Poulet à l’orange façon Panda express

Allez, une petite der pour la route… Comme vous le savez, la cuisine asiatique est une de mes préférées. Je ne pouvais donc pas terminer cette année avec des recettes de Noël sans une dernière recette d’inspiration asiatique avant. Encore une fois, il s’agit de poulet frit (moelleux cette fois, comme des beignets) mais la sauce est plus originale que d’habitude. Il s’agit d’une sauce à l’orange sucrée salée : une vraie tuerie que je dois à C’est ma fournée. Je trouve les proportions et la texture vraiment parfaite. C’est par contre évidemment une recette qui ne plaira pas à tout le monde que ce soit à cause de la présence de l’orange ou du sucré-salé : je sais qu’il s’agit de saveurs clivantes. Je vous conseille aussi d’être généreux avec l’accompagnement car les saveurs sont marquées : le poulet seul pourrait être écœurants.

Temps : 30mn de préparation + 18mn de cuisson

Conservation : 2/3j dans une boite hermétique au frigo (mais le poulet va perdre tout le charme de sa texture)
Pour 4 personnes

Ingrédients :

Pour les beignets de poulet :

  • 60g de maïzena
  • 40g de farine
  • 5g de sel
  • un pincée de poivre
  • 1 œuf
  • 40g d’eau
  • 8g d’huile neutre (type colza ou tournesol)
  • 1kg de hauts de cuisse de poulet (pour obtenir 500g une fois désossé)
  • de l’huile pour la friture

Pour la sauce :

  • 10g d’huile neutre (type colza ou tournesol)
  • 5g de gingembre frais
  • 1 petite gousse d’ail
  • une pincée de flocons de piment
  • 65g de sucre en poudre
  • 65g de cassonade
  • 80g + 30g de jus d’orange
  • les zestes d’une demie-orange finement râpée
  • 70g de vinaigre de riz
  • 40g de sauce soja salée
  • 10g de maïzena
  • un filet d’huile de sésame

Recette :

Pour les beignets de poulet :

  • Dans un saladier, mélangez la maïzena, la farine, le sel et le poivre puis incorporez l’œuf, l’eau et l’huile ensemble. Désossez les hauts de cuisse, enlevez la peau et le cartilage puis coupez la viande en morceaux de taille moyenne. Versez le poulet dans la pâte à beignet et mélangez pour totalement les enrober.
  • Versez l’huile de friture dans une sauteuse (ou utilisez une friteuse directement). Chauffez le bain d’huile à 170° (entre 165 et 180°) et cuisez-y vos morceaux de poulet en trois fois (pas tout d’un coup pour ne pas trop baisser la température de l’huile) en les retournant avec un écumoire à mi-cuisson. C’est l’affaire de 3mn par face si votre huile est à la bonne température. A l’aide d’un écumoire, sortez-les de l’huile une fois cuits et égouttez-les sur du sopalin.

Pour la sauce :

  • Faîtes chauffez l’huile dans une grande poêle ou une sauteuse sur feu doux. Quand elle est chaude, ajoutez le gingembre frais épluché et finement râpé, la gousse d’ail finement râpée et le piment. Laissez cuire 2mn en remuant constamment puis ajoutez les sucres. Augmentez le feu sur feu vif puis ajoutez 80g de jus d’orange, le zeste d’orange, le vinaigre de riz et la sauce soja. Mélangez bien puis versez la maïzena délayée dans les 30g de jus d’orange restants sans cesser de remuer. Remuez vivement jusqu’à épaississement : la sauce va avoir une texture un peu comme une confiture mais en plus liquide (c’est très rapide). Ajoutez alors les beignets de poulet et mélangez pour les enrober. Ajoutez un filet d’huile de sésame, mélangez à nouveau et servez immédiatement, accompagné de riz par exemple.

Purée de patates douces au sirop d’érable

Je ne sais pas pourquoi mais j’ai eu une envie subite de manger une purée de patates douces. Peut-être l’arrivée prochaine de Thanksgiving, je ne sais pas trop. En tout cas j’avais cette envie au fond de moi. Sauf que je n’en ai jamais fait ou mangé. J’ai donc totalement improvisé. Je me suis dit qu’on mettait du beurre et du lait ou de la crème dans une purée de pommes de terre donc j’ai fait la même chose puis j’ai ajouté du sirop d’érable pour le côté américain et fini par assaisonner un peu au feeling. Traditionnellement, on retrouve des épices un peu plus « sucrées » type cannelle ou noix de muscade mais je voulais un peu de punch. Vous pouvez bien évidemment modifier l’assaisonnent, que ce soit les épices ou les herbes. Au vu des différentes recettes que j’ai vu sur internet, vous pouvez aussi à mon avis twister les autres ingrédients comme enlever le beurre ou en mettre le double, n’utiliser que du lait ou de la crème ou même probablement utiliser du cream cheese à la place comme pour ma purée de chou fleur. Les possibilités ont l’air immense (et toutes délicieuses).

Temps : 25mn de préparation + 15mn de cuisson
Conservation : 3/4j dans un récipient hermétique au réfrigérateur
Pour 4 personnes

Ingrédients :

  • 1,5kg de patates douces
  • 100mL de lait
  • 100mL de crème entière liquide
  • 50g de beurre
  • 50g de sirop d’érable
  • 1 à 2 cuillères à café de sel (cela dépendra d’à quel point vous aurez salé l’eau de cuisson)
  • 1 cuillère à café d’ail en poudre
  • 1 cuillère à café de thym séché
  • une pincée de poivre
  • une pincée de piment de Cayenne

Recette :

  • Pelez et coupez les patates douces en grosses rondelles (si vous n’avez pas d’économe, vous pouvez enlever la peau après cuisson, elle se détachera toute seule). Versez-les dans une casserole d’eau froide salée, portez à ébullition et laissez cuire 15mn environ : un couteau doit les traverser sans difficulté. Égouttez les patates douces, remettez-les dans la casserole et écrasez-les au presse-purée (ou à la fourchette si vous n’en avez pas). Chauffez sur feu doux et ajoutez le lait et la crème chauds en plusieurs fois en mélangeant entre chaque puis le beurre coupé en petits morceaux. Quand celui-ci est totalement incorporé, ajoutez enfin le sirop d’érable puis les épices et rectifiez l’assaisonnement si nécessaire. Servez chaud.

Courges spaghetti façon lasagnes

Les courges spaghetti, voilà un légume dont le nom m’a toujours intrigué. D’extérieur, elles ressemblent vraiment beaucoup aux autres types de courges, je ne comprenais donc pas trop la particularité. Mais comme j’ai vu qu’elles étaient souvent utilisées garnies, je me suis dit que j’allais tenter de les utiliser comme contenants pour des lasagnes, à la place des pâtes, pour une alternative un peu plus saine. Je n’étais pas sûre d’aimer mais au final j’ai adoré. Le goût de la courge reste présent mais s’efface quand même un peu face à la gourmandise de la bolognaise et de la béchamel et les textures fonctionnent très bien ensemble. Ce n’est d’ailleurs qu’une fois cuites que j’ai compris pourquoi on les appelait courges spaghetti. C’est assez rigolo de gratter la courge au fur et à mesure de la dégustation pour en faire des « fils ». Ils se mélangeant très bien à la garniture comme ça. En revanche, grosse alerte de ma part. Le seul élément primordial de cette recette est la maturité des courges : si elles ne sont pas assez mûres non seulement vous allez lutter pour les couper (j’y ai même perdu un couteau) mais elles seront aussi un peu sèches en sortie de cuisson. Il vaut donc mieux éviter sinon vous risquez de perdre beaucoup de temps et d’énergie pour un résultat plus que passable. En dehors de ça, ce plat est aussi bon que ma photo est moche 😉

Temps : 30mn de préparation + 1h00 de cuisson
Conservation : 2/3j bien emballées au frigo
Pour 4 personnes

Ingrédients :

Pour la « bolognaise » :

  • 1 tête d’ail
  • un filet d’huile d’olive
  • 300g de viande hachée
  • 1 oignon
  • du sel et du poivre
  • 600g de sauce tomate
  • 2 cuillères à café de thym frais

Pour la béchamel :

  • 35g de beurre
  • 35g de farine
  • 350mL de lait
  • du sel et du poivre
  • 10g de basilic frais

Pour la finition :

  • 2 courges spaghetti (de préférence assez profondes pour pouvoir mettre beaucoup de garniture)
  • du sel et du poivre
  • 50 + 200g de scarmoza

Recette :

Pour la « bolognaise » :

  • Préchauffez le four à 215°. Coupez le haut de la gousse d’ail pour exposer les gousses. Déposez-la sur une feuille de papier aluminium et arroser la généreusement d’huile d’olive. Refermez le papier aluminium par-dessus et enfourner 25/30mn jusqu’à ce que les gousses d’ail soient tendres. Réservez (et n’éteignez pas le four).
  • Versez la viande hachée dans une grande sauteuse sur feu moyen. Dès qu’elle est colorée, ajoutez l’oignon haché et les gousses d’ail rôties (pour les récupérer, c’est très facile, il suffira de presser les côtés de la tête d’ail : l’intérieur sortira tout seul). Mélangez, assaisonnez légèrement puis versez la sauce tomate et le thym. Laissez chauffer tranquillement sur feu doux.

Pour la béchamel :

  • Faîtes fondre le beurre dans une petite casserole. Une fois totalement fondu, hors du feu, ajoutez la farine en une fois. Mélangez jusqu’à obtenir une masse. Remettez la casserole sur le feu puis ajoutez le lait petit à petit, en mélangeant à l’aide d’un fouet. Laissez cuire la sauce sur feu moyen sans cesser de fouetter jusqu’à ce qu’elle épaississe puis assaisonnez. Ajoutez le basilic finement haché et mélangez. Réservez sur feu doux pour maintenir la chaleur.

Pour la finition :

  • Coupez les courges spaghettis en 2 et déposez-les dans le micro-ondes 3mn à pleine puissance avec un verre d’eau (si vous avez du mal à les couper, mettez les entières dans le micro-ondes en les perçant de quelques trous à l’aide d’une fourchette, elles seront plus faciles à découper ensuite). Laissez-les refroidir quelques minutes si elles sont trop chaudes pour vous et grattez-en l’intérieur pour enlever les graines. Déposez les courges évidées dans plat allant au four puis salez et poivrez-les. Coupez la scarmoza en dés et répartissez les 50 premiers grammes au fond des courges. Ajoutez ensuite la sauce bolognaise puis la béchamel de façon égale entre les 4 demies courges. Répartissez le reste de la scarmoza par-dessus. Couvrez le plat de papier aluminium puis enfournez 20mn. Retirez ensuite le papier alu et prolongez la cuisson de 15/20mn : la courge doit être bien tendre. Servez immédiatement. Pour déguster la courge, grattez les côtés avec votre fourchette pour former des fils et mélangez-les à la garniture !

Note :
– Sur la photo, vous pouvez voir que la scarmoza déposée au-dessus a été coupée en tranches et non en dés. J’ai testé les deux et j’ai préféré le premier que j’avais oublié de photographier. Je trouve que la découpe en dés permet une meilleure fonte.

Risotto au potimarron

J’ai laissé les courges de côté pendant quelques temps à cause du beau temps qui nous a inondé pendant plusieurs semaines mais me voilà de retour avec une recette salée. Comme j’adore le risotto, j’ai décidé d’y intégrer une purée de potimarron qui est extrêmement rapide à préparer car nul besoin de se casser la tête à éplucher la courge : il suffit de la faire cuire à couvert une dizaines de minutes et la peau s’en va toute seule. Un plat végé parfait pour supporter les températures de saison ! D’ailleurs, le risotto peut avoir l’air assez liquide sur la photo mais rassurez-vous c’est parce que je l’ai pris en photo bouillant à la sortie de la casserole. Quand il va tiédir, il va prendre en consistance et n’aura rien d’une soupe !

Temps : 50mn de préparation/cuisson environ
Conservation : 2/3j dans une boite hermétique au frigo
Pour 5 personnes

Ingrédients :

  • 1 potimarron
  • 2 échalotes
  • 1 gousse d’ail
  • 3 cuillères à soupe d’huile d’olive
  • 300g de riz à risotto
  • 100mL de vin blanc
  • 1L de bouillon de légumes (soit 2 cubes de bouillon de légumes dilués dans 1L d’eau bouillante)
  • 60g de parmesan râpé (100g si vous aimez beaucoup ça)
  • du poivre

Recette :

  • Commencez par préparer le potimarron. Lavez-le, séchez-le, coupez-le en 2, videz-le puis coupez-le en cubes moyens sans l’éplucher. Versez les morceaux dans une casserole avec quelques centimètres d’eau et une pincée de gros sel et portez à ébullition. Laissez cuire à couvert pendant 10/15mn : la pointe d’un couteau doit traverser la chair sans difficulté. Égouttez, laissez refroidir jusqu’à pouvoir manipuler le potimarron manuellement et prélevez la chair de la peau à l’aide d’une cuillère. Réservez la purée de potimarron obtenue le temps de faire le risotto.
  • Faites revenir les échalotes et les gousses d’ail finement émincées dans une grosse casserole avec 3 cuillères à soupe d’huile d’olive sur feu doux pendant 5mn. Ajoutez le riz et laissez cuire pendant 1-2mn en mélangeant bien pour que le riz s’imprègne. Versez le vin blanc et mélangez jusqu’à ce qu’il soit totalement incorporé. Versez ensuite quelques louches du bouillon et laissez cuire jusqu’à ce qu’il soit complètement absorbé par le riz en mélangeant de temps en temps. Renouvelez l’opération jusqu’à épuisement du bouillon en attendant bien qu’il soit totalement absorbé avant d’incorporer la suite à chaque fois. Cela devrait prendre 20mn environ (les premières louches seront très rapidement absorbées et la suite mettra de plus en plus de temps à l’être, c’est normal). Une fois le bouillon totalement absorbé, ajoutez le parmesan, poivrez puis incorporez la purée de potimarron. Mélangez jusqu’à obtenir un risotto lisse et homogène. Servez immédiatement.

Burger de poulet au bacon

Il n’y a qu’une seule recette de burger sur mon blog… Je sais, c’est honteux. J’aime énormément ça mais chaque fois qu’on ressent l’envie d’en manger un, on se le fait livrer… J’en fais rarement moi-même. Alors que, ne nous le cachons pas, les burgers maison sont 1000 fois meilleurs. La livraison fait perdre tout le charme d’un burger qui est parfait à la dégustation dès sa sortie de la poêle. Je me suis donc un peu motivée cette été et j’ai fait un burger de poulet pour changer un peu. Même si je suis une adepte des steaks de bœuf, j’ai voulu proposer une alternative à ceux qui n’en mangeraient pas. J’ai donc fait des « steaks de poulet » maison avec du bacon à l’intérieur (on ne se refait pas…) et je les ai associés traditionnellement à du cheddar, de la salade et des tomates et de façon plus originale à de l’avocat pour la texture (j’adore ça dans les burgers) et une sauce légèrement piquante pour relever le tout. C’est délicieux. Par rapport à la photo, j’ai juste divisé la taille des steaks par deux (donc ne vous inquiétez pas s’ils ont l’air monstrueux sur la photo, ils seront moins imposants en suivant la recette) car les burgers étaient beaucoup trop consistants.

Temps : 20mn de préparation + 20mn de cuisson
Conservation : aucune (les légumes ne tiendront pas bien une fois les burgers montés, vous pouvez en revanche conserver les aliments séparés plusieurs jours)
Pour 4 burgers

Ingrédients :

Pour les « steaks » de poulet :

  • 75g de poitrine fumée (bacon)
  • 250g de poulet haché (ou de blancs de poulet si vous ne trouvez pas de poulet haché, dans ce cas, il faudra mixer les blancs au robot)
  • 1 oignon nouveau
  • 25g de chapelure Panko
  • 20g de parmesan
  • 5g de persil frais
  • 1 gousse d’ail
  • 0,5 œuf
  • une pincée de sel et de poivre
  • 1 cuillère à soupe d’huile d’olive

Pour les burgers :

  • 4 tranches de fromage (type cheddar)
  • 4 buns
  • de la mayonnaise
  • de la sauce sriracha
  • quelques feuilles de laitue
  • 1 avocat
  • 2 tomates

Recette :

  • Préchauffez le four à 200°. Alignez les tranches de bacon sur une plaque de cuisson recouverte de papier aluminium et enfournez 10mn jusqu’à ce qu’elles soient bien croustillantes. Laissez-les légèrement refroidir pour ne pas vous brûler puis coupez-les en petits morceaux. Versez-les dans un saladier avec le poulet haché, l’oignon finement ciselé (vous pouvez le mixer finement au robot si vous trouvez ça plus facile), la chapelure, le parmesan, le persil finement haché, la gousse d’ail écrasé au presse-ail, le demi œuf et une pincée de sel et de poivre (le bacon va déjà saler vos steaks donc pas besoin d’en mettre trop). Travaillez l’ensemble à la main jusqu’à obtenir une farce majoritairement homogène. Divisez cette dernière en 4 parts égales et faites-en des steaks de la circonférence de vos buns. Versez une cuillère à soupe d’huile d’olive dans une grande poêle et déposez-les dedans. Laissez-les cuire sur la première face jusqu’à ce qu’ils soient dorés puis retournez-les, déposez une tranche de cheddar sur chacun et prolongez la cuisson jusqu’à ce que la seconde face soit dorée et l’intérieur cuit (contrairement à un steak de bœuf, on veut que ce soit bien cuit, surtout pas de poulet cru). Cela devrait prendre un peu moins de 10mn en principe. Si le fromage a du mal à fondre, vous pouvez couvrir la poêle pour une meilleure diffusion de la chaleur.
  • Pendant que les steaks de poulet cuisent, préparez le reste des burgers. Toastez les buns et tartinez-les avec un peu de mayo et de sauce sriracha. Ajoutez ensuite sur le talon de chaque buns : quelques feuilles de salade, un demi avocat grossièrement écrasé, le steak de poulet puis une demie tomate tranchée. Refermez avec les chapeaux et servez immédiatement.

Cake champignons persillés, magrets de canard séchés, emmental

Je suis hyper contente de ce cake salé. Il n’a vraiment l’air de rien, ce n’est qu’un cake salé après tout ! Mais pour moi, il est signe de ma prise d’indépendance dans les recettes que je réalise. Depuis le début de mon blog, j’ai quasiment constamment eu besoin d’un support ou d’une inspiration extérieure pour mes recettes. J’ai toujours eu du mal à faire preuve d’originalité et à trouver des idées inédites par moi-même. Mais ces derniers temps, je trouve que c’est de plus en plus le cas, surtout en terme de cuisine quotidienne et j’en suis très heureuse ! Je suis quasiment sure que je ne suis pas la première à faire un cake aux champignons persillés, aux magrets de canard séchés et à l’emmental mais je n’en ai jamais vu et c’est ce qui rend cette recette si spéciale à mes yeux. Voilà donc mon premier cake perso aux bons goûts de l’automne. J’ai repris la base de pâte à cake salée du cake au jambon de ma maman et j’y ai tout simplement ajouté une poêlée de champignons de Paris au persil et à l’ail, des magrets de canards séchés et de l’emmental. Le cake est moelleux à l’intérieur, avec de la texture à l’extérieur et énormément de goûts. J’espère qu’il vous plaira !
PS : Désolée d’avoir été absente plus de 10 jours. Je ne pensais vraiment pas que ce serait le cas. J’ai espacé mes articles car je n’en avais plus trop en réserve au début puis j’ai été très occupée au travail et au final je suis partie quelques jours en vacances sans rien anticiper en terme de publications. Mes excuses 😦

Temps : 20/25mn de préparation + 40mn de cuisson
Conservation : 5j dans du papier aluminium au frigo
Pour 1 cake saké

Ingrédients :

  • 400g de champignons de Paris frais
  • 2 cuillères à soupe d’huile d’olive
  • 20g de beurre
  • 4 gousses d’ail
  • 5 brins de persil
  • du sel et du poivre
  • 200g de farine
  • 1 sachet de levure chimique
  • 100mL de lait
  • 90mL d’huile d’olive
  • 3 œufs
  • 100g d’emmental râpé
  • 70g de magrets de canard séchés

Recette :

  • Équeutez, lavez et émincez les champignons. Chauffez l’huile dans une grande poêle sur feu moyen et ajoutez les champignons dedans. Faites-les revenir 8/10mn jusqu’à ce qu’ils soient mous et commencent de dorer. Ajoutez le beurre, laissez-le fondre puis ajoutez les gousses d’ail émincées et le persil lavé, séché et haché. Mélangez et assaisonnez l’ensemble. Poursuivez la cuisson 5mn jusqu’à ce que l’ail et les champignons soient parfaitement dorés.
  • Pendant la cuisson finale des champignons, préparez la pâte à cake. Préchauffez le four à 200°. Mélangez la farine et le levure. Incorporez ensuite le lait, l’huile et les œufs un par un. Mélangez bien et assaisonnez légèrement avec le sel et le poivre. Ajoutez l’emmental, les magrets de canards dégraissés et coupés en petits morceaux puis les champignons persillés. Homogénéisez la pâte. Versez-la dans un moule à cake beurré et fariné si nécessaire. Enfournez 40mn environ. La pointe d’un couteau doit ressortir sèche.

Raviolis au fromage, champignons persillés et prosciutto

Voilà une recette assez simple pour pimper des raviolis au fromage. Je vous propose ici de les accompagner d’une poêlée de champignons de Paris légèrement persillés, d’une sauce au vin blanc et de prosciutto émietté. Un plat de saison plein de saveurs et prêt en 15mn tout compris !

Temps : 20mn de préparation/cuisson
Conservation : 2/3j au réfrigérateur dans une boite hermétique
Pour 2/3 personnes

Ingrédients :

  • 50g de prosciutto
  • 1 cuillère à soupe d’huile d’olive
  • 250g de champignons de Paris frais
  • 15g de beurre
  • 2 gousses d’ail
  • 2 cuillères à soupe de persil frais ciselé
  • une pincée de sel et de poivre
  • 75mL de vin blanc
  • 150mL de bouillon de volaille (soit un demi cube de bouillon de volaille dilué dans 150mL d’eau bouillante)
  • 300g de raviolis au fromage (maison ou industriels)

Recette :

  • Préchauffez le four à 200°. Alignez les tranches de prosciutto sur une plaque de cuisson et enfournez 10/15mn jusqu’à ce qu’elles soient bien croustillantes. Pendant ce temps, préparez le reste de la recette. Chauffez l’huile dans une poêle sur feu moyen. Lavez, équeutez et émincez les champignons. Versez-les dans la poêle et faites-les revenir 4/5mn : ils doivent commencer de dorer. Ajoutez le beurre. Laissez-le fondre puis ajoutez les gousses d’ail émincées et le persil, mélangez et assaisonnez légèrement l’ensemble (attention à ne pas trop saler car il y aura le prosciutto). Poursuivez la cuisson 5mn en baissant le feu si les champignons colorent trop puis versez le vin-blanc et le bouillon de volaille. Augmentez le feu jusqu’à ce que la sauce soit à frémissement et laissez cuire 5mn supplémentaires pour que la sauce réduise. Pendant ce temps, portez un gros volume d’eau bouillante salée à ébullition et faites-y cuire les raviolis en respectant le temps indiqué sur le paquet (en principe 2/3mn). Quand les pâtes sont prêtes, égouttez-les puis versez-les dans la sauce avec les champignons. Mélangez bien et servez chaud avec le prosciutto émietté par-dessus.

Saumon grillé aux épices cajun

Et oui, encore une recette de saumon mais je tenais vraiment à vous partager cette recette de saumon cajun. Depuis que j’ai testé ces épices avec du poulet, j’ai développé comme une addiction pour ces saveurs. J’ai donc voulu les transposer sur un poisson brut, sans sauce pour varier les plaisirs. Sauf qu’il est plus difficile (en tout cas je trouve) de parfumer du saumon que du poulet. J’ai essayé de faire uniquement un beurre cajun mais je trouvais que le goût n’était pas assez puissant. J’ai aussi essayé d’en mettre sur les deux faces sauf que ça s’est avéré inutile car le beurre s’étalait dans la poêle au lieu de rester contre le saumon (j’aurais pu y penser avant mais je suis un peu bête parfois). J’ai donc cumulé une marinade et un beurre cajun à mettre juste en fin de cuisson et cette fois j’ai été satisfaite. La marinade permet de faire pénétrer le goût en profondeur et le beurre apporte une gourmandise et une dose d’épices supplémentaires. Au niveau du mélange cajun, j’ai essayé plusieurs recettes et la meilleure que j’ai pu tester est celle de Papilles et pupilles. En plus elle permet d’avoir pile assez d’épices pour la recette 😉

Temps : 10mn de préparation, 2h de marinade et 10mn de cuisson
Conservation : 24h maximum au frigo dans une boite hermétique
Pour 4 personnes

Ingrédients :

Pour le mélange d’épices cajun (facultatif, vous pouvez prendre un mélange tout prêt) :

  • 2,5 cuillères à café de paprika fumé en poudre
  • 2 cuillères à café de sel
  • 2 cuillères à café d’ail semoule
  • 1 cuillère à café de poivre noir
  • 1 cuillère à café d’oignon semoule
  • 1 cuillère à café de piment de Cayenne
  • 1 cuillère à café d’origan séché
  • 1 cuillère à café de thym séché
  • 0,5 cuillère à café de flocons de piment concassés
  • 0,5 cuillère à café de cumin

Pour la marinade :

  • 6 cuillères à soupe d’huile neutre
  • 4 cuillères à soupe de sauce mirin
  • 2,5 cuillères à soupe d’épices cajun
  • 4 filets de saumon sans la peau

Pour le beurre cajun et la cuisson :

  • 50g de beurre mou
  • 25g de miel
  • 1,5 cuillère à soupe d’épices cajun
  • du sel et du poivre

Recette :

  • Si vous n’avez pas d’épices cajun toutes prêtes, mélangez la liste d’épices ci-dessus et conservez-les dans un petit bocal hermétique si vous ne les utilisez pas tout de suite.
  • Commencez par préparer la marinade. Pour cela, mélangez l’huile, la sauce mirin et les épices cajun. Versez moitié de la marinade ainsi obtenue dans un plat permettant d’accueillir vos filets de saumon (mais pas beaucoup plus grand pour avoir une certaine hauteur de marinade). Déposez le saumon dedans et versez le reste de la marinade par-dessus. Laissez mariner pendant 2h en retournant les filets au bout d’une heure pour homogénéiser les saveurs.
  • Quand le saumon est prêt, préparez le beurre cajun en travaillant le beurre, le miel et les épices jusqu’à obtenir un mélange homogène. Salez et poivrez le saumon. Déposez-le sur un grill (ou dans une grande poêle) sur feu moyen et cuisez-le 2/3mn de chaque côté jusqu’à ce qu’il soit doré (vous pouvez prolonger la cuisson si vous préférez le saumon bien cuit ou si les pavés sont épais). Déposez ensuite une petite cuillère à café de beurre cajun sur chaque pavé, attendez 30s qu’il fonde légèrement et étalez-le sur toute la surface du saumon. Servez immédiatement.

Filet de canard laqué

Enfin une nouvelle recette de viande. J’ai l’impression que ça fait des lustres que je ne vous en avais pas proposée. Encore une fois, je me suis laissée bercer par les saveurs de l’Asie avec une recette d’Audrey cuisine que j’ai très légèrement modifiée. Audrey en avait fait des yakitoris à l’origine. J’ai essayé ce format en premier mais je trouvais qu’en faisant mariner les aiguillettes entières, elles n’étaient pas assez parfumées. J’ai aussi trouvé que la cuisson en brochette était assez difficile à maîtriser. J’ai donc réitéré l’expérience avec un filet de canard que j’ai découpé avant de le faire mariner et le résultat est top. La recette prend 10mn à préparer, 5mn à cuire et elle vous donne un canard bien rosé et plein de saveurs. Il suffira de l’oublier au frigo assez longtemps pour laisser les parfums se développer 😉

Temps : 10mn de préparation, 2h de marinade et 5mn de cuisson
Conservation : 2j dans un récipient hermétique au frigo
Pour 2 personnes

Ingrédients :

  • 4 cuillères à soupe de sauce soja
  • 2 cuillères à soupe de miel
  • 2 cuillères à soupe de sauce Hoisin
  • 2 cuillères à soupe de vinaigre balsamique
  • 1 cuillère à soupe de cassonade
  • 1 cuillère à café de 5 épices
  • 2 gousses d’ail
  • 2cm de gingembre frais
  • 1 filet de canard de 300g environ (ou des aiguillettes)
  • 1 cuillère à soupe d’huile (de sésame pour moi)

Recette :

  • Dans un bol, mélangez la sauce soja, le miel, la sauce hoisin, le vinaigre balsamique, la cassonade, le 5 épices, les gousses d’ail écrasées au presse-ail et le gingembre pelé et râpé finement. Enlevez la peau du filet de canard, découpez-le en morceaux de taille moyenne et ajoutez-le dans la marinade. Mélangez pour que les morceaux soient intégralement enrobés de sauce. Couvrez de film alimentaire et laissez mariner au frigo pendant au moins 2h.
  • Quand le canard est prêt, faites chauffer l’huile dans une poêle sur feu moyen. Ajoutez les morceaux de canard. Laissez-les cuire 2mn sur une face avant de les retourner et de les cuire 2mn sur l’autre. Versez la marinade et prolongez la cuisson 1mn pour la réchauffer. Servez immédiatement avec du riz et un peu de sauce.

Gnocchis de pommes de terre maison

Attention tuerie !!! Encore une fois Bernard a frappé… Il y a quelques temps j’aurais cru impossible pour moi de réussir à faire des gnocchis maison et me voilà à réussir ce chef d’œuvre dont je suis hyper fière ! La recette est d’ailleurs tellement simple au final que je les ai (quasiment) réussis du premier coup (pour être honnête il m’a fallu m’y reprendre à deux fois mais uniquement parce que je n’avais pas de presse-purée donc il restait quelques morceaux de pommes de terre entiers dans la première fournée, la seconde post achat d’un moulin à légumes étant en revanche parfaite). Vous obtiendrez des gnocchis moelleux à souhait, très goûtus et la sauce elle-même est très savoureuse. Le seul point noir de la recette est le temps qu’elle demande, non seulement à cause de la cuisson des pommes de terre mais aussi car il faut façonner les gnocchis. Vous pouvez tenter d’esquiver cette partie et juste couper les boudins en gnocchis sans les rouler et les marquer mais ils seront un petit peu moins bons, les striures ayant pour but de capturer la sauce pour que les gnocchis soient mieux enrobés donc meilleurs à la dégustation !

Temps : 1h de préparation et 45mn de cuisson
Conservation : 24/48h cuits au frigo dans une boite hermétique (mais ils seront beaucoup moins bons) ou plusieurs mois crus au congélateur
Pour 4 à 6 personnes (environ 150 gnocchis)

Ingrédients :

Pour les gnocchis :

  • 1kg de pommes de terre à chair farineuse (type Bintje)
  • 2 cuillères à soupe d’huile d’olive
  • 1 œuf
  • 1 jaune d’œuf
  • 350g de farine
  • 1 cuillère à café de sel

Pour la sauce :

  • 1 cuillère à soupe d’huile d’olive
  • 4 gousses d’ail
  • 250g de crème fraîche épaisse
  • 30g de parmesan râpé
  • 1 cube de bouillon de volaille
  • 1 pincée de poivre

Recette :

Pour les gnocchis :

  • Déposez les pommes de terre dans une grande casserole d’eau froide salée. Portez à ébullition et laissez cuire 25/30mn jusqu’à ce que les pommes de terre soient cuites à cœur : un couteau doit les traverser sans difficulté. Laissez-les refroidir puis épluchez-les. Réduisez-les en purée à l’aide d’un presse-purée ou d’un moulin à légumes et versez-les dans un saladier. Incorporez l’huile d’olive puis l’œuf et le jaune ensemble et enfin la farine et le sel. N’hésitez pas à travailler la pâte à la main pour qu’elle soit bien homogène. Elle restera collante même à la fin, c’est normal.
  • Farinez votre plan de travail et prélevez environ 1/6e de la pâte. Enrobez-la de farine, roulez-la en un boudin de 2cm de diamètre et coupez-la tous les 1,5cm environ. Roulez en boule puis sur une planche à gnocchis ou une fourchette posée à l’envers pour faire les striures. Faites de même avec tout le reste de la pâte en farinant bien votre plan de travail à chaque fois (essayez de ne pas empiler les gnocchis une fois formés ; ils vont prendre de la place mais il ne faudrait pas qu’ils collent entre eux).
  • Portez un gros volume d’eau salée à ébullition et ajoutez-y une partie des gnocchis. Ils sont cuits dès qu’ils remontent à la surface (environ 2mn). Sortez-les à l’aide d’un écumoire et déposez-les dans une volume d’eau froide pendant que vous faites cuire la suite. Une fois que tous vos gnocchis sont cuits, préparez la sauce.

Pour la sauce :

  • Faites chauffez l’huile d’olive sur feu moyen puis ajoutez les gousses d’ail écrasées au presse-ail. Quand elles sont dorées (1/2mn), ajoutez la crème, le parmesan et le cube de bouillon dilué dans un peu d’eau bouillante. Laissez épaissir pendant quelques minutes, poivrez puis ajoutez les gnocchis. Mélangez pour qu’ils soient bien enrobés, prolongez la cuisson de 3mn et servez immédiatement.