Maronsui’s maison

Accrochez vous à vos fauteuils car cette recette de mousse aux marrons de Chic chic chocolat est absolument incroyable. Une copie quasi conforme des Maronsui’s du commerce, en meilleure. L’astuce visant à combiner et une crème liquide montée et des blancs d’œufs en neige permet d’obtenir une texture parfaite. Trop de crème montée et la mousse a un goût de crème trop prégnant, trop de blancs d’oeuf et la texture n’est pas agréable. Là on a l’association parfaite. Je suis vraiment super fan. En plus c’est extrêmement facile à faire et si vous avez une crème de marrons artisanale, vous pouvez vous en tirer avec des desserts assez sains car très peu sucrés.

Temps : 15mn de préparation
Conservation : 2/3j au réfrigérateur
Pour 7 petites verrines (de 70g environ)

Ingrédients :

  • 300g de crème de marrons
  • 1 cuillère à café d’extrait de vanille liquide
  • 130mL de crème liquide entière
  • 2 blancs d’œufs
  • 1 pincée de sel

Recette :

  • Disposez votre cul de poule avec les fouets de votre batteur au congélateur 15mn avant de commencer.
  • Déposez la crème de marrons dans un saladier avec la vanille et mélangez. Versez la crème dans le cul de poule et montez-la en crème fouettée ferme. Incorporez-en une première cuillère à soupe à la crème de marrons en fouettant vigoureusement pour la détendre puis le reste délicatement avec une maryse. Battez ensuite les blancs d’œuf en neige ferme avec la pincée de sel et incorporez-les délicatement à la mousse de marrons. Votre mousse doit être bien homogène. Répartissez-la dans des petits pots et réservez au frais au moins 4h avant de déguster.

Sprits (ou biscuits viennois) de Pierre Hermé

Voilà un classique des biscuits français. Un qu’on a probablement tous mangé un jour. Un délicieux sablé en forme de W aux courbes bien arrondies, à moitié recouvert de chocolat. Eh bien Pierre Hermé (encore lui, la BIBLE des pâtissiers) nous a partagé sa recette qui s’avère être une tuerie. Encore meilleure que ceux qu’on a pu manger enfant car le goût de vanille et super puissant, le biscuit encore plus friable, presque fondant en bouche et le chocolat au lait plus généreux (merci le fait maison ;)). Si vous aimez faire vos biscuits maison n’hésitez vraiment pas. Vous pouvez même modifier le type de chocolat ou la taille des biscuits pour coller parfaitement à vos envies. Il ne faut plus perdre une seconde.

Temps : 25mn de préparation + 15mn de cuisson
Conservation : 1 semaine dans une boite hermétique
Pour 15 biscuits

Ingrédients :

  • 190g de beurre mou
  • 75g de sucre glace
  • une demie gousse de vanille
  • 30g de blanc d’œuf (soit 1 blanc normal)
  • 225g de farine
  • 2 pincées de fleur de sel
  • 125g de chocolat au lait pâtissier (Jivara de Valrhona pour moi)

Recette :

  • Préchauffez le four à 180°.
  • Travaillez le beurre pour qu’il soit bien crémeux puis incorporez le sucre glace et les graines de la gousse de vanille fendue en deux et grattée. Ajoutez le blanc d’œuf et mélangez (je vous conseille d’utiliser votre robot muni de la feuille car le blanc d’œuf est difficile à incorporer). Ajoutez la farine et la fleur de sel et travaillez la pâte jusqu’à ce qu’elle soit homogène. Versez-la dans une poche à douille munie d’une douille cannelée de 18mm environ et pochez vos sprits sur une plaque de cuisson recouverte de papier sulfurisé (pour vous aider à visualiser le mouvement, il faut faire un S collé avec un retour de plus à la fin ou un W avec des angles lisses, donc entre le S et le W quoi ;)). La pâte pourrait être un peu dure à pocher au début mais si vous la réchauffez en frottant la paume de votre main sur la poche, cela devrait l’assouplir. Enfournez 15mn : les biscuits seront encore assez pâles. Laissez-les refroidir sur la plaque de cuisson.
  • Une fois totalement refroidis, faites fondre le chocolat au lait au bain-marie ou au micro-ondes par tranches de 30s en faisant attention de ne pas brûler le chocolat. Prenez un sprits, trempez-le à moitié dans le chocolat (dans le sens de la longueur !) et déposez-le sur une feuille de papier sulfurisé. Faites ça pour tous les biscuits. Laissez-les à température ambiante jusqu’à ce que le chocolat durcisse. Attention ils sont très friables.

Roulé chocolat fourré à la chantilly

Voilà un gâteau simple et efficace qui plaira au plus grand monde et sera parfait pour la rentrée scolaire. Un biscuit roulé au cacao, une chantilly légèrement vanillée et une ganache au chocolat brillante : que demander de plus ? C’est un gâteau tout en moelleux, en douceur et en légèreté, avec des saveurs qui font très souvent l’unanimité. Un vrai nuage sucré pour se faire plaisir au goûter ou après un repas un peu lourd ! Je suis juste un peu déçue du visuel mais c’est parce que j’ai commis une erreur toute bête. Avec l’habitude des bûches de Noël qui nécessitent de faire beaucoup de parts, j’ai roulé mon biscuit dans le sens de la longueur et non de la largeur. Je n’ai donc pas eu une sublime spirale qui m’aurait apporté un roulé plus rond, plus haut, plus beau ! Ne faites pas la même erreur que moi 😉

.

.

Temps : 40mn de préparation, 10mn de cuisson et 1h de repos/prise au froid
Conservation : 2j bien emballé dans du cellophane au frigo (le cellophane empêchera votre gâteau de prendre les odeurs du frigo, préservera son moelleux et empêchera la chantilly de s’oxyder et de couler partout)
Pour 1 roulé (8/10 personnes)
.

Ingrédients :

Pour le biscuit roulé :

  • 4 gros œufs
  • 50g de cassonade
  • 1 cuillère à café d’extrait de vanille liquide
  • 1 cuillère à café de café soluble (facultatif mais renforce le goût du cacao)
  • 40g de farine
  • 20g de maïzena (vous pouvez remplacer la maïzena par de la farine mais votre biscuit sera moins moelleux)
  • 20g + 10g de cacao en poudre non sucré
  • 1 cuillère à café de levure
  • 0,25 cuillère à café de sel + 1 pincée
  • 60g de beurre fondu
  • 50g de sucre + un peu pour saupoudrer

Pour la chantilly vanillée :

  • 220g de crème liquide entière
  • 20g de mascarpone (vous pouvez remplacer le mascarpone par de la crème mais votre chantilly sera moins ferme donc se tiendra moins au roulage)
  • 40g de sucre glace
  • 1 cuillère à café d’extrait de vanille liquide

Pour le glaçage au chocolat :

  • 120g de crème liquide entière
  • 115g de chocolat noir (pas trop fort pour ne pas couvrir le goût de la vanille)
  • 1 cuillère à café de miel ou de sirop d’érable (facultatif : sert à faire briller le glaçage)

.

Recette :

Pour le biscuit roulé :

  • Préchauffez le four à 165°C. Séparez les blancs des jaunes. Dans un premier saladier, battez les jaunes avec la cassonade, la vanille et le café jusqu’à ce que le mélange blanchisse. Incorporez ensuite la farine, la maïzena, 20g de cacao, la levure et le sel tamisés (c’est très important pour ce gâteau) puis le beurre fondu. Dans un second saladier, montez les blancs en neige avec une pincée de sel et, une fois fermes, ajoutez le sucre d’un coup et continuez de fouetter jusqu’à ce qu’ils soient serrés (ils font alors un bec d’oiseau). Incorporez-les délicatement au premier mélange en faisant attention de ne pas les casser. La pâte est prête quand elle fait le ruban.
  • Beurrez une plaque de cuisson (de 30x40cm environ) et tapissez-la de papier sulfurisé. Versez la pâte dessus en faisant attention à ce qu’elle soit bien répartie de façon homogène. Enfournez 10/12mn : le biscuit doit être moelleux quand vous appuyez dessus.
  • Pendant ce temps, prenez un linge propre et humidifiez-le (il ne doit pas être trempé mais doit être intégralement mouillé). Étalez-le sur votre surface de travail et saupoudrez-le de sucre et des 10g de cacao restants. Une fois le gâteau cuit, démoulez-le en retournant la plaque sur le linge, débarrassez la plaque puis décollez immédiatement le papier sulfurisé du biscuit génoise (attention aux doigts c’est chaud). Repliez un côté du linge sur le biscuit génoise (où vous démarrerez le roulage de votre bûche) et roulez la bûche dans le sens de la largeur (ou de la longueur si vous avez beaucoup d’invités mais ce sera moins joli). Laissez refroidir 30mn comme ça. (Cette étape permet à la bûche de s’assouplir et de ne pas casser lorsque vous la roulerez plus tard).

Pour la chantilly :

  • 15mn avant de monter votre chantilly, placez votre fouet et votre cul de poule au congélateur.
  • Versez votre crème et votre mascarpone dans le cul de poule et fouettez-les jusqu’à obtenir une crème fouettée ferme. Ajoutez-y alors le sucre glace et la vanille et fouettez encore quelques secondes pour bien les incorporer.
  • Étalez une bonne couche de chantilly sur votre biscuit roulé en vous arrêtant un peu avant le bord extérieur. Roulez votre bûche en essayant de serrer assez pour qu’elle se tienne mais pas trop pour ne pas que toute la chantilly ressorte. Déposez votre bûche sur une grille au frigo le temps de faire le glaçage.

Pour le glaçage au chocolat :

  • Portez la crème à ébullition et versez-la en trois fois sur le chocolat coupé en morceaux en mélangeant entre chaque ajout pour bien émulsionner. Ajoutez le miel et mélangez à nouveau. Sortez la grille avec le roulé du frigo et déposez-la sur un plat. Versez le glaçage uniformément sur tout le biscuit. Entreposez 30mn au réfrigérateur avant de servir.

Éclat de rubis : Financier pistache/framboise, parfait à la vanille et coulis de framboise

Ça faisait un long moment que je ne vous avais pas proposé d’entremets sur le blog. J’ai donc voulu en faire un tout en simplicité et en douceur pour plaire au plus grand nombre. Mon choix s’est arrêté sur l’Eclat de rubis de Audrey auquel j’ai apporté juste une petite modification toute bête : celle de parfumer entièrement le financier à la pistache. Mon entremets se compose donc : d’un financier à la pistache et aux framboises, d’un parfait à la vanille, d’un coulis framboise/citron vert et de framboises fraîches. C’est un gâteau parfait pour célébrer des évènements en période estivale. Non seulement les saveurs sont assez légères entre la vanille et la framboise, mais c’est aussi un gâteau qui permettra de nourrir le plus grand nombre au vu de sa taille (une montaaagne de crème et un bon gros financier bien épais). Je n’ai malheureusement pas de magnifique photo à vous montrer. En effet, j’ai lâché un peu ma casserole au moment de verser le coulis et j’ai donc créé une fissure pile au milieu du parfait… Ça n’a pas empêché qu’il soit délicieux mais visuellement meeeh vraiment pas terrible. Par contre ça a conduit à une situation assez cocasse où une partie du coulis s’est retrouvée en tant qu’insert sous le parfait. Malgré l’incident, les proportions des différents éléments et la texture du gâteau étaient donc parfaitement respectés. Un petit miracle ;). Donc ne vous en faites pas, si cet entremets ne vous parait pas engageant comme ça, le votre sera bien plus beau que le mien si vous maintenez votre casserole à 2 mains et que vous faites preuves de douceur au moment de verser votre coulis 😉 (petit conseil donc : coulis bien froid, débit très faible et surtout versez très près du parfait car si vous versez de trop haut la force d’attraction pourrait créer un trou au centre de la mousse).

.

.

Temps : 15mn de préparation, 15mn de repos et 25mn de cuisson pour le financier ; 30mn de préparation et 4h de refroidissement pour le parfait ; 5mn de cuisson, 15mn de refroidissement, 10mn de préparation et 4h de refroidissement pour le coulis et le dressage
Conservation : 24h au réfrigérateur
Pour 1 entremets (16 personnes)

.

Ingrédients :

Pour le financier pistache/framboise :

  • 60 g de beurre
  • 160g de sucre glace
  • 100 g de poudre d’amande
  • 60g de poudre de pistache (vous pouvez facilement la faire en prenant mixant plus ou moins finement des pistaches non salées décortiquées)
  • 150 g de farine
  • 6 blancs d’œufs
  • 80g de framboises (fraiches ou surgelées)

Pour le parfait à la vanille :

  • 8g de gélatine
  • 500g de crème fleurette liquide entière
  • 8 jaunes d’œufs
  • 1 gousse de vanille
  • 150 g de sucre en poudre
  • 40 g d’eau

Pour le coulis de framboises et le dressage :

  • 6 g de gélatine
  • 30 cl de coulis de framboise (si vous voulez le faire vous-même, il vous suffit de multiplier par 6 les quantités de cette recette)
  • le zeste d’un citron vert
  • 200 g de framboises fraîches

.

Recette :

Pour le financier pistache/framboise :

  • Préchauffez le four à 200°. Faites fondre le beurre et laissez le chauffer jusqu’à obtenir un beurre noisette (il va mousser puis « chanter » puis roussir et dégager une odeur de noisette). Réserver. Dans un saladier, versez le sucre glace tamisé, la poudre d’amande, la poudre de pistache et la farine. Mélangez. Ajoutez les blancs d’œufs un à un en mélangeant bien entre chaque jusqu’à absorption complète. Incorporez le beurre noisette refroidi et mélangez jusqu’à obtenir une pâte lisse et brillante. Laisser reposer 15min. Verser dans un moule à manqué de 22 cm de diamètre (beurré et fariné si nécessaire). Enfoncez les framboises dans le financier et enfournez 25 minutes. Laisser refroidir dans le moule avant de démouler sur une grille.

Pour le parfait à la vanille :

  • Disposez votre cul de poule et les fouets de votre batteur au congélateur 15mn avant de commencer le montage. Dans le même temps, mettez votre gélatine dans un grand volume d’eau froide.
  • Une fois le matériel bien froid, sortez-le du congélateur et versez la crème fleurette dans le cul de poule. Fouettez-la jusqu’à obtenir une crème fouettée bien ferme (cela peut prendre jusqu’à 10mn selon votre robot). Versez-la dans un autre saladier et réservez au réfrigérateur le temps de faire la suite.
  • Mettez les jaunes d’œufs dans la cuve de votre robot avec les graines de la gousse de vanille grattée et battez-les à vitesse lente. En parallèle, mélangez le sucre et l’eau dans une casserole et chauffez le sirop jusqu’à ce qu’il atteigne 121° (visuellement, il deviendra transparent et fera des bulles). Ajoutez la gélatine essorée. Mélangez bien. Versez immédiatement sur les jaunes d’œuf et augmentez la vitesse du batteur sur rapide. Continuez de battre jusqu’à ce que les jaunes refroidissent complètement (cela devrait prendre entre 5 et 8 minutes). Le mélange va énormément gonfler. Quand la préparation est à température ambiante, ajoutez la crème fouettée délicatement à l’aide d’une maryse.
  • Beurrez l’intérieur d’un cercle à pâtisserie de 22cm et fixez-y une bande de rhodoid. Retaillez légèrement le financier en enlevant les bords extérieurs. Déposez-le dans le cercle à entremets et sur le plat de service. Versez le parfait à la vanille dessus et entreposez au moins 4 heures au réfrigérateur pour qu’il prenne.

Pour le coulis de framboises et le dressage :

  • Mettez la gélatine dans un grand volume d’eau froide 10 minutes avant de commencer la préparation du coulis. 
  • Dans une casserole, portez le coulis de framboise avec le zeste de citron vert à ébullition. Ajoutez la gélatine essorée et mélangez bien. Laissez revenir à température ambiante (vous pouvez ajouter un petit passage au frigo pour assurer le coup) puis versez délicatement sur toute la surface du parfait (il est très fragile donc faites attention sinon vous risquez de le percer). Déposez des framboises sur toute la surface et laissez prendre au réfrigérateur au moins 4 heures.
  • Avant de servir, passez la lame d’un couteau trempée dans de l’eau chaude le long du coulis gélifié. Enlevez ensuite délicatement le cercle et le rhodoid et servez le gâteau.

Crème anglaise

Voici une recette ultra basique mais néanmoins délicieuse et qui saura vous être utile ! Je vous la propose maintenant car elle accompagnera le dessert que je vous réserve pour demain. C’est la touche parfaite pour sublimer un gâteau au chocolat et la base de nombreuses autres recettes. Elle vous permettra aussi d’écouler vos jaunes d’oeufs de façon ultra gourmande. Et si comme moi vous en êtes dingue vous pouvez aussi la manger à la petite cuillère sans rien d’autre…

.

.

Temps : 20mn de préparation
Conservation : 3j dans une bouteille ou bien filmée au contact
Pour un demi-litre de crème anglaise environ

.

Ingrédients :

  • un demi litre de lait
  • 1 gousse de vanille
  • 4 jaunes d’œufs
  • 65g de sucre (vous pouvez remplacer une partie du sucre par du sucre vanillé pour renforcer le goût de la crème anglaise)
  • 1 cuillère à café de maïzena (si vous aimez votre crème anglaise ultra fluide, avec peu de consistance, n’en mettez pas)

.

Recette :

  • Dans une casserole, portez le lait et la gousse de vanille fendue et grattée à ébullition en mélangeant régulièrement. Laissez infuser 10mn hors du feu. Fouettez les jaunes d’œufs avec le sucre jusqu’à ce qu’ils blanchissent. Incorporez ensuite la maïzena en veillant à ce qu’il n’y ait pas de grumeaux. Versez le lait tiède sur les jaunes petit à petit sans cesser de fouetter. Transvasez dans la casserole et laissez épaissir sur feu moyen sans cesser de remuer. Il faut que la crème anglaise nappe la cuillère. Si vous avez un thermomètre, ce stade est atteint lorsqu’elle est à 87°. Stoppez alors immédiatement la cuisson en transvasant votre crème dans un saladier et en déposant celui-ci dans un évier avec quelques centimètres d’eau froide au fond.  Fouettez quelques minutes. Laissez ensuite refroidir à température ambiante. Lorsque votre crème est tiède, entreposez-la au frigo jusqu’à refroidissement complet.

Panna cottas vanille allégées, au coulis de mangue

Bonsoiiiir ! Voilà un petit dessert à préparer pour le week-end et qui vous permettra de respecter vos résolutions de 2021 si elles impliquent manger un peu plus sain ;). Pour la petite histoire, je me suis pris la tête assez longtemps sur son intitulé. D’un côté, j’ai vraiment voulu reproduire la façon de faire une panna cotta mais en l’allégeant, ce qui me donnait envie de parler de panna cottas allégées. De l’autre, une panna cotta est supposée être une crème cuite (c’est même la traduction littérale de ce dessert) et point du tout de crème dans cette recette, même pas une petite goutte. Et le goût n’est pas non plus similaire puisque le yaourt grecque a un goût plus affirmé que celui de la crème. Mais bon, après des heures d’hésitation je me suis dit qu’il fallait trancher et normalement avec ma petite explication vous ne devriez pas être pris au dépourvu ! C’est une excellente verrine, très allégée par rapport à une panna cotta classique, un peu moins crémeuse mais tout de même avec une texture très agréable en bouche et surtout : le goût de la mangue rehaussé par la vanille est divin ! (Quel fruit fabuleux que la mangue)

.

.

Temps : 15mn de préparation, 1h d’infusion (facultatif) et 4h de refroidissement
Conservation : 3j au réfrigérateur
Pour 4 « panna cottas » (les proportions vous donneront de grosses verrines si vous en faites 4 comme moi, si vous voulez tomber à moins de 150kcal le dessert, faites des parts plus petites !)

.

Ingrédients :

  • 2g de feuilles de gélatine
  • 100mL de lait
  • 25g de sucre glace
  • 1 gousse de vanille
  • 400g de yaourt à la grecque
  • 250g de purée de mangue (celle que j’achète est déjà sucrée, si vous la faites maison en mixant de la mangue fraiche, n’hésitez pas à la goûter une fois mixée puis à la sucrer si nécessaire)

.

Recette :

  • Déposez votre gélatine dans un grand bol d’eau froide 10mn avant de commencer.
  • Dans une casserole, portez le lait, le sucre glace et la gousse de vanille fendue et grattée à ébullition en mélangeant régulièrement. A ce stade, vous pouvez décider de renforcer le goût de la vanille en la laissant infuser de 10mn à 1h. Dans ce cas, une fois l’infusion terminée, portez de nouveau le mélange à ébullition et  passez à la suite de la recette. Hors du feu, enlevez la gousse de vanille et incorporez la gélatine essorée. Ajoutez ensuite le yaourt à la grecque et mélangez bien. Laissez la préparation revenir à température ambiante puis répartissez-la dans 4 verrines. Entreposez-les au réfrigérateur 4h. 
  • Répartissez la purée de mangue de façon bien égale entre les verrines. Servez bien frais.

Note : Si vous désirez un coulis qui soit ferme et non coulant, Incorporez 4g de gélatine réhydratée à la purée de mangue portée à ébullition. Laissez-la alors refroidir avant de la verser sur les panna cottas et entreposez au réfrigérateur au moins 2h (dans ce cas je vous conseille de laisser les panna cottas prendre 1h au réfrigérateur, de faire le coulis, de le verser sur les panna cottas une fois refroidi puis de garder au frais à nouveau 3h).

Panna cottas à la vanille au coulis de framboises

Bonsoir à tous ! Aujourd’hui marque le départ de ma période la plus active de l’année : celle de Noël. Je ferai mon maximum pour vous proposer des recettes assez diverses et variées (toujours plus de sucré que de salé comme d’habitude mais il y aura évidemment les deux) et le plus souvent possible, même si le rythme au travail, lui, ne ralentit pas ! En tout cas si je peux vous assurer de quelque chose c’est que, peu importe le rythme, tout sera bien évidemment fait dans l’esprit de Noël ;). Si vous voulez d’ailleurs commencer de trouver des idées, n’hésitez pas à aller consulter ma page spéciale fêtes de fin d’année ici ! Je n’ai pas encore eu le temps de totalement la refaire avec la refonte de wordpress mais les liens fonctionnent toujours et j’avance petit à petit !

Enfin bref, avant de vous proposer des recettes aux saveurs purement hivernales, ce soir ce sera un dessert clairement plus estivale : des panna cottas à la vanille au coulis de framboises. Je sais que ce n’est pas du tout la saison pour mais j’ai une tonne de framboises au congélateur que je n’avais pas encore utilisée et ça me faisait terriblement envie… Ces panna cottas sont excellentes. Crémeuses à souhait, bien vanillées, avec le coulis de framboises qui vient apporter une touche de fruit et d’acidité : un véritable délice ! Donc saison ou pas, s’il vous reste des framboises au congélateur, vous pouvez vous laisser tenter et pourquoi pas même les servir pour votre Réveillon 😉

.

.

Temps : 20mn de préparation, 1h d’infusion (facultatif) et 13h de refroidissement
Conservation : 3j
Pour 4 panna cottas

.

Ingrédients :

Pour les panna cottas :

  • 3g de gélatine soit 1 feuille et demi, taille standard (→ cela donnera des panna cottas très crémeuses, si vous les aimez plus fermes, mettez 4g)
  • 500mL de crème liquide entière
  • 50g de sucre glace
  • 1 gousse de vanille

.

Pour le coulis de framboises :

  • 250g de framboises (fraiches ou surgelées)
  • 40g de sucre en poudre
  • le jus d’1/2 citron

.

.

Recette :

Pour les panna cottas :

  • Déposez votre gélatine dans un grand bol d’eau froide 15mn avant de commencer.
  • Dans une casserole, portez la crème, le sucre glace et la gousse de vanille fendue et grattée à ébullition en mélangeant régulièrement. A ce stade, vous pouvez décider de renforcer le goût de la vanille en la laissant infuser de 10mn à 1h. Dans ce cas, une fois l’infusion terminée, portez de nouveau le mélange à ébullition et  passez à la suite de la recette. Hors du feu, enlevez la gousse de vanille et incorporez la gélatine essorée. Mélangez bien. Laissez la crème revenir à température ambiante puis répartissez-la dans 4 verrines. Entreposez-les au réfrigérateur une nuit. 

.

Pour le coulis de framboises :

  • Le lendemain, préparez le coulis de framboises. Dans une casserole, faites chauffer les framboises, le sucre et le jus de citron jusqu’à ce que les framboises s’écrasent facilement. Mixez jusqu’à obtenir un mélange homogène puis filtrez pour enlever tous les grains. Si le coulis vous parait trop épais à ce stade, vous pouvez ajouter un petit filet d’eau. Laissez-le refroidir avant de le répartir sur les panna cottas. Conservez au réfrigérateur jusqu’au moment de servir.

Crème glacée à la vanille

Bonsoir à tous ! On se retrouve très très tardivement ce soir mais pour une recette qui vaut le coup : celle de la crème glacée à la vanille. Au vu de la saison, de base, il n’était pas dans mon intention de faire une crème glacée, surtout à cette saveur. Mais je compte l’incorporer dans un dessert que je vous partagerai tout prochainement donc je me suis dit que quitte à en avoir besoin, autant la faire plutôt que l’acheter ! Comme c’est super facile et rapide (et qu’en plus ça m’a permis d’utiliser le nouveau jouet que j’ai eu à mon anniversaire de mon chéri, une turbine à glace), c’était tout bénéf ! Je vous préviens par contre : il s’agit plus d’une crème glacée que d’une glace à la vanille. Même si je n’ai pas pu trouver de critères définis sur internet permettant de faire une vraie classification et différenciation entre les deux, à mes yeux, il paraitrait logique que cela tienne au pourcentage de crème dans la glace. Hors, j’ai utilisé 40% de crème, et de la crème fleurette en plus ! On a donc un résultat qui fleure bon la crème. Si vous n’êtes pas fan de ça, passez votre chemin. Je vous proposerai dans un avenir plus ou moins proche (surtout moins) une vraie recette de glace à la vanille, qui a des saveurs moins marquées de crème. Mais en tout cas pour celle-là, crème et vanille s’allient pour donner le meilleur de leur association dans une glace 😉

.

.

Temps : 10mn de préparation (+ le temps d’infusion), 1h30 de refroidissement et 30mn de turbinage
Conservation : quelques semaines au congélateur
Pour 1L de glace

.

Ingrédients :

  • 450mL de lait frais entier
  • 300mL de crème fleurette (ou de crème liquide entière)
  • 1 gousse de vanille
  • 4 jaunes d’œufs
  • 60g de sucre

.

Recette :

  • Dans une casserole, portez le lait, la crème et la gousse de vanille fendue et grattée à ébullition. A ce stade, vous pouvez décider de renforcer le goût de la vanille en la laissant infuser de 10mn à 1h. Dans ce cas, une fois l’infusion terminée, portez de nouveau le mélange à ébullition et  passez à la suite de la recette. Battez les jaunes avec le sucre dans un saladier jusqu’à ce qu’ils blanchissent. Versez le lait dessus petit à petit, sans cesser de remuer. Transvasez la crème dans la casserole puis laissez épaissir à feu moyen sans cesser de remuer encore une fois. Il faut que la crème nappe la cuillère. Si vous avez un thermomètre, ce stade est atteint à 87°. Laissez-la ensuite refroidir à température ambiante une trentaine de minutes puis reposer au moins 1h au réfrigérateur.
  • Une fois la préparation refroidie, mélangez-la une dernière fois, démarrez votre sorbetière et versez-la dedans. Laissez la machine tourner une trentaine de minutes jusqu’à ce que la glace ait une consistance solide mais souple et versez-la dans un récipient qui va au congélateur. Laissez la reposer quelques heures avant de la déguster. Si vous n’avez pas de sorbetière, versez l’appareil dans un récipient et entreposez-le au congélateur en le remuant de temps en temps pour éviter qu’un maximum de cristaux ne se forment.
  • Sortez la crème glacée du congélateur au moins 15ms avant de servir pour qu’elle soit assez malléable.

Whoopie pies saveur pain d’épices

On se retrouve ce soir pour une recette un peu tardive mais terriblement délicieuse ! Les whoopie pies sont une douceur américaine composée de deux biscuits moelleux garnis d’un glaçage crémeux, un peu comme un sandwich sucré ! Traditionnellement, les biscuits sont au chocolat et la crème à la vanille mais sa composition permet de laisser libre court à sa créativité. Tout est modifiable en fonction de ses envies ! Mon premier test de whoopies fut d’ailleurs avec des biscuits au chocolat et une garniture au caramel. Un véritable délice mais malheureusement pas très présentable puisque la pâte était trop liquide et que les biscuits se sont trop étalés à la cuisson (une autre de mes recettes ratées du moment !). Mais j’ai appris de mes erreurs et cette pâte là avait la texture parfaite ! Point de chocolat ou de caramel par contre car le froid m’a donné une terrible envie d’épices… Mais ne vous en faites pas, ce n’est que partie remise 😉

.

.

Temps : 25mn de préparation, 2h de réfrigération, 16mn de cuisson pour la pâte ; 20mn pour le glaçage et l’assemblage et 1 nouvelle heure de refroidissement avant dégustation
Conservation : 4/5j au frigo dans une boite hermétique
Pour une vingtaine de whoopies

.

Ingrédients :

Pour les gâteaux :

  • 250g de farine
  • 2 cuillères à café de cannelle en poudre*
  • 0.5 cuillère à café de gingembre en poudre*
  • 0.5 cuillère à café de noix de muscade en poudre*
  • 0.25 cuillère à café de clou de girofle en poudre*
  • 0.5 cuillère à café de sel
  • 0.75 cuillère à café de bicarbonate de soude
  • 75g de cassonade
  • 130g de beurre
  • 90g de miel
  • 1 œuf
  • 75g de lait ribot (aussi appelé babeurre ou buttermilk ; peut-être remplacé par du lait normal dans lequel vous aurez ajouté 1 cuillère à café de jus de citron ou de vinaigre blanc 10mn avant de commencer à préparer la pâte)
  • 1 cuillère à café d’extrait de vanille

* Vous pouvez remplacer l’ensemble des épices par 3 cuillères à café d’épices à pain d’épices ou à défaut de quatre épices.

.

Pour la garniture :

  • 90g de beurre mou
  • 90g de sucre glace
  • 170g de cream cheese type Philadelphia
  • une pincée de sel
  • 0.5 cuillère à café d’extrait de vanille

.

.

Recette :

Pour les gâteaux :

  • Dans un bol, mélangez la farine, les épices, le sel et le bicarbonate et réservez. Dans une casserole, versez la cassonade, le beurre et le miel et chauffez les ingrédients sur feu moyen jusqu’à ce que le beurre soit fondu. Mélangez bien. Incorporez l’œuf, le lait ribot et la vanille puis les poudres. Mélangez jusqu’à ce que la pâte soit bien homogène. Filmez au contact et laissez reposer au moins 2h au réfrigérateur. Les arômes se développeront et vous pourrez plus facilement manipuler la pâte.
  • Préchauffez le four à 180°. Prenez une petite cuillère à soupe de pâte, roulez-la entre la paume de vos mains pour en faire une boule et déposez celle-ci sur une plaque de cuisson recouverte de papier sulfurisé. Recommencez jusqu’à épuisement de la pâte en espaçant légèrement les gâteaux qui vont s’étaler à la cuisson. Essayez d’en faire un nombre paire si possible. Vous devriez obtenir deux plaques. Enfournez-les chacune à leur tour, 8mn environ (si vous faites moins de 40 petits gâteaux, prolongez légèrement la cuisson de 2-3mn). Les gâteaux doivent être colorés, légèrement dorés, mais toujours moelleux. Laissez-les reposer 5mn sur la plaque avant de les transférer sur une grille jusqu’à refroidissement complet.

.

Pour la garniture :

  • Dans le bol de votre robot muni de la feuille, crémez le beurre avec le sucre glace pendant 2-3mn. Ajoutez le philadelphia petit à petit jusqu’à ce que le glaçage soit homogène puis ajoutez le sel et la vanille. Changez la feuille pour le fouet et fouettez la garniture pendant au moins 5mn pour qu’elle soit légère et crémeuse. Transférez-la dans une poche à douilles, coupez-en le bout et déposez une grosse noix de glaçage au centre de moitié des gâteaux, sur le côté plat. Vous pouvez aussi utiliser une petite cuillère. Refermez avec l’autre moitié des gâteaux puis conservez au frigo 1h pour que la garniture prenne. Sortez les whoopies 15mn avant dégustation.

Cannelés de Christophe Felder

Comme vous avez pu vous en apercevoir, mon nombre de publications a légèrement diminué la semaine dernière et cela va continuer. Au début du confinement, je me suis imposée un rythme plus intensif qu’avant de 3 recettes par semaine, ce que j’ai pu faire perdurer même à ma reprise du travail car la cadence n’était pas aussi intense que pré-confinement. Mais entre les heures supplémentaires et le stress du travail qui ont repris, la préparation de mon déménagement, mes allers-retours en train, d’autres obligations à tenir et certaines recettes plus ardues (comme celle-ci) qui m’ont demandé plusieurs tentatives pour en être satisfaite, c’est devenu impossible. Je me suis rendue compte que j’étais épuisée et que je m’en rendais malade. J’ai donc décidé de lever un peu le pied, au moins jusqu’à mon déménagement fin octobre et sûrement encore un peu après, le temps d’être bien installée dans mon nouvel appartement. Cela signifie pas de Halloween et de Thanksgiving pour moi mais je fais contre mauvaise fortune bon cœur : je me lâcherai sur Noël !!!

Pour en revenir à cette recette, comme je vous l’ai dit, elle m’a donnée du fil à retordre. J’avais déjà fait des cannelés il y a quelques années et je les avais réussis du premier coup : ils étaient vanillés, caramélisés, alvéolés et on sentait bien le rhum. Bref, parfaits ! Mais impossible de me souvenir de la recette, du temps de cuisson ou de la façon de les cuire. Je suis donc repartie de zéro et cette fois j’ai connu des coups durs : des soucis de démoulage, de sous-cuisson, de sur-cuisson, de cuisson inégale, etc. Je pense que je les ai tous eus ! Les cannelés sont un peu comme les macarons : des recettes assez faciles à réaliser mais avec une cuisson difficile à maitriser ! Je vais donc vous donner au fil de la recette tous les conseils possibles pour que vous réussissiez au mieux sans galérer autant que moi !

.

.

Temps : 20mn de préparation + 24h de repos + 6h de remise à température + 50mn de cuisson
Conservation : à consommer le jour même
Pour 16 cannelés

.

Ingrédients :

  • 500mL de lait frais entier
  • 50g de beurre
  • 1 gousse de vanille bien charnue
  • 2 œufs
  • 2 jaunes d’œuf
  • 250g de sucre
  • 1 pincée de sel
  • 125g de farine tamisée
  • 50g de rhum

.

Recette :

  • La veille : Portez le lait, le beurre et la gousse de vanille fendue et grattée à ébullition. Laissez la vanille infuser 10mn. Battez les œufs et les jaunes avec le sucre et la pincée de sel puis incorporez la farine. Ajoutez le lait vanillé et battez une dizaine de seconde pour homogénéiser la pâte puis incorporez le rhum. Laissez reposer 24h au réfrigérateur (TRÈS IMPORTANT) en remuant la pâte de temps en temps pour faire retomber la mousse.
  • Le jour J : Sortez la pâte du réfrigérateur et laissez-la revenir à température ambiante (là encore c’est PRIMORDIAL). Cela devrait prendre environ 6h. Puis, préparez vos moules en cuivre (vous pouvez utiliser des moules en aluminium à la rigueur mais JAMAIS de silicone).
    • Le mieux pour les cannelés est de les graisser avec un mélange de beurre et de cire alimentaire fondus. Cela vous donnera le même résultat caramélisé que ceux que vous pouvez trouver à Bordeaux. Mais, tout comme moi, vous n’en aurez sûrement pas (en plus la cire alimentaire coûte vraiment cher pour les particuliers), il vous reste donc deux solutions.
    • La deuxième meilleure option est de recourir à une bombe de graissage professionnelle (avec internet, il est très facile de s’en procurer). Dans ce cas, vaporisez les moules une fois la pâte à température ambiante.
    • La dernière est d’utiliser tout simplement du beurre clarifié. Dans ce cas, au moment où vous sortez votre pâte du réfrigérateur, faites fondre du beurre puis, à l’aide d’un pinceau, badigeonnez-en les moules. Soyez très rigoureux afin de ne pas oublier d’endroit car cela pourrait rendre très difficile le démoulage de vos cannelés. Une fois vos moules beurrés, retournez-les sur un papier absorbant et laissez figer le beurre 2/3mn au réfrigérateur. Sortez-les puis recommencez l’opération en appliquant une seconde couche, sans les mettre au frigo cette fois-ci. Laissez la pâte ET les moules revenir à température ambiante. Il ne faut absolument pas qu’un des deux soit froid car sinon vos cannelés cuiront de façon irrégulière (ils auront surement un trou à la place de la tête et la pâte sera de surcroit crue au centre).
  • Une fois la pâte à température ambiante et vos moules préparés, préchauffez le four à 240°. Versez la pâte dans les moules jusqu’aux 3/4 puis enfournez 10mn afin de créer le choc thermique qui donnera leur croute si particulière aux cannelés. Diminuez la température du four à 180° et prolongez la cuisson de 40mn pour des cannelés bien croustillants (personnellement, après avoir effectué BEAUCOUP de tests, je les préfère légèrement moins cuits donc 30/35mn supplémentaires me suffisent amplement). Il convient, comme pour les macarons, d’adapter la cuisson des cannelés à la puissance de votre four (par exemple : la majorité des recettes vous diront de faire une première cuisson à 270° puis le reste à 200/210° mais j’ai obtenu des bouts de charbon avec des températures aussi élevées et celle de Christophe Felder indiquait 35mn à 210° ce qui me donnait des cannelés à moitié crus ; je suis quitte à reprendre tous mes tests dans 1 mois quand j’aurai déménagé et changé de four !). Démoulez à chaud en les retournant sur une grille. Laissez refroidir au moins 2h avant dégustation.