Pommes dauphines maison

Ce soir, nous nous attaquons à un monument de la cuisine française. Bon, j’exagère peut-être un peu en disant monument mais personnellement j’adore les pommes dauphines. C’est une façon de cuisiner les pommes de terre plus raffinée que les frites qu’on peut facilement sortir pour les grandes occasions. Je pensais d’ailleurs que ce serait plus difficile à faire mais finalement pas du tout. A partir du moment où vous savez faire une pâte à choux et que vous avez un presse-purée, la recette va filer entre vos doigts très facilement. J’ai juste apporté une modification entre la recette que je vous partage et ma réalisation : la taille des pommes dauphines. En effet, quand je les ai réalisées, je me suis basée sur des blogs qui conseillaient de les faire d’une taille de 4cm environ. Je me suis donc armée de ma cuillère à glace et j’ai façonné 20 pommes dauphines de belle taille en deux temps trois mouvements. Le résultat était délicieux mais manquait quand même un peu de croustillant. Ce qu’on aime dans la pomme dauphine c’est cette couche extérieure bien dorée qui renferme une purée moelleuse. Or, avec un si gros volume, l’équilibre des textures n’était pas là : le cœur était bien trop gros. Je vous conseille donc de faire de petites pommes dauphines si vous n’êtes pas pressés : cela risque de vous prendre un poil plus longtemps mais le jeu en vaut la chandelle.

Temps : 30mn de préparation + 25mn de cuisson
Conservation : 2j au réfrigérateur (mais comme toute friture elles seront beaucoup moins bonnes le lendemain)
Pour 4 à 6 personnes (une cinquantaine de petites pommes dauphines)

Ingrédients :

  • 600g de pommes de terre à chair farineuse (type Bintje)
  • du sel et du poivre
  • 150g d’eau
  • 60g de beurre
  • 100g de farine
  • 3 œufs
  • de l’huile de friture

Recette :

  • Épluchez les pommes de terre, coupez les en 4 et déposez-les dans une grande casserole d’eau froide salée. Portez à ébullition et laissez cuire 15/20mn jusqu’à ce qu’elles soient cuites à cœur : un couteau doit les traverser sans difficulté. Réduisez-les en purée à l’aide d’un presse-purée ou d’un moulin à légumes, versez-les dans un saladier et assaisonnez. Réservez.
  • Dans une casserole, faîtes chauffer l’eau et le beurre. Une fois le beurre totalement fondu, assaisonnez le mélange puis portez-le à ébullition. Hors du feu, ajoutez la farine en une fois et mélangez jusqu’à obtenir un pâton homogène. Desséchez alors la pâte : remettez-la sur le feu et travaillez-la avec une cuillère en bois jusqu’à ce qu’elle se décroche des bords de la casserole et qu’une fine pellicule se forme au fond de celle-ci. Transvasez la pâte dans un saladier. Travaillez-la pour la refroidir un peu jusqu’à ce qu’elle ne fume plus. Incorporez ensuite les œufs un à un puis la purée de pommes de terre. Mélangez jusqu’à ce que la pâte soit homogène. Rectifiez l’assaisonnement si nécessaire.
  • Versez l’huile de friture dans un grande sauteuse ou une friteuse. Chauffez le bain d’huile à 170° (entre 165 et 180°). A l’aide de deux cuillères à café, formez des boules de pâte et plongez-les petit à petit dans le bain de friture. Ne plongez pas plus d’un tiers de la pâte en même temps pour ne pas faire trop redescendre la température de l’huile. Laissez-les cuire jusqu’à ce qu’elles soient dorées (2mn environ) puis retirez-les de l’huile et déposez-les sur du sopalin. Réitérez l’opération deux fois avec le reste de la pâte. Dégustez immédiatement.

Gougères truite fumée/pousses d’épinards

Je vous avais parlé il y a un bon moment de mon amour pour les gougères lorsque je vous ai donné la recette traditionnelle familiale. Eh bien je réitère l’expérience en les garnissant avec de la truite fumée et des pousses d’épinard. Ce sont des saveurs qui se combinent très bien et font assez festives. C’est juste parfait pour un apéritif dînatoire ! Petite nouveauté aussi, j’ai essayé de dresser mes gougères avec une cuillère à glace au lieu d’une cuillère à soupe ou une poche à douilles et j’adore le résultat. Non seulement les gougères sont extrêmement régulières mais elles sont aussi bien moelleuses et généreuses en bouche. Je trouve que c’est une taille parfaite pour un repas, bien qu’un peu grosse pour un apéritif !

Temps : 15mn de préparation + 30mn de cuisson
Conservation : 3/4j dans une boite hermétique au frigo
Pour 12 gougères moyennes/grosses

Ingrédients :

  • 150mL d’eau
  • 60g de beurre
  • du sel et du poivre
  • 100g de farine
  • 3 œufs
  • 75g de gruyère râpé
  • 100g de truite fumée
  • 30g de pousses d’épinard

Recette :

  • Préchauffez le four à 200°. Dans une casserole, faîtes chauffer l’eau et le beurre. Une fois le beurre totalement fondu, assaisonnez le mélange puis portez-le à ébullition. Hors du feu, ajoutez la farine en une fois et mélangez jusqu’à obtenir un pâton homogène. Desséchez alors la pâte : remettez-la sur le feu et travaillez-la avec une cuillère en bois jusqu’à ce qu’elle se décroche des bords de la casserole et qu’une fine pellicule se forme au fond de celle-ci. Transvasez la pâte dans un saladier. Travaillez-la pour la refroidir un peu jusqu’à ce qu’elle ne fume plus. Incorporez ensuite les œufs un à un puis le gruyère râpé, la truite fumée découpée en lamelles et les pousses d’épinards lavées, séchées et hachées. Mélangez bien.
  • Chemisez deux plaques de cuisson de papier sulfurisé et dressez-y des petits tas de pâte en quinconce à l’aide d’une cuillère à glace. Enfournez 30mn, une plaque à la fois (il faut éviter d’enfourner deux plaques en même temps car l’humidité pourrait fausser la pousse des choux). Les choux doivent être bien dorés.

Sablés citron cardamome

Je vous propose la grande majorité de mes biscuits et sablés vers les fêtes de Noël. Pourtant, il s’agit probablement de la forme la plus consommée de gâteaux : rapides à faire, pratiques à emmener, déclinables en goûts et en textures, parfaits pour un cadeau gourmand, conservables très longtemps. Ils ont tout pour plaire. Je ne sais pas pourquoi je n’y pense pas le reste de l’année. Je vais essayer d’inverser la tendance en 2022 en commençant par des sablés citron cardamome. J’ai piqué la base des biscuits à Bernard mais je leur ai mis un gros coup de punch en corsant toutes les saveurs que je trouvais trop peu présentes. On obtient à la fin des sablés friables, avec un bon goût de cardamome et parfaitement citronnés lorsqu’on tombe sur un morceau de citron confit. Le glaçage apporte une touche de gourmandise et de sucré supplémentaire bienvenue puisque la base de la pâte n’est pas très sucrée.

Temps : 25mn de préparation + 40mn de cuisson
Conservation : une semaine dans une boite hermétique à température ambiante
Pour une trentaine de biscuits

Ingrédients :

Pour les biscuits :

  • 225g de beurre mou
  • 85g de sucre
  • le zeste de 2 citrons non traités
  • 120g d’écorces de citron confites
  • 350g de farine
  • une pincée de levure
  • 2 cuillères à café de cardamome en poudre
  • 0,25 cuillère à café de sel

Pour le glaçage :

  • 200g de sucre glace
  • 45g de jus de citron (soit le jus d’1 à 2 citrons suivant leur taille)

Recette :

Pour les biscuits :

  • Préchauffez le four à 150°. Travaillez le beurre avec le sucre jusqu’à ce que le mélange soit crémeux et homogène. Ajoutez les zestes et les écorces de citron finement hachées. Mélangez. Incorporez la farine, la levure, la cardamome et le sel ensemble et travaillez la pâte jusqu’à ce qu’elle forme une boule homogène. Étalez-la entre deux feuilles de papier sulfurisé (ou sur un plan de travail légèrement fariné en saupoudrant la surface d’une fine couche de farine également pour que le rouleau à pâtisserie ne colle pas) sur 6 à 8mm d’épaisseur et découpez-y des biscuits de 6cm de diamètre. Déposez-les sur deux plaques de cuisson recouvertes de papier sulfurisé et enfournez pour 20mn environ : les biscuits doivent être légèrement dorés mais encore mous. Laissez les refroidir sur la plaque jusqu’à durcissement avant de les déposer sur une grille de refroidissement.

Pour le glaçage :

  • Mélangez le sucre glace et le jus de citron dans un récipient (assez étroit et haut de préférence pour faciliter le trempage). Quand le glaçage est homogène, trempez-y les biscuits à moitié, laissez égoutter le surplus et déposez-les à nouveau sur les plaques de cuisson recouvertes de papier sulfurisé (vous pouvez laisser le même papier que précédemment pour ne pas gâcher). Enfournez 20mn à 40° pour sécher le glaçage : il doit être doux et sec au touché.

Saint Jacques à la crème de chorizo

La dernière recette pour la Saint Valentin mais non des moindres : l’entrée ! J’ai trouvé cette merveilleuse recette de noix de Saint Jacques à la crème de chorizo chez Gourmandiseries. C’est une recette incroyablement simple et rapide à faire et pourtant délicieuse. La crème de chorizo s’associe parfaitement bien avec les Saint Jacques et la petite chips de chorizo apporte une touche craquante qui parfait cette entrée. Je vous recommande grandement de tester cette recette qui est probablement la meilleure des 4 que je vous propose pour cette Saint Valentin !

Temps : 15mn de préparation/cuisson
Conservation : 48h dans une boite hermétique au frigo
Pour 2 personnes

Ingrédients :

  • 6 noix de Saint Jacques
  • 10 + 2 tranches de chorizo (j’ai augmenté la quantité de chorizo dans la sauce car il était très doux)
  • 125mL de crème liquide
  • 1 pincée de piment d’Espelette
  • 20g de beurre
  • du sel et du poivre

Recette :

  • Enlevez le corail des noix de St Jacques, lavez-les et séchez-les consciencieusement avec du papier absorbant. Réservez au frais.
  • Dans une grande poêle, faites revenir à sec 10 tranches de chorizo sur feu moyen jusqu’à ce qu’elles commencent de rendre leur gras. Ajoutez alors la crème et le piment d’Espelette, remuez les tranches de chorizo avec une cuillère et laissez chauffer 3-4mn à feu doux jusqu’à ce que la crème épaississe. Ôtez les tranches de chorizo et gardez au chaud.
  • Faites chauffer les deux dernières tranches de chorizo à sec dans une petite poêle jusqu’à ce qu’elles grillent légèrement des deux côtés. Réservez sur un papier absorbant pour enlever l’excès de gras.
  • Faites fondre le beurre dans une grande poêle et laissez-le chauffer jusqu’à obtenir un beurre noisette (il va mousser puis « chanter » puis roussir et enfin dégager une odeur de noisette). Saisissez alors les Saint Jacques environ 30s de chaque côté (visuellement, vous verrez un changement de couleur sur le côté : les St Jacques vont blanchir de plus en plus dans le sens de l’épaisseur et perdre leur côté nacré, retournez-les lorsque la démarcation atteint le milieu et laissez cuire sur la seconde face jusqu’à avoir la même couleur sur tout le côté). Salez et poivrez.
  • Dressez 3 Saint-Jacques par assiette avec de la crème et une chips de chorizo. Servez immédiatement.

Bouchées fondantes au caramel et aux fruits secs

La voici la voilà la recette qui viendra clôturer la thématique des fêtes de fin d’année me concernant. Il s’agit de bouchées qui changent des truffes et rochers traditionnels car elles sont majoritairement composées de caramel au beurre salé. Le chocolat au lait n’est là que pour leur donner du corps afin qu’elles se tiennent assez pour être roulées. Le caramel est associé à des fruits secs pour un maximum de croquant et à une fine couche de chocolat noir qui vient tempérer le côté sucré et apporte un petit craquant supplémentaire. Si vous ne craignez pas le sucre et que vous en avez un peu marre du chocolat, cette recette sera définitivement faite pour vous !
Comme je le disais en introduction, il s’agira de ma dernière recette festive en principe. Je vais m’accorder un repos bien mérité après un mois bien chargé et passer quelques jours avec ma famille. On se revoit donc probablement la semaine prochaine avec de nouvelles recettes plus adaptées au quotidien ;). Je vous embrasse fort et je vous souhaite un Joyeux Noël et de bonnes fêtes ! Profitez bien de votre famille et de vos vacances pour ceux qui en ont et bon courage aux autres !

Temps : 50mn de préparation, 1h de refroidissement, 10mn de cuisson
Conservation : plusieurs semaines dans une boite en métal hermétique à température ambiante ou au frigo (dans ce cas pensez à les sortir une dizaine de minutes avant de les déguster)
Pour 20 bouchées

Ingrédients :

  • 50g d’amandes émondées
  • 50g de noisettes
  • 80mL de crème entière liquide
  • 120g de sucre
  • 60g de beurre demi-sel
  • 100g de chocolat au lait
  • 200g de chocolat noir
  • 2g de beurre de cacao (facultatif)

Recette :

  • (Facultatif) Commencez par torréfier vos fruits secs. Préchauffez le four à 200°. Étalez les amandes et les noisettes sur une plaque de cuisson et enfournez 10mn. Sortez-les du four, versez-les sur un torchon propre et frottez-les vigoureusement pour enlever la peau des noisettes (attention à ne pas vous brûler). Laissez refroidir.
  • Pendant que les fruits secs refroidissent, préparez le caramel au beurre salé. Faites chauffer la crème sans la faire bouillir. Faîtes ensuite cuire le sucre dans une poêle à sec sur feu moyen jusqu’à ce qu’il fonde totalement et qu’il ait une belle couleur ambrée. Ajoutez alors petit à petit le beurre demi-sel coupé en dés puis la crème chaude en mélangeant vivement à l’aide d’un fouet pour éviter les grumeaux. Si toutefois des grumeaux se forment (ce qui ne devrait pas arriver en principe avec l’utilisation de crème chaude), prolongez la cuisson sur feu doux jusqu’à ce qu’ils fondent. Versez dans un saladier et réservez.
  • Hachez les fruits secs à l’aide d’un couteau ou versez-les dans un sac congélation, fermez celui-ci et écrasez-les à l’aide d’un rouleau pâtisserie ou d’un marteau jusqu’à avoir de beaux morceaux. Réservez. Faites fondre le chocolat au lait au micro-ondes. Quand il est bien fluide, ajoutez-le au caramel avec les fruits secs hachés. Mélangez bien et laissez refroidir 1h au réfrigérateur.
  • Une fois votre caramel bien froid, formez vos bouchées en en prélevant de petites cuillères à soupe et en les roulant dans la paume de vos mains pour former des boules. Conservez-les au frigo le temps de tempérer votre chocolat. Tempérez votre chocolat (ou faites-le fondre au bain-marie mais la coque ne sera pas aussi craquante). Plongez-y vos bouchées 2 par 2 et enrobez-les rapidement à l’aide d’une cuillère. Enlevez-les du chocolat avec une fourchette en agitant cette dernière légèrement pour refaire tomber l’excédent de chocolat dans le saladier (on cherche à avoir une coque la plus fine possible) et déposez-les sur une feuille de papier aluminium. Laissez durcir à température ambiante avant d’entreposer dans une boite en métal hermétique.

Notes :
– Pour une bouchée plus coulante, vous pouvez diviser la quantité de chocolat au lait par deux et au besoin entreposer le caramel au congélateur 1h avant de le rouler en boule et de le couvrir de chocolat.
– La torréfaction des fruits secs ainsi que le tempérage du chocolat sont des étapes facultatives mais elles contribueront à donner respectivement un bon goût de fruits secs ainsi qu’une coque fine et craquante à vos bouchées. Je vous conseille donc de ne pas faire l’impasse.
– Vous pouvez bien évidemment utiliser les fruits secs de votre choix : tout noisette, tout amande ou bien utiliser des cacahuètes, des noix de macadamia, etc.

Bûche bavaroise à la menthe et crémeux chocolat

On prend les mêmes et on recommence ! Voilà un peu ma devise pour les bûches de Noël. Je pense que je chercherai des concepts un peu plus novateurs pour 2022 mais cette année je repars sur les basiques : un gâteau, un insert et une bavaroise ! J’avais déjà pu tenter l’alliance menthe/chocolat dans une bûche pendant mes premières années de pâtisserie mais ça ne s’était pas très bien passé… (Il faut dire que la recette de base n’était pas transcendante puisqu’il n’y avait aucune menthe fraîche d’impliquée). Maintenant que je me suis essayée à l’exercice dans plusieurs desserts (comme le cheesecake menthe/citron vert), je me suis dit qu’il était temps de retenter l’expérience ! J’ai donc combiné le gâteau de Fashion Cooking, le crémeux au chocolat de mon entremets passion chocolat qui vient de Christophe Adam et ma bavaroise habituelle en remplaçant le chocolat par de la menthe et VOILA. Le résultat est vraiment super. La bavaroise est bien mousseuse et très rafraichissante, le crémeux bien chocolaté et le gâteau moelleux mais pas trop corsé pour ne pas dominer la menthe. Vraiment la fin parfaite à un gros repas grâce à sa légèreté de gout et de texture. En plus pour me simplifier la vie, j’ai décidé d’utiliser cette fois un spray velours blanc au lieu de faire un glaçage. C’était tellement rapide ! Si vous n’en trouvez pas, vous pouvez toujours laisser votre bûche brute ou faire un glaçage au chocolat comme j’ai pu le faire auparavant !

Temps : 15mn pour le crémeux ; 10mn de préparation + 30mn de cuisson pour le gâteau ; 20mn de préparation, 1h d’infusion et 30mn de refroidissement pour la bavaroise ; 5mn pour le montage ; 10mn de déco
Conservation : 48h max au frigo, bien emballée
Pour 10/12 personnes

Ingrédients :

Pour le crémeux chocolat :

  • 150g de crème liquide entière
  • 150g de lait
  • 2 jaunes d’œufs
  • 15g de sucre
  • 120g de chocolat

Pour le gâteau au chocolat :

  • 45g de beurre demi-sel
  • 30g de chocolat noir à 70%
  • 2 œufs
  • 45g de sucre
  • 45g de miel
  • 75g de crème entière liquide
  • 45g de farine
  • 0.5 cuillère à café de levure chimique
  • 40g de poudre d’amandes
  • 20g de cacao en poudre non sucré

Pour la bavaroise à la menthe :

  • 250ml de lait
  • une demie botte de menthe fraîche
  • 4 feuilles de gélatine
  • 3 jaunes d’œufs
  • 65g de sucre
  • 250ml de crème entière liquide

Pour la déco :

  • un spray velours blanc
  • de la pâte à sucre bleue

Recette :

Pour le crémeux chocolat :

  • Dans une casserole, portez la crème et le lait à ébullition. Pendant ce temps, mélangez les jaunes avec le sucre, sans blanchir le mélange. Une fois l’ébullition atteinte, versez le mélange lait/crème sur les jaunes sans cesser de remuer. Transvasez le mélange à nouveau dans la casserole puis chauffez sur feu moyen, sans cesser de remuer, jusqu’à ce que la crème nappe la cuillère. Si vous avez un thermomètre, ce stade est atteint lorsqu’elle est à 87°. Coupez le chocolat noir en morceaux, déposez-le dans un saladier et versez la crème chaude dessus. Laissez reposer 2/3mn puis mélangez à l’aide d’un fouet pour obtenir une belle émulsion. Laissez un peu refroidir puis versez dans votre moule à insert. Couvrez de film alimentaire et placez au congélateur 4h environ.

Pour le gâteau au chocolat :

  • Préchauffez le four à 160°. Faites fondre le beurre et le chocolat dans un bol au micro-ondes, homogénéisez et réservez. Dans un saladier, fouettez les œufs avec le sucre et le miel jusqu’à ce que le mélange blanchisse. Incorporez le beurre et le chocolat fondus puis la crème. Ajoutez enfin la farine, la levure, la poudre d’amandes et le cacao en poudre tamisés. Mélangez jusqu’à ce que la pâte soit homogène puis versez-la dans un moule. Le mieux est évidemment d’avoir un moule de la longueur de votre gouttière à bûche soit 30x8cm pour moi par exemple. Si ce n’est pas le cas, versez-la dans un moule à cake standard ou un moule carré de 15x15cm. Si comme moi vous utilisez un moule à cake, enfournez 30mn (si vous avez un moule de 30cm ou de 15x15cm, votre cuisson sera moins importante donc surveillez à compter de 20Mn de cuisson). La pointe d’un couteau doit ressortir légèrement humide. Laissez refroidir puis démoulez sur une grille.
  • Retaillez le gâteau pour qu’il soit à la dimension de votre gouttière à bûche. Pour faire 30cm avec mon moule à cake, j’ai découpé le tiers supérieur de mon gâteau (dans le sens de l’épaisseur) puis j’ai recoupé ce même tiers en deux dans le sens de la longueur. J’ai superposé ces deux moitiés pour avoir ainsi la même épaisseur que le gâteau principal puis j’ai coupé l’excédent en longueur (environ 2cm pour que la longueur soit pile poil celle de la gouttière à bûche).

Pour la bavaroise à la menthe :

  • Dans une casserole, portez le lait à ébullition. Plongez-y la menthe lavée et séchée et laissez infuser hors du feu à couvert pendant 1h. Mettez les feuilles de gélatine dans un bol d’eau froide et disposez votre cul de poule avec les fouets de votre batteur au congélateur au bout de 45mn.
  • Une fois le lait infusé, mixez-le, filtrez-le et versez-le dans une casserole (si votre poids global a diminué, ajoutez du lait jusqu’à atteindre 250g). Portez à nouveau le lait à ébullition. Pendant ce temps, fouettez les jaunes d’œufs avec le sucre. Versez le lait chaud dessus petit à petit sans cesser de fouetter. Transvasez dans la casserole et laissez épaissir à feu moyen sans cesser de remuer. Il faut que la crème anglaise nappe la cuillère.  Si vous avez un thermomètre, ce stade est atteint lorsqu’elle est à 87°. Laissez refroidir votre crème anglaise à température ambiante pendant 30mn environ jusqu’à ce qu’elle soit tiède (attention surtout pas de frigo sinon la gélatine va prendre et votre bavaroise sera moins lisse. Si toutefois vous faites cette erreur passez la un peu au fouet électrique pour limiter les dégâts).
  • Sortez le cul de poule et les fouets du congélateur. Versez la crème dans le cul de poule et montez la crème en crème fouettée. Incorporez-en une première cuillère à la crème anglaise en fouettant vigoureusement puis le reste délicatement avec une maryse.

Pour le montage :

  • Tapissez votre gouttière à bûche de rhodoid (non nécessaire si comme moi vous avez un tapis silicone décoratif ; sinon facultatif mais le démoulage sera plus difficile sans). Versez une partie de la bavaroise et déposez le moule environ 5mn au congélateur pour que la mousse prenne légèrement. Démoulez l’insert et déposez-le sur la bavaroise, côté arrondi en dessous. Appuyez légèrement. Versez de la bavaroise jusqu’à 1.5cm du bord environ puis déposez le gâteau au chocolat. Appuyez pour le faire adhérer à la bavaroise. Filmez au contact et placez la bûche au congélateur une nuit.

Pour la déco :

  • Démoulez la bûche et placez-la sur un plat qui ne sera pas votre plat de présentation. Pulvérisez la bûche avec le spray en respectant bien les consignes indiquées dessus (pièce aérée, 25cm de distance, température à 20/25°, pulvérisation fine et uniforme, etc). Transférez-la sur votre plat de présentation et décorez à l’envie. Personnellement j’ai découpé quelques flocons de neige en pâte à sucre bleue c’est tout. Laissez décongeler au frais jusqu’au moment de servir (je vous conseille de la mettre au frigo au moins 4h et de la sortir à température ambiante 10mn avant le service pour faciliter la découpe et avoir les bonnes textures soit une bavaroise mousseuse et non glacée et un crémeux fondant).

Note :
– Vous n’aurez pas besoin de tout le crémeux chocolat. Deux solutions s’offrent à vous : soit vous faites comme dans ma recette de l’entremets passion/chocolat avec les proportions pour 1 jaune d’œuf et demi soit vous dégustez le reste à la petite cuillère 😉

Dinde de Noël au paprika fumé

Voilà une recette que j’aurais voulu vous partager depuis un bon moment mais impossible de trouver une dinde avant lundi… Il n’en est apparemment proposé des entières qu’aux derniers moments avant Noël. Je l’ai donc immédiatement préparée dès que je l’ai eu pour vous partager cette recette au plus vite. N’ayant jamais réalisé ce genre de plat, j’ai suivi la recette de Plus une miette dans l’assiette quasiment à la lettre. Je l’ai choisie car elle m’a fait de l’œil en tant que fan absolue de paprika fumé. J’ai été très satisfaite du résultat. La dinde était super moelleuse ! Sa méthode de cuisson est vraiment parfaite. Elle demande juste un peu d’investissement car il faut hydrater la viande régulièrement (votre minuteur sera votre meilleur ami). J’aurais juste préféré un goût un peu plus prononcé de paprika fumé dans la dinde en elle-même mais il est difficile de faire adhérer le beurre sur les zones lisses. Dans l’ensemble donc je suis très heureuse. Moi qui redoutais cet exercice, j’ai hâte de le retenter avec un bon poulet rôti par exemple !

Temps : 30mn de préparation/cuisson pour la farce ; 10mn de préparation + 3h de cuisson pour la dinde et 25mn de préparation/cuisson pour la garniture
Conservation : 3/4j dans le frigo bien emballé
Pour 8/10 personnes

Ingrédients :

Pour la dinde :

  • 250g de champignons bruns
  • 100g de chanterelles
  • un filet d’huile d’olive
  • du sel et du poivre
  • 2 échalotes
  • un petit oignon
  • 15g + 50g de beurre à température ambiante
  • 150g de marrons
  • 2 + 2 cuillères à café de paprika fumé
  • 200g de mie de pain de campagne imbibée dans du lait
  • une demie botte de persil
  • 1 dinde de 3,5kg vidée
  • 1l de bouillon de légumes (soit 2 cubes de bouillon de légumes dilués dans 1L d’eau bouillante)

Pour la garniture :

  • 15g de beurre
  • 1 échalote
  • 300g de chanterelles
  • 200g de marrons
  • 2 cuillères à soupe de miel
  • un quart de botte de persil
  • du sel et du poivre

Recette :

Pour la dinde :

  • Commencez par préparer la farce. Nettoyez les champignons et coupez leurs pieds. Coupez les champignons bruns en petits morceaux et les chanterelles en 2 si elles sont grosses. Chauffez l’huile dans une grosse poêle sur feu moyen et ajoutez-y les champignons. Salez-les légèrement et laissez-les cuire 4mn. Égouttez-les et remettez-les dans la poêle. Poursuivez la cuisson jusqu’à ce qu’ils commencent à colorer. Pendant ce temps, émincez les échalotes et l’oignon. Quand les champignons sont prêts, ajoutez 15g de beurre. Une fois fondu, versez l’échalote et l’oignon. Mélangez bien, ajoutez les marrons et 2 cuillères à café de paprika fumé. Mélangez à nouveau, essorez la mie de pain et ajoutez-la en petits morceaux. Laissez cuire 5mn en remuant de temps en temps puis ajoutez le persil haché. Salez et poivrez et laissez complétement refroidir.
  • Préchauffez le four à 180°. Fourrez la dinde avec la farce puis recousez-la ou refermez-la avec des cure-dents. Travaillez les 50g de beurre pommade restants avec 2 cuillères à café de paprika fumé, 1 cuillère à café de sel et une pincée de poivre. A l’aide de vos mains, tartinez toute la surface de la dinde avec le beurre aromatisé (n’oubliez pas le dessous) et déposez-la dans un grand plat allant au four. Versez le bouillon de légume dans le plat et enfournez 3h. Arrosez la dinde avec le bouillon de légumes toutes les 20mn et baissez la température du four de 10° toutes les heures.

Pour la garniture :

  • Faites fondre le beurre dans une poêle sur feu moyen. Ajoutez l’échalote finement émincée. Faites-la revenir 5mn le temps qu’elle soit tendre. Pendant ce temps, nettoyez les chanterelles et coupez leurs pieds. Ajoutez-les ainsi que les marrons dans la poêle et laissez cuire 6/7mn en remuant de temps en temps. Déglacez avec le miel puis ajoutez le persil haché. Mélangez bien et assaisonnez.

Note :
– Si vous ne prévoyez pas d’autre accompagnement pour votre dinde (pommes dauphines, haricots verts, etc), n’hésitez pas à doubler la quantité de garniture pour l’accompagner !
– Si comme moi vous utilisez des marrons frais, il faut compter le double de poids avant décorticage et je vous renvoie à cette recette pour la préparation.

Bûche roulée framboises/chocolat blanc

Mieux vaut tard que jamais, voici ma première recette de bûche 2021. Cette année j’ai décidé de vous proposer une bûche roulée traditionnelle et une bûche plus moderne pour satisfaire le plus grand nombre. Au niveau des saveurs, je suis restée sur quelque chose de très simple et basique : framboises et chocolat blanc. Simple est le maître mot de Noël cette année ! Au final, j’ai obtenu une bûche toute en rondeur et en moelleux. Les framboises apportent une petite pointe de fraicheur et d’acidulé à cette ganache aérienne. De quoi plaire au plus grand monde ! Niveau réalisation, je sais que le temps nécessaire parait énorme mais rassurez vous, il y a beaucoup de temps de repos. Il vous faudra en principe moins d’1h de travail effectif pour venir à bout de ce dessert 😉

Temps : 10mn de préparation, 1h d’infusion et 4h de refroidissement pour la ganache montée ; 15mn de préparation, 10mn de cuisson et 30mn de repos pour le biscuit roulé ; 25mn pour le montage
Conservation : 48h au frigo
Pour une bûche (une douzaine de parts)

Ingrédients :

Pour la ganache montée au chocolat blanc :

  • 150 + 150g de crème liquide entière
  • 1 gousse de vanille
  • 250g de chocolat blanc

Pour le biscuit roulé

  • 4 œufs
  • 80 g de sucre + un peu pour le linge
  • 1 sachet de sucre vanillé
  • 40g de farine
  • 30g de maïzena
  • 30g de fécule de pomme de terre
  • une pincée de sel

Pour le montage :

  • 75mL de coulis de framboises (il faut compter le double de poids si vous le faites maison)
  • 300g de framboises fraîches ou décongelées

Recette :

Pour la ganache montée au chocolat blanc :

  • Dans une casserole, portez 150g de crème et la gousse de vanille fendue et grattée à ébullition en mélangeant régulièrement. Laissez infuser 1h hors du feu à couvert. Retirez la gousse de vanille. Portez à nouveau la crème à ébullition et versez-la sur le chocolat blanc coupé en morceaux en une fois. Laissez reposer 2/3mn puis mélangez bien pour émulsionner et que la ganache soit homogène. S’il reste quelques morceaux non fondus, passez la ganache quelques secondes au micro-ondes. Incorporez les 150g de crème restants, mélangez et filmez au contact. Entreposez au réfrigérateur minimum 4h.

Pour le biscuit roulé :

  • 1h avant de monter la ganache, passez à la préparation du biscuit roulé. Préchauffez le four à 165°C. Séparez les blancs des jaunes. Battez les jaunes avec les sucres jusqu’à ce que le mélange blanchisse. Incorporez les poudres tamisées. Dans un second cul de poule, montez les blancs d’œuf en neige avec la pincée de sel. Incorporez délicatement les blancs au premier mélange en faisant attention de ne pas les casser. La pâte est prête quand elle fait le ruban.
  • Beurrez une plaque de cuisson et tapissez-la de papier sulfurisé. Versez la pâte dessus en faisant attention à ce qu’elle soit répartie de façon homogène. Enfournez 12mn : le biscuit doit être légèrement coloré.
  • Pendant ce temps, prenez un linge propre et humidifiez-le (il ne doit pas être trempé mais doit être intégralement mouillé). Étalez-le sur votre surface de travail et saupoudrez-le de sucre. Une fois le gâteau cuit, démoulez-le en retournant la plaque sur le linge, débarrassez la plaque puis décollez immédiatement le papier sulfurisé du biscuit génoise (attention de ne pas vous brûler). Repliez un côté du linge sur le biscuit génoise (où vous démarrerez le roulage) et roulez la bûche dans le sens de la longueur. Laissez refroidir 30Mn comme ça. (Cette étape permet à la bûche de s’assouplir et de ne pas casser lorsque vous la roulerez plus tard). Profitez-en pour mettre votre cul de poule avec les fouets de votre batteur au congélateur.

Pour le montage :

  • Déroulez et décollez votre biscuit génoise délicatement du linge et imbibez-le avec le coulis de framboises à l’aide d’un pinceau.
  • Versez la ganache dans votre cul de poule et fouettez-la jusqu’à ce qu’elle ait la consistance d’une chantilly. Étalez-en un peu plus d’un tiers sur votre biscuit roulé en vous arrêtant un peu avant le bord extérieur car la garniture va ressortir lorsque vous roulerez votre bûche. Répartissez les framboises sur la ganache en les enfonçant  bien. Roulez votre bûche en essayant de serrer assez pour qu’elle se tienne mais pas trop pour ne pas que la ganache ressorte. Parez-la (coupez les deux extrémités) puis coupez une autre part et déposez-la sur la bûche. Déposez cette dernière sur son assiette de présentation. A l’aide d’une spatule ou d’un couteau, étalez le reste de la ganache montée sur le biscuit roulé. Dessinez des striures à l’aide d’une fourchette et décorez à votre convenance (j’ai déposé quelques framboises supplémentaires et saupoudré d’un peu de sucre glace). Conservez au frigo jusqu’au moment de servir.

Note :
– Vous pouvez utiliser exclusivement de la farine dans le biscuit roulé mais il sera moins moelleux.

 

Lebkuchens

Me voilà revenue d’un week-end d’exception à Disneyland (raison de mon absence hier), sur un petit nuage, remontée à bloc, pour vous proposer une nouvelle recette. Il s’agit de lebkuchens : de petits pains d’épices super moelleux, délicatement épicés, talonnés de chocolat, avec un glaçage légèrement citronné. De véritables délices trouvés chez Gourmandiseries et parfaitement conformes à ceux que j’ai pu manger en Alsace. J’en ai fait des énormes mais vous pouvez bien évidemment en faire des plus petits à condition de diminuer le temps de cuisson !

Temps : 35mn de préparation, 4h de réfrigération, 12h de séchage et 10mn de cuisson
Conservation : 4/5j dans une boite en métal hermétique à température ambiante
Pour 20 lebkuchens

Ingrédients :

Pour la pâte :

  • 2 œufs
  • 100g de sucre
  • 25g de miel
  • 45g d’amandes hachées
  • 45g de poudre d’amandes
  • 1 cuillère à café d’épices à pain d’épices
  • 100g de farine T55
  • 50g de farine de seigle
  • 1 cuillère à café de bicarbonate

Pour le façonnage :

  • environ 25g de beurre

Pour le glaçage :

  • 50g de sucre glace
  • 2 cuillères à soupe de jus de citron

Pour le talonnage :

  • 150g de chocolat noir

Recette :

  • Commencez par les biscuits. Battez les oeufs avec le sucre pendant 5mn jusqu’à ce que le mélange blanchisse et double de volume. Ajoutez tous les autres ingrédients ensemble et mélangez bien jusqu’à ce que la pâte soit homogène. Elle sera liquide et collante, c’est normal. Filmez au contact et entreposez au réfrigérateur 4h.
  • Beurrez 2 feuilles de papier sulfurisé et déposez-les sur des plaques de cuisson. Enduisez vos mains de beurre, prenez une cuillère à soupe de pâte  et roulez-la en boule entre vos mains. Déposez sur une plaque et recommencez jusqu’à épuisement de la pâte en les espaçant bien. Beurrez régulièrement vos mains. Laissez sécher 12h à température ambiante. Préchauffez le four à 160° et enfournez 10mn.
  • Pendant ce temps, préparez le glaçage en mélangeant le sucre glace avec le jus de citron jusqu’à ce qu’il n’y ait plus de grumeaux. Le glaçage doit être lisse, liquide et presque translucide. Badigeonnez-en la face bombée des lebkuchens à l’aide d’un pinceau quand ils sont encore tièdes. Laissez sécher à l’air libre.
  • Une fois le glaçage sec et les biscuits refroidis, faites fondre le chocolat (si vous êtes motivé, tempérez-le). Trempez la face plate de vos lebkuchens dans le chocolat en les secouant pour enlever le surplus (ne les raclez pas, il faut quand même en conserver assez pour la gourmandise) et laissez-les sécher face plate vers le haut. Vous pouvez les déguster dès que le chocolat a figé.

Terrine de foie gras de Jean-François Piège

Comme vous avez été très nombreux à solliciter du foie gras pour les fêtes de fin d’année, le voici la voilà ! Et sachez que le plus compliqué ne fut pas de le faire mais de savoir comment le faire. Il existe tellement de façons différentes entre la cuisson au gros sel, celle au bain-marie, celle à la poêle et ainsi de suite que je ne savais pas vers laquelle me tourner. Le champ des possibles est très vaste ce qui rend le choix complexe car je voulais vous proposer la recette avec le moins de ratés possibles lorsque vous la referez dans quelques jours chez vous. J’ai donc demandé conseil à ma mère qui le fait maison depuis des années. La cuisson au sel semblant plus risquée, elle m’a convaincue de vous proposer cette sublime recette de Jean-François Piège plus ou moins inratable et pourtant incroyablement délicieuse. Nous nous sommes vraiment régalés. Ce foie gras a énormément de goût sans que l’alcool soit omniprésent et il est parfaitement assaisonné. Un pur délice. Bien meilleur que ceux du commerce aux prix abusifs, croyez-moi !
Comme vous pouvez le voir cependant sur la photo, mes tranches n’étaient pas très grosses. Rassurez-vous, c’est simplement parce que j’ai divisé la recette par 2 (1kg de foie gras ça fait beaucoup pour 2) et que je n’ai pas trouvé de petite terrine. Le résultat était donc assez plat, ce qui ne sera pas votre cas si vous respectez les proportions ou que vous trouvez un moule adapté. Votre foie gras devrait être deux fois plus haut, ce qui le rendra plus majestueux que le mien une fois dans l’assiette. Visuellement, vous pouvez aussi voir que mon foie gras remontait un peu sur les côtés. Il se trouve que je n’avais pas de planche adaptée donc j’ai du utiliser une choppe à bière lestée de conserves… Bref je vous passe les détails mais ce fut un grand moment de cuisine, croyez-moi ! L’avantage étant que je peux vous montrer comme ça que l’on peut réussir son foie gras avec quasiment rien à la maison 😉

Temps : 15mn de préparation, 1h de marinade, 8h + 48h de refroidissement
Conservation : 1 semaine au frigo à compter de la réalisation (soit 5j à partir du moment où il est consommable)
Pour 1kg de foie gras

Ingrédients :

  • 1kg de foie gras de canard cru déveiné à température ambiante
  • 150mL de porto rouge
  • 50mL de cognac
  • 12g de sel fin
  • 2g de poivre blanc
  • 4g de sucre

Recette :

  • Coupez le foie gras en tranches de 2cm d’épaisseur et déposez-le dans un petit plat. Dans un bol, mélangez le porto, le cognac, le sel, le poivre et le sucre et mélangez jusqu’à ce que le sel et le sucre soient dissouts. Versez sur le foie gras. Mélangez délicatement pour ne pas le casser et filmez au contact. Laissez mariner à température ambiante pendant 1h.
  • Tapissez votre terrine de film alimentaire. Réservez la marinade, cuisez les tranches de foie gras, 1mn de chaque côté, dans une poêle anti-adhésive sur feu doux et posez-les au fur et à mesure dans le moule à terrine. Faîtes attention en les manipulant car elles sont très fragiles. A la fin, filtrez la graisse se trouvant dans la poêle à l’aide d’un tamis et réservez-la dans un bol au frigo. Déglacez la poêle avec la marinade sur feu moyen et laissez réduire jusqu’à ce que le liquide devienne sirupeux. Versez sur les tranches de foie gras et refermez le film alimentaire. Posez une planchette en bois de la dimension de votre terrine sur le film, surmontez-le de boites de conserves pour faire pression et entreposez au réfrigérateur 8h.
  • Au bout des 8h, réchauffez le gras quelques secondes au micro-ondes pour le faire fondre. Retirez les conserves, la planche et le film alimentaire du dessus et versez le gras sur la terrine. Couvrez à nouveau de film alimentaire et laissez au frigo 48h minimum avant de déguster.