveur soit un peu moins plate. Concernant la texture, même si le bolo de cenoura est très moelleux, on est plus proche d’un quatre-quart, qui s’effrite légèrement à la découpe, que d’un carrot cake plus humide. J’espère que ce gâteau vous plaira. Personnellement j’ai été agréablement surprise (même si mon coeur appartiendra toujours au vrai carrot cake) !

.

.

Temps : 15mn de préparation + 40mn de cuisson
Conservation : 3/4 jours dans une boite hermétique ou du papier alu
Pour un gros gâteau (12/16 parts)

.

Ingrédients :

Pour le gâteau :

  • 325g de carottes crues, épluchées (3 carottes environ)
  • 3 œufs
  • 190g d’huile de colza
  • 300g de sucre
  • 400g de farine
  • un sachet de levure chimique

.

Pour le sirop au chocolat :

  • 150g de sucre
  • 25g de cacao en poudre
  • 20g d’huile neutre
  • 50mL d’eau

.

Recette :

  • Préchauffez le four à 180°. Coupez vos carottes en morceaux et passez-les au blender pour les râper très finement. Ajoutez les œufs et l’huile et mixez à nouveau pour obtenir comme une purée assez homogène. Transvasez dans un gros saladier puis incorporez le sucre. Ajoutez enfin la farine et la levure ensemble et fouettez énergiquement jusqu’à obtenir une pâte bien lisse et homogène. Versez celle-ci dans un moule à manqué de 22cm de diamètre, beurré et fariné, et enfournez 40mn environ. La pointe d’un couteau doit ressortir sèche. Si comme moi vous n’avez pas de moule de 22cm mais seulement un de 20cm, prolongez la cuisson jusqu’à 1h. Laissez refroidir une dizaine de minutes dans le moule avant de démouler sur une grille.
  • Lorsque votre gâteau est froid, préparez le sirop au chocolat. Dans une casserole, mélangez le sucre et le cacao en poudre ensemble. Incorporez ensuite l’huile et l’eau et homogénéisez bien le mélange. Portez à ébullition pendant 2mn sans cesser de remuer puis laissez refroidir 30s/1mn pour que le sirop commence un peu à épaissir avant de verser sur le gâteau. Il faut essayer d’avoir un bon timing concernant le sirop : si vous n’attendez pas du tout, il risque d’être trop liquide et n’adhérera pas au gâteau ; si vous attendez trop longtemps, il sera trop épais et vous aurez du mal à le verser joliment sur le gâteau.

Gâteau truffé orange/chocolat

Ce week-end j’ai eu une grosse envie de gâteau au chocolat et à l’orange. Je n’arrivais pas à me sortir cette idée de la tête. Je pense que c’est vraiment l’association que je préfère et qui m’obsède à cette période (probablement parce qu’elle me rappelle Noël). Mais je voulais quand même pouvoir vous proposer une recette qui change de celle du moelleux que vous avez déjà de disponible sur le blog (une de mes recettes de gâteaux préférées soit dit en passant). Je suis donc partie sur une idée de gâteau « truffé » : un gâteau bien plus dense et fondant que le précédent, que j’ai agrémenté d’écorces d’orange confite pour plus de gourmandise. Je suis vraiment satisfaite du résultat ! Je me dis même que j’aurais pu pousser le vice en faisant une petite crème anglaise à l’orange pour l’accompagner, mais j’y ai pensé trop tard. Par contre il faut bien respecter le temps de réfrigération du gâteau car tiède il sera mousseux (et pas une texture mousseuse très agréable, croyez-en mon expérience) et les saveurs ne seront pas assez développées !
PS : Je m’excuse encore une fois pour la qualité des photos, je n’ai toujours pas retrouvé mon studio photo dans les cartons…

.

.

Temps : 25mn de préparation, 25mn de cuisson, 12h de réfrigération
Conservation : 5j au frigo dans une boite hermétique
Pour un gâteau de 22cm (10 personnes environ)

.

Ingrédients :

  • 250g de chocolat à 70%
  • 230g de beurre
  • 6 œufs
  • le zeste d’une orange finement râpée
  • 125g + 30g de sucre
  • 75g de poudre d’amandes
  • 1 pincée de sel
  • 100g d’écorces d’orange confites

.

.

Recette :

  • Préchauffez le four à 190°.
  • Faites fondre le chocolat coupé en morceaux et le beurre au bain-marie, en remuant de temps en temps, jusqu’à ce que le mélange soit bien lisse. Réservez. Séparez les blancs des jaunes dans deux grands saladiers. Versez le zeste d’orange et les 125g de sucre sur les jaunes et battez jusqu’à ce que le mélange blanchisse et épaississe. Incorporez ensuite le chocolat tiédi, puis la poudre d’amandes. La pâte doit être bien homogène. Montez les blancs en neige avec la pincée de sel. Lorsque le fouet commence à laisser une trace dans les blancs, versez environ 1/3 du sucre restant sans cesser de battre. Quand les blancs sont bien fermes, ajoutez la fin du sucre et continuez de fouetter jusqu’à ce qu’ils soient brillants et fassent un bec d’oiseau. Incorporez-les très délicatement à la masse chocolatée à l’aide d’une maryse et mélangez bien pour que la pâte soit parfaitement homogène. Incorporez enfin les écorces d’orange confites coupées en dés.
  • Versez la pâte dans un moule beurré et fariné (ou en silicone) de 22cm de diamètre. Enfournez 25mn environ : la pointe d’un couteau doit ressortir légèrement humide du centre du gâteau. Laissez refroidir, démoulez sur un plat puis entreposez au réfrigérateur pendant 12h. Sortez du frigo 10/15mn avant de servir.

Cannelés de Christophe Felder

Comme vous avez pu vous en apercevoir, mon nombre de publications a légèrement diminué la semaine dernière et cela va continuer. Au début du confinement, je me suis imposée un rythme plus intensif qu’avant de 3 recettes par semaine, ce que j’ai pu faire perdurer même à ma reprise du travail car la cadence n’était pas aussi intense que pré-confinement. Mais entre les heures supplémentaires et le stress du travail qui ont repris, la préparation de mon déménagement, mes allers-retours en train, d’autres obligations à tenir et certaines recettes plus ardues (comme celle-ci) qui m’ont demandé plusieurs tentatives pour en être satisfaite, c’est devenu impossible. Je me suis rendue compte que j’étais épuisée et que je m’en rendais malade. J’ai donc décidé de lever un peu le pied, au moins jusqu’à mon déménagement fin octobre et sûrement encore un peu après, le temps d’être bien installée dans mon nouvel appartement. Cela signifie pas de Halloween et de Thanksgiving pour moi mais je fais contre mauvaise fortune bon cœur : je me lâcherai sur Noël !!!

Pour en revenir à cette recette, comme je vous l’ai dit, elle m’a donnée du fil à retordre. J’avais déjà fait des cannelés il y a quelques années et je les avais réussis du premier coup : ils étaient vanillés, caramélisés, alvéolés et on sentait bien le rhum. Bref, parfaits ! Mais impossible de me souvenir de la recette, du temps de cuisson ou de la façon de les cuire. Je suis donc repartie de zéro et cette fois j’ai connu des coups durs : des soucis de démoulage, de sous-cuisson, de sur-cuisson, de cuisson inégale, etc. Je pense que je les ai tous eus ! Les cannelés sont un peu comme les macarons : des recettes assez faciles à réaliser mais avec une cuisson difficile à maitriser ! Je vais donc vous donner au fil de la recette tous les conseils possibles pour que vous réussissiez au mieux sans galérer autant que moi !

.

.

Temps : 20mn de préparation + 24h de repos + 6h de remise à température + 50mn de cuisson
Conservation : à consommer le jour même
Pour 16 cannelés

.

Ingrédients :

  • 500mL de lait frais entier
  • 50g de beurre
  • 1 gousse de vanille bien charnue
  • 2 œufs
  • 2 jaunes d’œuf
  • 250g de sucre
  • 1 pincée de sel
  • 125g de farine tamisée
  • 50g de rhum

.

Recette :

  • La veille : Portez le lait, le beurre et la gousse de vanille fendue et grattée à ébullition. Laissez la vanille infuser 10mn. Battez les œufs et les jaunes avec le sucre et la pincée de sel puis incorporez la farine. Ajoutez le lait vanillé et battez une dizaine de seconde pour homogénéiser la pâte puis incorporez le rhum. Laissez reposer 24h au réfrigérateur (TRÈS IMPORTANT) en remuant la pâte de temps en temps pour faire retomber la mousse.
  • Le jour J : Sortez la pâte du réfrigérateur et laissez-la revenir à température ambiante (là encore c’est PRIMORDIAL). Cela devrait prendre environ 6h. Puis, préparez vos moules en cuivre (vous pouvez utiliser des moules en aluminium à la rigueur mais JAMAIS de silicone).
    • Le mieux pour les cannelés est de les graisser avec un mélange de beurre et de cire alimentaire fondus. Cela vous donnera le même résultat caramélisé que ceux que vous pouvez trouver à Bordeaux. Mais, tout comme moi, vous n’en aurez sûrement pas (en plus la cire alimentaire coûte vraiment cher pour les particuliers), il vous reste donc deux solutions.
    • La deuxième meilleure option est de recourir à une bombe de graissage professionnelle (avec internet, il est très facile de s’en procurer). Dans ce cas, vaporisez les moules une fois la pâte à température ambiante.
    • La dernière est d’utiliser tout simplement du beurre clarifié. Dans ce cas, au moment où vous sortez votre pâte du réfrigérateur, faites fondre du beurre puis, à l’aide d’un pinceau, badigeonnez-en les moules. Soyez très rigoureux afin de ne pas oublier d’endroit car cela pourrait rendre très difficile le démoulage de vos cannelés. Une fois vos moules beurrés, retournez-les sur un papier absorbant et laissez figer le beurre 2/3mn au réfrigérateur. Sortez-les puis recommencez l’opération en appliquant une seconde couche, sans les mettre au frigo cette fois-ci. Laissez la pâte ET les moules revenir à température ambiante. Il ne faut absolument pas qu’un des deux soit froid car sinon vos cannelés cuiront de façon irrégulière (ils auront surement un trou à la place de la tête et la pâte sera de surcroit crue au centre).
  • Une fois la pâte à température ambiante et vos moules préparés, préchauffez le four à 240°. Versez la pâte dans les moules jusqu’aux 3/4 puis enfournez 10mn afin de créer le choc thermique qui donnera leur croute si particulière aux cannelés. Diminuez la température du four à 180° et prolongez la cuisson de 40mn pour des cannelés bien croustillants (personnellement, après avoir effectué BEAUCOUP de tests, je les préfère légèrement moins cuits donc 30/35mn supplémentaires me suffisent amplement). Il convient, comme pour les macarons, d’adapter la cuisson des cannelés à la puissance de votre four (par exemple : la majorité des recettes vous diront de faire une première cuisson à 270° puis le reste à 200/210° mais j’ai obtenu des bouts de charbon avec des températures aussi élevées et celle de Christophe Felder indiquait 35mn à 210° ce qui me donnait des cannelés à moitié crus ; je suis quitte à reprendre tous mes tests dans 1 mois quand j’aurai déménagé et changé de four !). Démoulez à chaud en les retournant sur une grille. Laissez refroidir au moins 2h avant dégustation.