Pâte à tartiner ultra souple

Je continue de tester des pâtes à tartiner pour trouver des perles rares et celle-ci méritait un peu d’attention. Même si elle n’est pas aussi bonne que la pâte à tartiner de Monsieur Michalak (n°1 dans mon coeur depuis 1 an et demi maintenant), c’est une meilleure version de la pâte à tartiner pour les pressés que je vous ai proposée il y a 5 ans. Moins sucrée donc moins écœurante, tartinable dès la sortie du frigo, avec un goût plus prononcé de noisette grâce à l’huile, elle est niquel si vous êtes pressé ou que vous n’avez pas de robot pour faire un praliné maison. (Recette piquée à C’est moi qui l’ai fait).

Temps : 5/10mn de préparation
Conservation : quelques semaines au frigo dans un pot hermétique
Pour 475g (un gros bol)

Ingrédients :

  • 175g de crème entière liquide
  • 25g de miel
  • 75g de chocolat noir
  • 175g de chocolat au praliné (pralinoise)
  • 25g d’huile de noisette (d’huile de palme dans la recette originale mais je n’en avais pas et l’huile de noisette renforce le goût « pâte à tartiner » de la recette donc ça m’a paru être un bon substitut !)

Recette :

  • Portez la crème et le miel à ébullition en mélangeant pour bien dissoudre le miel et versez en trois fois sur les chocolats coupés en morceaux en mélangeant bien entre chaque ajout. Si des morceaux de chocolat subsistent, passez la ganache au micro-ondes quelques secondes. Ajoutez l’huile puis mixez la pâte à tartiner au mixeur plongeant pour avoir une préparation bien lisse et surtout homogène. Versez dans un pot, refermez-le et conservez au réfrigérateur.

 

Brioche rugelach au chocolat

Et hop encore une incroyable recette de brioche. Et comme toutes les brioches qui sont magnifiques ET délicieuses que j’ai pu tester, celle-ci vient encore du blog de Sandra. J’ai toujours été fan de rugelach donc quand j’ai vu qu’elle avait transformé ces petites douceurs en brioche, je n’ai pas hésité très longtemps. Le résultat est HYPER moelleux, très chocolaté et incroyablement facile à manger puisque les petits croissants de pâte se détachent très facilement. De mon côté, j’ai opté pour la quantité totale de pâte et j’ai utilisé un grand moule de 25cm de diamètre dans lequel j’ai superposé 2 étages de rugelachs mais vous pouvez également faire 2 brioches ou même diviser la quantité de pâte par 2 si vous n’êtes pas nombreux.

Temps : 1h15mn de préparation + 3h05 de pousse + 20mn de cuisson
Conservation : 3j dans du papier alu à température ambiante
Pour 1 grosse brioche de 26cm ou 2 moyennes de 20cm

Ingrédients :

Pour la garniture au chocolat :

  • 100g de crème liquide
  • 100g de chocolat noir à 60% de cacao minimum
  • 30g de cassonade
  • 20g de cacao en poudre non sucré
  • 20g de beurre
  • 85g de pâte à tartiner

Pour la pâte à brioche :

  • 500g de farine
  • 4g de sel
  • 60g de sucre semoule
  • un sachet de sucre vanillé
  • 160g de lait tiède (un tout petit peu plus chaud que la température de votre doigt)
  • 40g d’eau tiède (un tout petit peu plus chaude que la température de votre doigt)
  • 20g de levure fraîche de boulanger
  • 1 œuf
  • 2 jaunes d’œuf
  • 100g de beurre mou

Pour la dorure :

  • 1 jaune d’œuf
  • 1 cuillère à café de crème liquide

Pour le sirop de sucre :

  • 17g de sucre semoule
  • 20g d’eau

Recette :

Pour la garniture au chocolat :

  • Chauffez la crème jusqu’à frémissement et versez-la sur le chocolat coupé en morceaux et la cassonade. Laissez reposer 2mn puis mélangez jusqu’à ce que la ganache soit homogène. Incorporez ensuite le cacao puis le beurre et enfin la pâte à tartiner. Mélangez jusqu’à ce que la garniture soit homogène, filmez au contact et laissez reposer à température ambiante le temps de préparer la pâte à brioche pour que la crème au chocolat prenne la consistance d’une pâte à tartiner souple.

Pour la brioche :

  • Dans la cuve de votre robot muni du crochet, mélangez la farine, le sel et les sucres. Faites un puits au centre et versez-y le lait et l’eau tièdes, la levure émiettée, l’œuf et les jaunes. Pétrissez la pâte à vitesse lente pendant 5mn. Incorporez ensuite le beurre coupé en petits morceaux et continuez de pétrir la pâte une dizaine de minutes une fois le beurre totalement absorbé. La pâte doit être lisse, souple, élastique et légèrement collante. Formez une boule et déposez-la dans un saladier. Couvrez d’un torchon et laissez pousser pendant 1h/1h30 dans un endroit chaud jusqu’à ce que la pâte double de volume. (Je vous conseille de la mettre dans un four éteint, précédemment préchauffé à 30°).
  • Dégazez ensuite la pâte et entreposez-la au réfrigérateur pendant minimum 1h (toujours dans le saladier couvert).
  • Dégazez à nouveau la pâte en la travaillant sur un plan de travail fariné et divisez-la en 2 pâtons de même poids (environ 480g). Conservez le second pâte dans le saladier, à couvert, pendant que vous façonnez le premier. Étalez le premier pâton en un rectangle de 15x45cm. Étalez un quart de la garniture sur les 2/3 de la pâte de façon à laisser une bande de 15x15cm vide. Repliez cette extrémité nue sur le tiers central du rectangle puis repliez la seconde extrémité de la même façon sur la bande du milieu (comme pour un tour simple lorsque vous faites une pâte feuilletée). Filmez et entreposez au réfrigérateur pendant 20mn. Pendant ce temps, procédez de la même façon avec le second pâton.
  • Reprenez le premier pâton et étalez-le à nouveau, en un rectangle de 30x40cm cette fois-ci. Procédez doucement pour ne pas former de trop grosses bulles d’air aux extrémités de la pâte (si c’est le cas ce n’est pas grave mais cela risque d’être un peu plus salissant car si la pâte se perce, la garniture va un peu couler). Tartinez le rectangle avec 1/4 de garniture puis coupez le rectangle en 2 dans la largeur pour obtenir 2 rectangles de 15x40cm. Découpez ensuite chacun de ces rectangles en 5 pour obtenir 10 petits rectangles de 15x8cm et coupez chacun de ces rectangles en 2 par la diagonale pour obtenir 20 triangles. Roulez-les pour obtenir des croissants et déposez-les au fur et à mesure joliment dans un gros moule de 26cm chemisé de papier sulfurisé (pas besoin si le moule est en silicone) ou un plus petit de 20cm, en les empilant si besoin. Procédez de la même façon avec le second pâton et déposez les triangles ainsi obtenus soit sur la première rangée déjà dans le moule si vous utilisez un gros moule soit dans un second moule de 20cm de diamètre si vous avez opté pour le petit. Couvrez le(s) moule(s) et laissez à nouveau lever pendant 45mn dans un endroit chaud.
  • Préchauffez le four à 190°. Battez l’œuf avec la crème et badigeonnez-en la/les brioche(s) à l’aide d’un pinceau. Enfournez 15 à 18mn pour une petite brioche et 20/23mn pour une grosse (dans ce cas là, n’hésitez pas à la couvrir de papier aluminium au bout de 15mn si elle est déjà dorée : le centre ne sera pas encore totalement cuit à cause de la superposition donc il faudra prolonger la cuisson).
  • Pendant que la brioche cuit, préparez un sirop de sucre en portant à ébullition le sucre et l’eau dans une petite casserole. Badigeonnez-en la brioche à la sortie du four. Dégustez tiède ou totalement refroidi !

Pâte à tartiner noisette chocolat en 3 ingrédients

Comme tous les ans, qui dit Chandeleur dit pâte à tartiner. Il faudrait que je pense à faire des confitures maison pour ce moment de l’année mais entre les excellents pots de ma maman qui attendent dans le frigo et mon amour pour le chocolat, j’ai tendance à oublier cette possibilité. Du coup, voilà un nouvel essai de pâte à tartiner chocolat noisette ! Cette recette est celle de Free The Pickle et je l’ai adorée. Un peu moins bonne que celle de Christophe Michalak (qui est encore à ce jour la meilleure que j’ai pu tester), elle a vraiment des avantages indéniables pour vous faire succomber. Tout d’abord, sa fluidité. Elle se tartine incroyablement facilement et elle est très liquide ce que j’affectionne tout particulièrement (si vous aimez les pâtes à tartiner un peu plus fermes, vous pouvez stopper le mixage du praliné à la texture désirée). Ensuite, sa facilité : il vous suffira de faire un praliné et d’y ajouter du chocolat fondu. On ne peut pas faire plus simple en respectant les produits. Enfin, son goût : un goût de noisette présent et une sucrosité à adapter suivant vos goûts en changeant ou panachant le(s) chocolat(s) utilisé(s).

Temps : 15mn de préparation, 30mn de refroidissement et 15mn de cuisson
Conservation : 2/3 semaines dans un bocal fermé à température ambiante
Pour 1 pot (340g)

Ingrédients :

  • 160g de noisettes
  • 120g de sucre
  • facultatif : une pincée de fleur de sel
  • 60g de chocolat noir + 30g de chocolat au lait (uniquement du chocolat noir dans la recette initiale mais le mien étant trop puissant, je l’ai coupé avec du chocolat au lait)

Recette :

  • Commencez par torréfier les noisettes. Pour cela, préchauffez le four à 180°C. Étalez les noisettes sur une plaque de cuisson recouverte de papier sulfurisé et enfournez 15 minutes. Sortez-les du four, versez-les sur un torchon propre et frottez-les vigoureusement pour enlever la peau (attention à ne pas vous brûler). Laissez refroidir le temps de préparer le caramel.
  • Versez moitié du sucre dans une poêle et laissez-le fondre sur feu moyen. Essayez de bien le répartir et de ne pas faire de tas pour avoir une fonte homogène. Au besoin, mélangez le sucre fondu avec celui qui ne l’est pas encore pour accélérer le processus. Une fois la première moitié totalement fondue, ajoutez la seconde et, une fois tout le sucre fondu, prolongez la cuisson jusqu’à obtenir un caramel légèrement ambré mais pas trop foncé pour qu’il ne soit pas amer. Retirez du feu et versez les noisettes dans la casserole. Mélangez bien pour toutes les enrober. Versez-les sur une plaque de cuisson recouverte de papier sulfurisé et laissez refroidir pendant environ 30mn.
  • Mixez les noisettes caramélisées avec le sel à l’aide d’un robot puissant jusqu’à obtenir un praliné liquide. N’hésitez pas à faire des pauses pour que le moteur ne surchauffe pas. Si vous voulez une pâte à tartiner moins fluide que la mienne, arrêtez le mixage à la consistance désirée. Réserver. Faites fondre les chocolats au bain-marie ou au micro-ondes et incorporez-y le praliné. Mélangez et c’est prêt.

Note :
– Votre pâte à tartiner va se solidifier en refroidissant, pas de soucis : passez la une dizaine de secondes au micro-ondes pour qu’elle retrouve sa fluidité

Makis de crêpes banane chocolat

Histoire de varier les goûters, voici une option gourmande que vous pouvez faire avec des restes de crêpes (ou des crêpes faites spécifiquement pour l’occasion évidemment). C’est une idée toute simple et dont on peut trouver beaucoup de variantes sucrées ou salées sur internet : des makis de crêpes. L’idée est simple : garnir ses crêpes et les rouler avant de les portionner à la façon des makis. J’ai choisi ici une option sucrée avec des bananes et de la pâte à tartiner pour plaire au plus grand nombre. Ces saveurs sont super régressives, tout comme la façon de les déguster ! De quoi rendre le goûter plus ludique pour les enfants !

Temps : 5mn de préparation
Conservation : aucune

Ingrédients :

  • des crêpes (recette ici, ici, ici ou même ici pour du sans gluten et/ou sans lactose)
  • environ 20g de pâte à tartiner / praliné / ganache au chocolat* (ou autre) par crêpe
  • 1 banane par crêpe

Recette :

  • Étalez une fine couche de pâte à tartiner sur toute la surface des crêpes en allant bien jusqu’au bord. Disposez une banane pelée sur un bout et roulez-la en la serrant bien fermement jusqu’à l’autre bout. Détaillez en tronçons de 2/3cm et servez immédiatement !

Notes :
– Si vous voulez faire une ganache au chocolat, portez la crème à ébullition et versez-la en 3 fois sur le chocolat coupé en morceaux en l’incorporant bien entre chaque. Comptez la même quantité de crème que de chocolat pour une ganache au chocolat noir. 
– Comptez 1/2 à 2/3 d’une crêpe par personne pour un goûter (entre la banane, la pâte à tartiner et la crêpe, les makis sont assez bourratifs).

Kokosh cake (babka hongroise) noisettes chocolat

Si vous avez toujours eu envie de vous lancer dans la boulange maison mais que vous n’avez jamais osé car vous redoutez l’étape du façonnage, vous allez être ravi de cette recette hongroise ! En effet, cette brioche est très facile à faire, que ce soit la pâte, la garniture ou la confection. C’est bien simple, une fois la pâte et la garnitures faites, il n’y a même pas de temps de pause, hop on étale directement, on tartine et il n’y a plus qu’à replier la pâte sur elle-même : un jeu d’enfant ! Et le résultat n’en sera pas moins excellent. Le kokosh cake vous donnera une pâte moelleuse et surtout ultra gourmande. Si parfois on peut pleurer le manque de garniture dans certaines brioches, ici ce n’est pas le cas comme vous pouvez voir sur les photos. Elle a une place royale ! C’est vraiment la brioche la plus simple et pourtant une des plus délicieuses que j’ai pu faire donc sincèrement, si vous avez toujours eu envie de tenter l’expérience, c’est la recette parfaite pour ça ! Je remercie Sandra, la reine du pétrin pour ce magnifique partage.

Temps : 1h15mn de préparation et 20mn de cuisson
Conservation : 2/3j à température ambiante dans une boite hermétique (ou du papier alu)
Pour 2 brioches

Ingrédients :

Pour la pâte briochée :

  • 80g d’eau
  • 80g de jus d’orange
  • un sachet de levure sèche de boulanger
  • 1 œuf
  • 2 jaunes d’œuf
  • 1 cuillère à café d’extrait de vanille
  • 500g de farine T45
  • 50g de sucre
  • 10g de sucre vanillé
  • 0.5 cuillère à café de sel
  • 100g de beurre mou

Pour la garniture :

  • 120g de noisettes
  • 100g de chocolat noir à 66%
  • 50g de cassonade
  • 120g de crème liquide
  • 25g de cacao en poudre non sucré
  • 20g de beurre mou
  • 100g de pâte à tartiner chocolat noisettes

Pour la dorure :

  • un œuf

Recette :

Pour la brioche :

  • Chauffez très légèrement l’eau et le jus d’orange pour qu’ils soient tièdes (un tout petit peu plus chaud que la température de votre doigt). Versez-les dans la cuve de votre robot muni du crochet, ajoutez la levure, laissez reposer 10mn et mélangez. Ajoutez l’œuf, les jaunes d’œufs, l’extrait de vanille, la farine, les sucres et le sel en déposant les sucres et le sel sur la farine pour qu’ils ne soient pas en contact avec la levure. Pétrissez à vitesse lente jusqu’à ce que la pâte s’amalgame et se décolle des parois puis continuez de pétrir encore 3 à 5mn plus énergiquement jusqu’à ce qu’elle raffermisse. Ajoutez alors le beurre coupé en petits morceaux petit à petit et continuez de pétrir jusqu’à ce que la pâte se décolle à nouveau des parois et qu’elle soit lisse, souple et élastique. Couvrez la cuve d’un torchon et laissez la pâte reposer dans un endroit chaud le temps de faire la garniture.

Pour la garniture :

  • Préchauffez le four à 200°. Étalez les noisettes sur une plaque de cuisson et enfournez pendant 10mn pour les torréfier. Sortez-les du four, versez-les sur un torchon propre et frottez-les vigoureusement pour enlever la peau (attention à ne pas vous brûler). Laissez refroidir. Une fois vos noisettes assez froides pour être manipulées, hachez-les grossièrement à l’aide d’un couteauRéservez.
  • Pendant que les noisettes sont au four, coupez le chocolat en morceaux et versez-le dans un saladier avec la cassonade. Versez la crème dans une casserole et chauffez-la sur feu moyen jusqu’à frémissement (attention, pas d’ébullition !). Versez sur le chocolat et laissez reposer 2/3mn le temps qu’il fonde. Mélangez ensuite en partant du centre vers les bords pour obtenir un noyau lisse et brillant. Incorporez le cacao puis le beurre coupé en petits morceaux et enfin la pâte à tartiner (si besoin, passez-la une dizaine de secondes au micro-ondes pour la détendre). Laissez refroidir jusqu’à ce que la crème ait une consistance un peu plus épaisse de pâte à tartiner.
  • Préchauffez le four à 190°. Transférez la pâte sur un plan de travail fariné et divisez-la en deux pâtons de même poids (environ 450g). Pendant que vous travaillez le premier, conservez le second à température ambiante sous un torchon pour ne pas qu’il sèche. Etalez le premier pâton en un rectangle de 30x40cm. Tartinez la surface avec moitié de la garniture (205g environ) en laissant une bordure propre de 1cm tout le tour. Répartissez moitié des noisettes (60g) sur la pâte à tartiner et appuyez légèrement pour faire adhérer. Partez du petit côté et roulez la pâte sans serrer en l’aplatissant à chaque tour à l’aide de votre rouleau à pâtisserie (vous pouvez aussi plier la pâte une première fois sur quelques cm et continuer à la replier sur elle-même jusqu’au bout, vous aurez le même résultat très plat à la fin). Pincez la jointure pour souder la pâte et déposez la brioche sur une plaque de cuisson recouverte de papier sulfurisé, jointure en dessus. Faites de même avec le second pâton en l’espaçant au maximum du premier sur la plaque de cuisson. Faites quelques trous à la surface des brioches pour éviter leur déformation à la cuisson puis marquez régulièrement la pâte à l’aide d’un couteau pour faire des « parts ». A l’aide d’un pinceau, dorez les brioches avec l’œuf battu et enfournez 20mn en retournant la plaque à mi-cuisson. Laissez refroidir sur une grille. 

La pâte à tartiner de Christophe Michalak

On ne cesse de l’entendre partout : le Nutella est mauvais à la santé et l’huile de palme un désastre écologique. Oui mais pour être honnête, il est très dur de trouver des alternatives aussi bonnes en terme de goût. Même mes marques préférées (comme Le comptoir de Mathilde) ne me satisfont pas autant que le Nutella s’agissant de leur version aux noisettes. Dans ce cas, que faire ? Essayer et essayer encore des recettes de pâtes à tartiner jusqu’à trouver la bonne. Et celle de Christophe Michalak fait vraiment partie des meilleures. Plébiscitée dans des articles de presse et ayant fait le tour de la blogosphère, elle est actuellement la meilleure pâte à tartiner noisettes/chocolat au lait qu’il m’ait été donné l’occasion de goûter. C’est un pur plaisir ! Après il faut dire que ce plaisir, il se mérite. Pas moins d’1/3 de noisettes dans cette recette, du vrai chocolat (de qualité si possible) et surtout pas mal de temps sont nécessaires pour la faire ! Car oui Messieurs-Dames, même si cette recette ne nécessite que peu d’actions, mais beaucoup de mixage, il faudra tout de même surveiller quasi constamment votre œuvre pour goûter à ce plaisir. Il ne faudrait pas que votre robot surchauffe, que vos noisettes brûlent ou que votre chocolat au lait ne fige. Rien de bien sorcier à faire tout de même, je ne cherche pas ici à vous faire peur, mais pour obtenir une pâte à tartiner digne de Michalak, il faut donner de son temps ! Ce n’est pas donné ni en terme d’argent ni en terme de temps quand on peut payer 5€ son kilo de pâte à tartiner qu’il suffira de déboucher pour déguster mais je peux vous le dire : ça vaut VRAIMENT le coup.

.

.

Temps : 1h environ
Conservation : quelques semaines à température ambiante
Pour deux pots standards (de 375g environ)

.

Ingrédients :

  • 270g de noisettes
  • 120g de sucre
  • 1.5 +1.5g de sel fin
  • 150g de sucre glace
  • 150g de chocolat au lait
  • 25g de poudre de lait
  • 10g de cacao en poudre non sucré
  • 10g d’huile de pépins de raisins (ou autre huile neutre)

.

Recette :

  • Préchauffez le four à 180°. Étalez les noisettes sur une plaque de cuisson et enfournez-les 15mn pour les torréfier. Pendant ce temps, préparez un caramel avec le sucre en poudre et moitié du sel. Sur feu moyen, versez le sucre en trois fois dans une poêle en essayant de bien le répartir et de ne pas faire de tas pour avoir une fonte homogène. N’ajoutez la partie suivante qu’une fois la précédente totalement fondue. Prolongez la cuisson jusqu’à obtenir un caramel légèrement ambré mais pas trop foncé pour qu’il ne devienne pas amer. Versez-le immédiatement sur une feuille de papier sulfurisé en une fine couche et laissez-le sécher. A ce stade, vos noisettes devraient être torréfiées. Sortez-les alors du four, versez-les sur un torchon propre et frottez-les vigoureusement pour enlever la peau (attention à ne pas vous brûler).
  • Mixez 120g des noisettes avec le caramel cassé en morceaux jusqu’à obtenir un pralin liquide. Personnellement, j’utilise le blender pour réduire mes noisettes et le caramel en poudre car il a plus de puissance puis je transfère tout dans mon robot muni du couteau pour obtenir une pâte liquide car le mixeur est trop vite obstrué lorsque la poudre commence à prendre de la consistance. Réservez. Mixez ensuite les 150g de noisettes restantes avec le sucre glace jusqu’à obtenir une pâte de noisettes. Ici, même procédé : j’utilise le blender pour réduire mes noisettes en poudre puis je transfère tout dans mon robot muni du couteau avec le sucre glace pour obtenir une pâte. Cette étape peut prendre une vingtaine de minutes selon la puissance de votre robot donc n’hésitez pas à faire des pauses pour que le moteur ne surchauffe pas. Lorsque la poudre commence à s’agglomérer sur les bords et à s’y solidifier, c’est que vous avez bientôt atteint le stade de la pâte de noisettes.
  • Faites fondre votre chocolat au lait au bain-marie puis ajoutez-le à la pâte de noisettes dans le mixeur avec la deuxième moitié du sel. Mixez. Transvasez la pâte noisette/chocolat ainsi obtenue dans un saladier et incorporez-y le pralin. Ajoutez ensuite la poudre de lait, le cacao et l’huile. Mélangez bien. Transférez-le tout à nouveau dans le mixeur et mixez jusqu’à obtenir la consistance désirée : plus vous mixerez, plus la pâte sera fluide. Il faudra là aussi travailler par à coups mais cette fois-ci pour que la pâte ne chauffe pas : cela la cuirait et la rendrait plus compacte. Si jamais votre pâte ne vous parait pas assez liquide malgré un mixage en bonnes et dues formes, ajoutez un tout petit peu d’huile. Ayez la main légère car 2/3g peuvent totalement changer la consistance de votre pâte à tartiner.
  • Versez dans des pots et conservez dans un placard à température ambiante !

Pâte à tartiner chocolat orange

     Que diriez-vous d’une recette de pâte à tartiner bien de saison chocolat/orange soit une des meilleures associations possible ♥_♥ (ceci est bien évidemment totalement objectif de ma part) ? J’ai trouvé cette recette délicieux chez OkCeBon et je n’ai (presque) rien changé hormis un tout petit ajout d’écorces d’oranges confites pour booster le goût ! Autant vous dire qu’elle me servira de référence jusqu’à ce que je perce le secret de la pâte à tartiner de Noël du Comptoir de Mathilde (telle est ma quête finale afin d’obtenir le St Graal de la pâte à tartiner hivernale !!!)

.

IMG_20191120_215005__01

.

Temps : 10mn de préparation + 2h de réfrigération
Conservation : plusieurs semaines dans un récipient fermé au frigo
Pour 500g de pâte à tartiner environ

.

Ingrédients :

  • une orange bio
  • 1 pincée de 4 épices
  • 10g de sucre
  • 100mL de crème liquide entière
  • 130g de chocolat noir
  • 40g de beurre
  • 100mL (soit 130g) de lait concentré sucré
  • 50g d’écorces d’oranges confites

.

Recette :

  • Lavez l’orange, zestez-la, pressez-la et mettez le jus et les zestes ainsi obtenus dans une casserole. Ajoutez-y le 4 épices et le sucre puis chauffez l’ensemble sur feu doux jusqu’à ce qu’il réduise de moitié (5mn environ) en remuant de temps en temps. Ajoutez la crème, mélangez, puis portez à ébullition. Versez le mélange ainsi obtenu en trois fois sur le chocolat noir coupé en morceaux, en incorporant bien la crème au chocolat à chaque fois à l’aide d’une maryse, comme pour une ganache. Incorporez le beurre et le lait concentré, puis les écorces d’oranges confites hachées en tous petits morceaux. Une fois la pâte à tartiner bien homogène, versez-la dans des pots et laissez-la prendre au moins 2h au réfrigérateur avant de pouvoir l’utiliser.

Pâte à tartiner chocolat/praliné de Gü

     Je vous propose une nouvelle recette de pâte à tartiner que j’ai déniché dans le livre de Gü pour agrémenter vos crêpes ce week-end. J’ai trouvé cette recette vraiment excellente. Il n’y a vraiment pas à redire : faire du praliné change tout. Je pense que la prochaine fois je testerai un praliné exclusivement avec des noisettes pour me rapprocher encore plus du goût du nutella que j’affectionne tant ♥.

.

20180131_231700

.

Temps : 50mn
Conservation : plusieurs semaines au réfrigérateur (quelques jours à température ambiante si vous voulez qu’elle soit moins dure)
Pour un pot de 500g environ

.

Ingrédients :

  • 75g d’amandes émondées
  • 75g de noisettes sans la peau
  • 100g de sucre semoule
  • 75g de chocolat noir (66% pour moi)
  • 75g de chocolat au lait
  • 0.5 càc de cacao en poudre
  • 125mL de crème liquide entière

.

20180131_232021

.

Recette :

  • Tapissez une plaque allant au four  de papier cuisson. Préchauffez le four à 180° et enfournez les amandes et les noisettes pour environ 10mn histoire de les torréfier. Réservez les fruits à coque mais laissez le papier cuisson sur la plaque.
  • Mettez le sucre dans une casserole avec 2 cuillères à soupe d’eau et faites chauffer à feu doux jusqu’à ce que le sucre soit dissout. Portez ensuite à ébullition le sirop sur feu moyen jusqu’au stade du petit boulé soit 117 à 120° (si vous n’avez pas de thermomètre, prélevez une goutte de sirop grâce à une fourchette et plongez-la dans l’eau froide : elle doit former une boule molle, très malléable).
  • Ajoutez les noisettes et les amandes dans le caramel et continuez de remuer à feu doux. Le sucre va cristalliser et devenir blanc et dur. Prolongez la cuisson jusqu’à ce qu’il fonde, prenne une belle couleur dorée et enrobe les fruits à coques. Versez ces derniers sur la plaque de cuisson recouverte de papier sulfurisé.
  • Laissez refroidir (5/10mn) et mixez jusqu’à obtenir une pâte de praliné (plus ou moins lisse selon la façon dont vous l’aimez, cette étape peut prendre une vingtaine de minutes donc n’hésitez pas à faire des pauses pour que votre mixeur ne surchauffe pas).
  • Faîtes fondre les deux chocolats au bain marie (ou au micro-ondes). Incorporez le praliné et le cacao. Portez la crème à ébullition puis versez-la sur le mélange précédent. Mélangez bien jusqu’à ce que la pâte à tartiner soit homogène. Laissez refroidir et dégustez.

Pâte à tartiner pour les pressés

     Il y a des recettes comme ça dont nous sommes tous en quête. Je pense que le Nutella en est une. C’est teeeellement bon : la texture est inimitable et le goût est tellement spécial qu’il est particulièrement difficile à restituer… J’ai essayé depuis des pâtes à tartiner plus qu’excellentes (comme la chocolat/orange du Comptoir de Mathilde qui ne fait que des produits à tomber de ce côté) mais cette pâte à tartiner chocolat noisette reste obsédante. C’est pour ça que je me suis dit que j’essayerais un bon nombre de recettes du web jusqu’à tomber sur LA pépite.

     Malheureusement, ce n’est pas ce que je vous propose cette fois-ci. Ma quête est toujours en cours ;). Mais sur un chemin qui sent bon la Châtaigne, j’ai trouvé cette recette particulièrement pratique. Le goût n’est donc pas celui du Nutella (je pense de toute façon qu’il faut minimum faire une pâte de noisette pour s’en approcher) mais il reste assez plaisant et surtout la recette prend 5mn de réalisation, mise en pot comprise et ne demande que 3 ingrédients.En plus elle est tartinable quasiment à la sortie du frigo. Si vous passez votre temps à courir et que vous ne voulez pas acheter de pâte à tartiner du commerce pour différentes raisons (comme l’environnement par exemple), cette recette est faite pour vous !

.

20170930_114243

.

Temps : 5 minutes
Conservation : plus d’un mois au réfrigérateur
Pour 2 pots moyens (600g)

.

Ingrédients

  • 400g de lait concentré sucré
  • 130g de chocolat praliné
  • 100g de chocolat noir

.

20170930_114326

.

Recette :

  • Mettez tous les ingrédients dans une casserole et faîtes chauffer à feu doux sans cesser de remuer jusqu’à ce que le mélange soit homogène. Versez en pot. Et voilà c’est tout !

Pâte de pistaches de Pierre Hermé

     A la maison, on n’est pas trop trop fans de pistaches hormis mon père. Par contre ma grand mère adore ça. Comme il faut savoir faire plaisir à ceux qu’on aime (surtout avec les fêtes qui arrivent), j’ai voulu me lancer dans les recettes pistachées pour lui offrir un petit quelque chose à Noël. Et là stupeur, la majorité demande d’avoir de la pâte de pistache, ce qui coûte vraiment super cher. Et je ne vous parle pas de l’aspect… Qui a dit que les pistaches étaient entre vert entre émeraude et vert dégueux et que la pâte de pistache ressemblait à de la pâte d’amande bizarroïde ? Rien de naturel là dedans… Ni une, ni deux, je décroche la recette de la pâte de pistache de Pierre Hermé (une valeur sûre) et je me lance dans l’aventure… un peu chaotique mais finalement très réussie. Ok ce n’est pas spécialement sexy mais qu’est ce que c’est bon olala !

      Les proportions que je vous donne sont énormes. Vous pouvez diviser par deux ou plus sauf si comme moi vous finissez par plonger la cuillère dans le pot et à la manger comme de la pâte à tartiner (vous pouvez voir que du coup j’ai changé bien vite d’avis sur la pistache :D). Non seulement vous n’avez pas forcément besoin d’une telle quantité mais en plus ça vous simplifiera la vie. Personnellement il m’a fallu beaucoup plus que les 15/20mn prévue à la base. Mon robot n’était pas assez puissant donc vu la quantité j’ai du m’y reprendre plusieurs fois. Et j’ai aussi choisi d’acheter mes pistaches avec la coque car la différence de prix était impressionnante.

.

DSCN1424.

Temps : entre 30mn et 1h (+30mn si vous devez émonder)

Conservation : plusieurs mois au frigo

Pour environ 3 pots

.

Ingrédients :

  • 500 gr de pistaches mondées et non salées (comptez 30mn environ d’émondage si vous les achetez avec la coque)
  • 250 gr de sucre semoule
  • 70 ml (70 gr) d’eau
  • 120 gr de poudre d’amandes
  • 8 gouttes d’amandes amère
  • 1,5 cuillère à soupe d’huile neutre

.

DSCN1426.

Recette :

  • Préchauffez le four à 150°C. Étalez les pistaches sur une plaque et enfournez pendant 10 minutes afin de les torréfier (pour faire ressortir leur saveur).
  • Mettez l’eau et le sucre dans une casserole. Faîtes chauffer jusqu’à 116° afin d’obtenir un sirop. Versez les pistaches dans la casserole et mélangez. Elles vont alors sabler (blanchir). Si elles collent à la casserole, pas de panique c’est normal un filet d’eau réglera le tout.
  • DSCN1422Laissez refroidir et mettez les pistaches dans le bol du mixeur. Ajoutez la poudre d’amandes et l’extrait d’amande amère. Mixez pendant 15 à 20 minutes (selon la puissance de votre robot) en faisant régulièrement des pauses pour éviter la surchauffe de l’appareil. Une fois que la poudre devient compacte, ajoutez l’huile puis recommencez à mixer jusqu’à obtenir la consistance d’une pâte à tartiner. Le mixage peut alors être long puisqu’il faut attendre que les pistaches rendent leur gras. J’ai paniqué et pensé avoir totalement foiré personnellement mais en fait mon robot n’était pas très puissant donc il m’a juste fallu beaucoup de temps (peut-être 30mn).