Pancakes rhum raisins, sauce au sirop d’érable

ENFIN mes saisons préférées arrivent et leurs lots de délices avec. Oui je sais, je pourrais faire des pancakes plus ou moins toute l’année mais rien que penser à la chaleur qui se dégage des poêles quand il fait 30° dans la pièce, beurk. Alors que maintenant je peux en profiter pour me réchauffer les mains en même temps quand il fait frisquet le matin… Enfin bref, revenons-en aux pancakes. Comme vous le savez, il s’agit d’une de mes grandes addictions. J’adore ça et je tente plein de variétés différentes. C’est comme ça que je me suis dit qu’il était temps de tester l’association rhum/raisins. Je sais qu’il y a beaucoup de réfractaires aux raisins secs mais personnellement je suis fan. Que ce soit dans les biscuits, dans les plats salés ou maintenant dans les pancakes, je suis souvent convaincue avant même d’avoir essayé. Et je n’ai vraiment pas été déçue. Ils s’associent parfaitement au moelleux des pancakes et la sauce au sirop d’érable est vraiment incroyable. Elle complète parfaitement le plat. Pour ceux qui aimeraient moins sentir le goût des raisins mais apprécient quand même leur présence, vous pouvez remplacer moitié par des pépites de chocolat ou  même les substituer totalement par des cranberries. Ça sera tout aussi bon !

Temps : 15mn de préparation, 15mn de repos et 10mn de cuisson environ (avec la crêpe party)
Conservation : 2/3j dans du film transparent au frigo
Pour 16 pancakes

Ingrédients :

Pour les pancakes :

  • 200g de raisins secs (ou 100g de raisins secs et 100g de pépites de chocolat suivant vos préférences)
  • 275g de farine
  • 30g de sucre
  • un sachet de levure chimique
  • 1 cuillère à café de bicarbonate alimentaire
  • 0,5 cuillère à café de cannelle en poudre
  • une pincée de sel
  • 2 œufs
  • 350mL de lait
  • 1 cuillère à soupe de rhum
  • 1 cuillère à soupe d’huile neutre
  • 1 cuillère à café d’extrait de vanille liquide

Pour la sauce au sirop d’érable :

  • 100g de beurre
  • 100g de sirop d’érable
  • 1 cuillère à soupe de rhum
  • 50g de raisins secs
  • une pincée de fleur de sel

Recette :

Pour les pancakes :

  • Versez les raisins secs dans un petit bol et recouvrez d’eau bouillante. Réservez pendant 5mn.
  • Dans un premier saladier, mélangez la farine, le sucre, la levure, le bicarbonate, la cannelle et le sel ensemble. Réservez. Dans un second, mélangez les œufs, le lait, le rhum, l’huile et la vanille. Versez les poudres par-dessus et mélangez jusqu’à ce que la pâte soit homogène, pas plus. Incorporez enfin les raisins secs égouttés et séchés (ainsi que les pépites de chocolat si vous décidez d’en mettre) sans trop travailler la pâte. Laissez reposer 15mn.
  • Chauffez une poêle et beurrez-la ou huilez-la légèrement. Faites-y des tas de pâte d’une dizaine de centimètres de diamètre (une grosse louche avec la louche de ma crêpe party). Faites cuire jusqu’à ce que la pâte soit cuite en dessous et assez ferme pour que le pancake puisse être retourné et que des bulles apparaissent au dessus. Retournez à l’aide d’une spatule et laissez cuire la seconde face. Recommencez jusqu’à épuisement de la pâte. N’hésitez pas à beurrer à nouveau la poêle entre les pancakes si nécessaire. (Comme d’habitude j’ai utilisé ma crêpe party pour faciliter les choses).

Pour la sauce au sirop d’érable :

  • Versez tous les ingrédients dans une petite casserole sur feu moyen et chauffez jusqu’à ce que le beurre soit totalement fondu. Mélangez bien pour homogénéiser la sauce et servez immédiatement avec les pancakes.

Abricot frappé

Nouvelle semaine, nouvelle boisson. Aujourd’hui, je vous propose un cocktail tiré tout droit du blog de Madamcadamia. Je n’y ai apporté absolument aucune modification. Dès que je l’ai goûté tel quel, j’ai ADORÉ. On sent à la fois le rhum et l’abricot sans que l’alcool soit agressif, le cocktail est sucré mais pas trop et SURTOUT il est ultra velouté. Le jus d’abricot apporte une réelle douceur en terme de texture. C’est délicieux et très original !

Temps : 5mn de préparation
Conservation : aucune (à déguster immédiatement et très frais)
Pour 2 cocktails

Ingrédients :

  • 320mL de jus d’abricot
  • 80mL de rhum
  • le jus d’un citron vert
  • 40g de miel
  • 2 gouttes d’extrait de vanille
  • une dizaine de glaçons

Recette :

  • Versez tous les ingrédients dans un shaker et shakez le cocktail énergiquement pendant 30s. Servez immédiatement dans deux verres avec quelques glaçons supplémentaires s’il fait chaud.

Piña colada et biscuits apéritifs comté sésame

Aujourd’hui on se retrouve pour un nouveau cocktail qui fait partie de mes préférés : la piña colada ! Et en le réalisant je me suis aperçue qu’au final j’aimais rarement les recettes officielles des cocktails. Je les trouve beaucoup trop alcoolisées… Si le sidecar à la fraise m’a appris quelque chose c’est que je préfère des versions plus légères mais plus parfumées. J’ai donc fait plusieurs tests de piña colada et voilà la version que j’ai préférée, que vous pourrez donc adapter vous aussi à vos goûts que ce soit en mettant plus d’alcool si vous adorez le rhum, plus de jus d’ananas pour diluer ou plus de crème de coco pour une version encore plus crémeuse ! Et pour servir avec, je vous propose également une recette de biscuits apéritifs comté/sésame dénichée chez Cuisine téméraire. Une façon parfaite de commencer la soirée 😉

Pour la piña colada

Temps : 5mn de préparation
Conservation : 2j dans une bouteille hermétique au frigo
Pour 1,5L de piña colada

Ingrédients

  • 800mL de jus d’ananas
  • 400mL de crème de coco
  • 200ml de rhum blanc
  • 100mL de rhum ambré
  • 2 pincées de cannelle en poudre

Recette :

  • Mélangez le jus d’ananas, la crème de coco, les rhums et la cannelle au blender ou au mixeur plongeant (mélanger ne suffit pas car l’acide de l’ananas et le crémeux de la coco ne font pas bon ménage). Conserver au frais jusqu’au moment de servir.

Pour les biscuits apéritifs

Temps : 15mn de préparation, 1h de réfrigération et 30mn de cuisson
Conservation : une semaine dans une boite hermétique à température ambiante
Pour une vingtaine de biscuits apéritifs

Ingrédients :

  • 125g de farine
  • 85g de beurre aux cristaux de sel à température ambiante
  • 40mL de lait
  • 50g de comté râpé
  • environ 10g de graines de sésame

Recette :

  • Dans un saladier, travaillez la farine et le beurre jusqu’à ce que le mélange soit homogène. Ajoutez alors le lait et le comté et continuez de travailler la pâte jusqu’à ce qu’elle soit homogène. Formez un boudin de 25cm de long et 4cm de diamètre*. Versez les graines de sésame dans un plat de la même longueur et roulez le boudin de pâte dedans pour l’enrober. Filmez et entreposez au réfrigérateur pendant 1h.
  • Préchauffez le four à 180°. Détaillez la pâte en 20 biscuits de 1,2cm d’épaisseur* et déposez-les sur une plaque de cuisson recouverte de papier sulfurisé. Enfournez 30mn environ : les biscuits doivent être bien dorés et cuits à l’intérieur (ils auront l’air cuit dès les premières 10mn de cuisson mais si vous en cassez un vous verrez que l’intérieur est encore cru). Laissez refroidir 5mn sur la plaque avant de débarrasser sur une grille de refroidissement.

Note :

– Je vous précise la taille et l’épaisseur des biscuits à simple titre indicatif. Vous pouvez bien évidemment les faire plus ou moins gros/épais suivant vos préférences. Mais dans ce cas, il faudra adapter la cuisson qui est conditionnée à la taille des biscuits !

Muffins banane rhum chocolat

Je sais qu’il y a déjà une recette de muffins bananes et pépites de chocolat sur le blog mais j’aime tellement ça que j’en ai testé une nouvelle. Ceux-là sont légèrement parfumés au rhum et ont pour particularité de ne pas contenir de purée de bananes mais de gros morceaux de bananes en leur centre. C’est une plaisante surprise quand on croque à pleines dents dedans 😉

Temps : 10mn de préparation + 20mn de cuisson
Conservation : 4/5j dans une boite hermétique
Pour 12 muffins

Ingrédients :

  • 150g de lait
  • 100g de beurre demi-sel
  • 3 œufs
  • 1 cuillère à café d’extrait de vanille liquide
  • 2 cuillères à soupe de rhum
  • 100g de sucre
  • 250g de farine
  • un sachet de levure chimique
  • 1 pincée de sel
  • 100g de pépites de chocolat noir
  • 2 petites bananes

Recette :

  • Préchauffez le four à 180°. Versez le lait et le beurre coupé en morceaux dans un bol et chauffez au micro-ondes jusqu’à ce que le beurre soit totalement fondu. Quand le mélange a tiédi, versez-le dans un saladier et incorporez les œufs, la vanille et le rhum ensemble. Fouettez le mélange jusqu’à ce qu’il soit homogène. Incorporez ensuite le sucre puis la farine, la levure et le sel ensemble et enfin les pépites de chocolat. Réservez. Coupez chaque banane en 6 morceaux et réservez également.
  • Beurrez et farinez 12 moules à muffins si nécessaire (ou utilisez des caissettes). Versez une grosse cuillère à coupe de pâte dans chaque empreinte, déposez un morceau de banane bien au centre puis recouvrez avec le reste de la pâte. Enfournez 20mn : la pointe d’un couteau doit ressortir sèche (pensez à vérifier sur le côté des muffins car il y aura la banane au centre). Laissez refroidir avant de déguster.

Stollen facile

Je ne sais pas si vous êtes comme moi mais personnellement je suis une fan de stollen. J’en achète chaque fois que je vais aux marchés de Noël en Alsace. Entre la pâte moelleuse, les fruits confits et la pâte d’amande, c’est comme si quelqu’un avait lu dans mon esprit pour créer la brioche parfaite. Sauf que traditionnellement, le stollen nécessite un façonnage particulier et je n’avais pas très envie de me lancer dans cette opération. Je voulais une recette facile et rapide. J’ai trouvé mon bonheur chez B comme bon qui propose une recette avec un façonnage simplifié : on se concentre ici sur le goût et le moelleux. Personnellement je n’ai besoin de rien de plus ! A l’origine, sa recette était d’ailleurs encore plus rapide que la version que je vous propose. Elle ne comportait pas de pousse intermédiaire entre la pâte et le façonnage. Toutefois, je trouve qu’il est important d’ajouter au moins un temps de repos léger à ce moment là pour être sur d’avoir une brioche moelleuse. J’ajouterai que les proportions sont données pour une ÉNORME brioche. N’hésitez donc pas à faire 2 stollens ou à diviser les quantités par 2 pour faire un stollen de taille normale si vous ne pouvez pas en manger une grande quantité rapidement. Il ne faudrait pas risquer d’avoir une brioche sèche.

Temps : 40mn de préparation, 2h de pousse et 35mn de cuisson
Conservation : 2 jours bien emballé dans un torchon propre
Pour 1 gigantesque stollen (ou 2 petits)

Ingrédients :

  • 200g de raisins secs
  • 2 cuillères à soupe de rhum
  • 200mL de lait
  • 1.5 sachet de levure de boulanger déshydratée
  • 60g de beurre fondu tièdi
  • 2 œufs
  • 500g de farine
  • 40g de sucre
  • 0.5 cuillère à café de sel
  • 50g d’écorces d’orange confites
  • 1 barre de pâte d’amande de 250g environ (composée de 50% d’amande minimum, sinon elle va fondre à la cuisson)

Pour la finition :

  • 20g de beurre
  • 20g de sucre glace

Recette :

  • Dans un bol, versez les raisins secs, le rhum et assez d’eau bouillante pour couvrir les raisins afin de les réhydrater (ils seront ainsi plus moelleux à la dégustation). Réservez le temps de faire la brioche.
  • Chauffez le lait très légèrement pour qu’il soit tiède (un tout petit peu plus chaud que la température de votre doigt). Versez-le dans la cuve de votre robot muni du crochet, ajoutez la levure, laissez reposer 10mn et mélangez. Ajoutez le beurre fondu et les œufs et mélangez brièvement avant d’ajouter la farine, le sucre et le sel en déposant ces derniers sur la farine pour qu’ils ne soient pas en contact avec la levure. Pétrissez à vitesse lente jusqu’à ce que la pâte s’amalgame et se décolle des parois (5mn environ). Ajoutez les écorces d’orange confites coupées en dés ainsi que les raisins (égouttés puis pressés dans du papier absorbant pour enlever tout excès d’humidité) puis continuez de pétrir 5 à 10mn jusqu’à ce que la pâte soit lisse, souple, élastique et se décolle des parois. Couvrez la cuve d’un torchon et laissez la pâte reposer 1h dans un endroit chaud (un four préchauffé à 30° pour moi).
  • Dégazez la pâte sur un plan de travail légèrement fariné et étalez-la en un rectangle de 2cm d’épaisseur. Façonnez la barre de pâte d’amande pour qu’elle soit un peu plus petite que la longueur de votre pâton et placez-la au centre de la pâte. Repliez chaque côté vers le centre en commençant par les plus petits côtés, comme pour un portefeuille. Pincez les jointures pour souder la pâte. Déposez la brioche sur une plaque de cuisson recouverte de papier sulfurisé et laissez reposer 1h dans un endroit chaud (un four préchauffé à 30° pour moi).
  • Préchauffez le four à 180° et enfournez le stollen 35/40mn, jusqu’à ce qu’il soit doré. Laissez refroidir le stollen puis badigeonnez-le avec le beurre fondu et saupoudrez-le généreusement de sucre glace ensuite.

Mojito royal à la fraise

Évidemment, je ne pouvais pas vous laisser encore une fois sur une seule et unique recette de coulant au chocolat pour la St Valentin. Il fallait marquer le coup cette année. Mon conjoint a donc eu l’idée d’un cocktail. Oui mais quel cocktail ? J’avais bien quelques pistes mais impossible de les suivre sans me faire livrer ou réaliser des préparations qui auraient nécessité bien plus que les quelques jours que j’avais pour vous partager quelque chose. Je me suis donc creusée un peu plus la tête et j’ai choisi de reprendre la recette d’un de mes cocktails préférés mais version St Valentin : avec de la fraise donc mais aussi et surtout du champagne. Moi qui ne supporte pas le champagne pur, j’ai cru que le résultat allait être désastreux mais pas du tout. L’accord est vraiment incroyable. J’ai d’ailleurs trouvé ça meilleur qu’un mojito ordinaire. Le champagne apporte vraiment quelque chose en plus. C’est un excellent cocktail !
Pour obtenir un visuel propre et un cocktail bien homogène sans perdre le goût traditionnel du mojito, j’ai d’ailleurs du légèrement adapter ma recette de base. Comme il apparaissait nécessaire de filtrer la boisson pour toutes ces raisons (croyez moi j’ai essayé sans et le résultat était beaucoup moins sexy), j’ai augmenté la quantité de menthe et diminué la quantité de sucre (je l’aurais bien totalement supprimé, la purée de fraise étant sucrée, mais il est nécessaire pour extraire les sucs de la menthe) pour pouvoir obtenir un jus plus intense qui viendrait compenser l’absence des feuilles de menthe et du citron vert dans le cocktail final. Eh bien je suis heureuse de constater que ça marche ! J’ai vraiment eu l’impression de bien sentir tous les goûts. Donc n’hésitez pas à recourir à cette astuce pour un cocktail tout en bulle et tout en glamour !

.

.

Temps : 5mn de préparation
Pour 1 cocktail (long drink)

.

Ingrédients :

  • 15 feuilles de menthe lavées
  • 1 cuillère à café de cassonade
  • 1 citron vert lavé (et bio de préférence)
  • 3 cuillères à soupe (soit environ 45g) de coulis/purée de fraises (j’utilise la gamme le Fruit de Monin qui est au top, sinon il vous suffit de faire chauffer dans une casserole 100g de fraises avec 35g de sucre et, une fois les fruits bien mous, de les mixer et de laisser le tout refroidir au frigo avant utilisation)
  • 4cL de rhum
  • des glaçons ou de la glace pilée
  • du champagne (environ 7cL)

.

Recette :

  • Dans un bol, déposez les feuilles de menthe et la cassonade. A l’aide d’un pilon, écrasez délicatement. Coupez le citron vert en 8, ajoutez-le au fond du bol puis pilez à nouveau. Versez le contenu du bol dans un verre à long drink en le filtrant pour ne conserver que le jus*. Ajoutez la purée de fraises et mélangez vivement pour que le tout devienne homogène. Versez le rhum. Remplissez le verre jusqu’à mi-hauteur de glaçons ou de glace pilée puis versez le champagne. Mélangez, ajoutez un brin de menthe fraiche ou des fraises pour décorer et servez.

*Beaucoup de recettes ne préconisent pas l’étape du filtrage. Toutefois pour avoir essayé les deux, j’ai eu beaucoup plus de mal à obtenir un cocktail avec un goût régulier à la dégustation et une purée de fraise qui ne retombe pas au fond sans cette étape. Je vous conseille donc de la respecter. Si vous voulez vous en passer, vous pouvez préparer la boisson directement dans le verre à long drink.

Punch aux pommes

Le voici le voilà, le cocktail de Noël de cette année !!! Après le vin chaud, le lait de poule et le cidre chaud aux épices, je vous propose un petit punch aux pommes ! Une saveur originale pour un punch mais parfaite pour la saison. Plus corsé que le cidre chaud aux épices, il vous réveillera et vous donnera un coup de chaud pour contrer le froid de l’hiver ;). Comme tout cocktail par contre, il est assez sucré. Si vous craignez ça, je vous conseille de ne mettre que moitié du sirop de cidre et de réévaluer la quantité de rhum à la baisse. En effet, moins il y a de sucre, plus on sent l’alcool. Vous pouvez à mon avis baisser à 10/15cL !

.

.

Temps : 20mn de préparation
Conservation : plusieurs semaines dans une bouteille
Pour 2L environ

.

Ingrédients :

  • 500mL de cidre doux
  • 250g de sucre
  • 2 bâtons de cannelle
  • 0.5 cuillère à café d’épices au choix (épices à pain d’épices, gingembre, muscade, etc)
  • 1L de jus de pommes
  • 20cL de rhum

.

.

Recette :

  • Commencez par préparer un sirop de cidre. Pour cela, versez le cidre, le sucre, la cannelle et les épices dans une casserole (attention le cidre va mousser quand vous verserez le sucre dessus). Portez à ébullition et laissez réduire jusqu’à obtenir une texture sirupeuse (15mn environ). Versez dans un saladier et ajoutez le jus de pomme et le rhum. Réfrigérez plusieurs heures jusqu’à obtenir un cocktail bien frais ! (Je ne vous cache pas que j’ai également goûté chaud et que je trouve ça super bon donc si vous voulez un cocktail plus dans l’esprit « vin chaud » pour la fin d’année, vous pouvez aussi le servir comme ça.)

Cannelés de Christophe Felder

Comme vous avez pu vous en apercevoir, mon nombre de publications a légèrement diminué la semaine dernière et cela va continuer. Au début du confinement, je me suis imposée un rythme plus intensif qu’avant de 3 recettes par semaine, ce que j’ai pu faire perdurer même à ma reprise du travail car la cadence n’était pas aussi intense que pré-confinement. Mais entre les heures supplémentaires et le stress du travail qui ont repris, la préparation de mon déménagement, mes allers-retours en train, d’autres obligations à tenir et certaines recettes plus ardues (comme celle-ci) qui m’ont demandé plusieurs tentatives pour en être satisfaite, c’est devenu impossible. Je me suis rendue compte que j’étais épuisée et que je m’en rendais malade. J’ai donc décidé de lever un peu le pied, au moins jusqu’à mon déménagement fin octobre et sûrement encore un peu après, le temps d’être bien installée dans mon nouvel appartement. Cela signifie pas de Halloween et de Thanksgiving pour moi mais je fais contre mauvaise fortune bon cœur : je me lâcherai sur Noël !!!

Pour en revenir à cette recette, comme je vous l’ai dit, elle m’a donnée du fil à retordre. J’avais déjà fait des cannelés il y a quelques années et je les avais réussis du premier coup : ils étaient vanillés, caramélisés, alvéolés et on sentait bien le rhum. Bref, parfaits ! Mais impossible de me souvenir de la recette, du temps de cuisson ou de la façon de les cuire. Je suis donc repartie de zéro et cette fois j’ai connu des coups durs : des soucis de démoulage, de sous-cuisson, de sur-cuisson, de cuisson inégale, etc. Je pense que je les ai tous eus ! Les cannelés sont un peu comme les macarons : des recettes assez faciles à réaliser mais avec une cuisson difficile à maitriser ! Je vais donc vous donner au fil de la recette tous les conseils possibles pour que vous réussissiez au mieux sans galérer autant que moi !

.

.

Temps : 20mn de préparation + 24h de repos + 6h de remise à température + 50mn de cuisson
Conservation : à consommer le jour même
Pour 16 cannelés

.

Ingrédients :

  • 500mL de lait frais entier
  • 50g de beurre
  • 1 gousse de vanille bien charnue
  • 2 œufs
  • 2 jaunes d’œuf
  • 250g de sucre
  • 1 pincée de sel
  • 125g de farine tamisée
  • 50g de rhum

.

Recette :

  • La veille : Portez le lait, le beurre et la gousse de vanille fendue et grattée à ébullition. Laissez la vanille infuser 10mn. Battez les œufs et les jaunes avec le sucre et la pincée de sel puis incorporez la farine. Ajoutez le lait vanillé et battez une dizaine de seconde pour homogénéiser la pâte puis incorporez le rhum. Laissez reposer 24h au réfrigérateur (TRÈS IMPORTANT) en remuant la pâte de temps en temps pour faire retomber la mousse.
  • Le jour J : Sortez la pâte du réfrigérateur et laissez-la revenir à température ambiante (là encore c’est PRIMORDIAL). Cela devrait prendre environ 6h. Puis, préparez vos moules en cuivre (vous pouvez utiliser des moules en aluminium à la rigueur mais JAMAIS de silicone).
    • Le mieux pour les cannelés est de les graisser avec un mélange de beurre et de cire alimentaire fondus. Cela vous donnera le même résultat caramélisé que ceux que vous pouvez trouver à Bordeaux. Mais, tout comme moi, vous n’en aurez sûrement pas (en plus la cire alimentaire coûte vraiment cher pour les particuliers), il vous reste donc deux solutions.
    • La deuxième meilleure option est de recourir à une bombe de graissage professionnelle (avec internet, il est très facile de s’en procurer). Dans ce cas, vaporisez les moules une fois la pâte à température ambiante.
    • La dernière est d’utiliser tout simplement du beurre clarifié. Dans ce cas, au moment où vous sortez votre pâte du réfrigérateur, faites fondre du beurre puis, à l’aide d’un pinceau, badigeonnez-en les moules. Soyez très rigoureux afin de ne pas oublier d’endroit car cela pourrait rendre très difficile le démoulage de vos cannelés. Une fois vos moules beurrés, retournez-les sur un papier absorbant et laissez figer le beurre 2/3mn au réfrigérateur. Sortez-les puis recommencez l’opération en appliquant une seconde couche, sans les mettre au frigo cette fois-ci. Laissez la pâte ET les moules revenir à température ambiante. Il ne faut absolument pas qu’un des deux soit froid car sinon vos cannelés cuiront de façon irrégulière (ils auront surement un trou à la place de la tête et la pâte sera de surcroit crue au centre).
  • Une fois la pâte à température ambiante et vos moules préparés, préchauffez le four à 240°. Versez la pâte dans les moules jusqu’aux 3/4 puis enfournez 10mn afin de créer le choc thermique qui donnera leur croute si particulière aux cannelés. Diminuez la température du four à 180° et prolongez la cuisson de 40mn pour des cannelés bien croustillants (personnellement, après avoir effectué BEAUCOUP de tests, je les préfère légèrement moins cuits donc 30/35mn supplémentaires me suffisent amplement). Il convient, comme pour les macarons, d’adapter la cuisson des cannelés à la puissance de votre four (par exemple : la majorité des recettes vous diront de faire une première cuisson à 270° puis le reste à 200/210° mais j’ai obtenu des bouts de charbon avec des températures aussi élevées et celle de Christophe Felder indiquait 35mn à 210° ce qui me donnait des cannelés à moitié crus ; je suis quitte à reprendre tous mes tests dans 1 mois quand j’aurai déménagé et changé de four !). Démoulez à chaud en les retournant sur une grille. Laissez refroidir au moins 2h avant dégustation.

Crumble noisette bananes flambées/nutella

Je sais que je vous avais parlé de gâteaux pour affronter la rentrée comme il se doit mais j’ai continué à avoir des déconvenues en cuisine. Les semaines se suivent et se ressemblent décidément ! Mais pour vous faire patienter, je compte bien vous faire succomber avec ce dessert qui j’en suis sure fera des heureux ! Il s’agit d’un crumble noisettes avec des bananes flambées au rhum et du nutella : un délice ! Évidemment si des enfants sont de la partie, vous pouvez tout simplement faire caraméliser les bananes à la poêle sans l’option flambage au rhum 😉

.

.

Temps : 20mn de préparation + 20mn de cuisson
Conservation : 2/3j au réfrigérateur recouverts de papier film
Pour 4 énormes crumbles individuels (soit 4 à 8 personnes)

.

Ingrédients :

Pour les bananes flambées :

  • 4 bananes
  • 20g de beurre
  • 20g de cassonade
  • 5cL de rhum ambré

Pour le crumble noisette :

  • 75g de cassonade
  • 75g de farine
  • 60g de poudre de noisettes
  • 2 pincées de fleur de sel
  • 75g de beurre froid
  • 4 cuillères à soupe de nutella

.

.

Recette :

Pour les bananes flambées :

  • Faîtes fondre le beurre dans une grande sauteuse sur feu moyen. Coupez vos bananes en deux dans le sens de la longueur et déposez-les dans la poêle. Dorez-les de chaque côté puis saupoudrez-les de cassonade. Retournez-les à nouveau afin qu’elles caramélisent légèrement de chaque côté. Versez le rhum sur les bananes et flambez-les à l’aide d’une allumette, d’un allume feu ou d’un briquet. (Attention à bien éteindre le feu avant si vos plaques fonctionnent au gaz pour éviter tout incident). Une fois les flammes éteintes, réservez.

.

Pour le crumble noisette :

  • Mélangez la cassonade, la farine, la poudre de noisettes et la fleur de sel dans un saladier. Coupez votre beurre en dés, versez-le dans le saladier avec les poudres puis travaillez-le avec les doigts afin d’obtenir une texture sableuse comme une chapelure.

.

Pour le montage et la cuisson :

  • Préchauffez le four à 200°. Coupez les bananes en rondelles puis répartissez-les dans 4 moules individuels. Versez votre nutella dans un bol et réchauffez-le une dizaine de secondes au micro-ondes pour le détendre. Répartissez-le ensuite sur les bananes flambées puis recouvrez de pâte à crumble (vous en aurez une belle épaisseur, ce dessert est très gourmand). Enfournez 20mn environ : la pâte à crumble doit être bien dorée. Servez encore chaud.

.

Note : Mes proportions vous donneront 4 énormes crumbles. S’agissant d’un dessert très consistant, n’hésitez pas à en faire 6 avec ces proportions (voire 8 si vous avez eu un repas un peu copieux).

Millefeuilles à la crème diplomate rhum/vanille (P. Hermé x C. Michalak)

     Si j’ai fait de la pâte feuilletée inversée récemment, c’est parce que j’avais pour idée de faire un millefeuille ! Au début je voulais en faire un traditionnel avec le fondant, les zébrures et la crème pâtissière. Mais il faisait tout de même très chaud : une crème un peu plus légère paraissait plus appropriée. Je me suis donc rabattue sur une crème diplomate, mais pas n’importe laquelle : la crème diplomate à la vanille et au rhum de Christophe Michalak que j’ai trouvé chez Yumelise. Une crème diplomate est tout simplement une crème pâtissière détendue avec une crème fouettée, ce qui lui apporte de la légèreté. C’est donc exactement ce que je cherchais pour mon dessert ! J’ai aussi mis de côté le glaçage pour une prochaine fois, lorsque je ferai un millefeuille un peu plus traditionnel, histoire de ne pas resucrer le dessert et diluer ce bon goût de crème à la vanille.
Concernant les photos, je vous avoue être extrêmement déçue… Les millefeuilles étaient au départ magnifiques mais la pâte feuilletée s’est cassée lorsque je les ai déplacés pour la photo et le temps que j’essaye de réparer les dégâts (sans succès), la crème avait commencé de fondre à cause de la température de la pièce. C’est ça qui a donné ce résultat plutôt désastreux. J’en suis vraiment triste car c’est une réalisation qui m’a donné du fil à retordre et de laquelle j’étais vraiment fière… Les millefeuilles se sont tout de même avérés excellents donc je vous en livre la recette malgré leur triste visuel. N’ayez crainte, les vôtres seront magnifiques.

.

IMG_20200714_221313__01

.

Temps : 1h de préparation + 35mn de cuisson (minimum) + les temps de refroidissement
Conservation : aucune (la crème nécessite d’être conservée au frigo mais la pâte feuilletée ne serait alors plus croustillante : c’est un dessert à dresser minute et à dévorer immédiatement)
Pour 4 millefeuilles individuels.

.

Ingrédients :

.

Pour la crème diplomate rhum/vanille de C. Michalak :

  • 3g de gélatine (soit 1 feuille et demie)
  • 225mL de lait (frais et entier de préférence)
  • 1 gousse de vanille bien charnue
  • 45g de jaune d’œuf (soit 2/3 jaunes d’œuf)
  • 45g de sucre
  • 22,5g de maïzena
  • 1,5 cuillère à soupe de rhum
  • 75g de mascarpone
  • 150g de crème liquide entière

.

IMG_20200714_221256__01

.

Recette :

Pour la crème diplomate (à faire la veille donc le même jour que la pâte feuilletée si vous décidez de la préparer maison) :

  • Déposez vos feuilles de gélatine dans un grand bol d’eau froide et disposez votre cul de poule avec les fouets de votre batteur au congélateur 15mn avant de commencer.
  • Dans une casserole, portez le lait et la gousse de vanille fendue et grattée à ébullition. Vous pouvez alors décider de laisser la vanille infuser de 10mn à 1h pour un goût plus intense (il faudra alors refaire chauffer le lait une fois l’infusion terminée) ou procéder directement à la suite de la préparation. Battez les jaunes avec le sucre dans un cul de poule. Incorporez ensuite la maïzena. Filtrez le lait et versez-le sur le mélange précédent petit à petit, sans cesser de remuer. Transvasez la crème dans une casserole puis chauffez à feu moyen jusqu’à ce que la crème épaississe. Ajoutez alors la gélatine après l’avoir essorée et mélangez bien à l’aide d’un fouet afin de détendre la crème et d’obtenir une consistance parfaitement homogène. Incorporez le rhum. Débarrassez dans un autre saladier afin d’accélérer le refroidissement, filmez au contact et laissez refroidir à température ambiante.
  • Une fois la crème à température ambiante, fouettez-la quelques secondes pour l’assouplir et sortez votre fouet et votre cul de poule du congélateur. Versez la crème et le mascarpone dans le cul de poule et fouettez-les jusqu’à obtenir une crème fouettée ferme (cela peut prendre jusqu’à 10mn selon votre matériel). Incorporez-la délicatement à la crème à la vanille à l’aide d’une maryse. Transférez la crème diplomate dans une poche à douille munie d’une douille lisse de 1cm environ et réservez au réfrigérateur toute la nuit.

.

Pour le feuilletage :

  • Préchauffez le four à 180°.
  • Prélevez moitié de votre pâte feuilletée et abaissez-la sur un plan de travail fariné en un rectangle de 30x20cm et 3/4mm d’épaisseur. Déposez le rectangle de pâte ainsi obtenu sur une feuille de papier sulfurisé. Faîtes de même avec le second pâton de pâte feuilletée. Piquez vos pâtes à l’aide d’une fourchette et recouvrez-les avec une seconde feuille de papier sulfurisé.
    • Si vous pouvez superposer les plaques de cuisson dans votre four, glissez les feuilles de papier sulfurisé sur des plaques de cuisson et déposez une grille par dessus afin que le feuilletage ne se développe pas trop à la cuisson : on recherche une épaisseur de pâte de 1cm environ.
    • Si vous ne pouvez pas superposer de plaque (comme moi), j’ai vu une astuce de Philippe Conticini (trop tard malheureusement) qui indique qu’il faut retourner son lèche-frite dans le four, déposer la pâte feuilletée (entre ses deux feuilles de cuisson) dessus et ajouter une grille par dessus : l’encoche de la grille dans le four devrait être au bon niveau grâce à cette astuce.
    • Si vous ne pouvez pas non plus faire ça, essayez de mettre du poids sur les pâtes pour qu’elles ne lèvent pas trop (comme une plaque de cuisson un peu creuse, creux dirigé du côté de la pâte pour la laisser se développer quand même).
  • Enfournez une trentaine de minutes comme ça. Si le feuilletage n’est pas cuit ou uniformément coloré, enlevez la grille puis poursuivez la cuisson jusqu’à obtenir le bon résultat (certains chefs disent qu’il faut jusqu’à 1h de cuisson). Il ne doit pas y avoir de partie blanche à l’intérieur de votre feuilletage sinon il ne sera pas croustillant. Laissez refroidir vos pâtes jusqu’à ce qu’elles soient tièdes. Préchauffez alors le four à 210°. Retournez les rectangles de pâte sur les plaques (si vous avez peur de les casser ne tentez pas l’expérience ce n’est pas trop grave), enlevez le papier sulfurisé du dessus et saupoudrez de sucre glace. Enfournez 3/4mn afin de faire caraméliser votre feuilletage. Laissez refroidir quelques instants afin de ne pas vous brûler mais procédez à la découpe de vos bandes lorsque la pâte est encore chaude. A l’aide d’un couteau dentelé, découpez 6 bandes de 14x6cm par plaque. Il convient de « scier » la pâte avec votre couteau et non d’appuyer avec, sinon elle se cassera. Réservez les 12 bandes de pâte ainsi obtenues à température ambiante.

.

Pour le montage :

  • (Je vous conseille de faire le montage directement sur votre plat de présentation ou dans vos assiettes à dessert car le feuilletage est très sensible à déplacer et vous pourriez le casser. Il est également impératif de réaliser ce dressage au dernier moment, la crème devant être froide mais le feuilletage ne supportant pas l’humidité du frigo : il est ainsi impératif de ne pas préparer le millefeuille à l’avance et de ne pas le mettre au frigo, sinon vous n’aurez aucun croustillant).
  • Lorsque les bandes de pâte sont entièrement refroidies, déposez les 4 premières bandes qui vous serviront de base sur votre plat, partie caramélisée en dessous. Dressez votre premier étage de crème comme vous le désirez (en point, en ligne, c’est votre choix). Déposez une seconde bande de pâte et dressez votre second étage de crème dessus. Attention, il faut mettre moins de crème à cet étage qu’au précédent, sinon le millefeuille s’écrasera ! Déposez vos dernières bandes de pâte feuilletée, côté caramélisé sur le dessus. Saupoudrez de sucre glace et servez.