Cinnamon rolls cookies (biscuits roulés à la cannelle)

     Les cinnamon rolls et moi, c’est une grande histoire d’amour. Depuis que j’en ai goûté un chez Starbucks il y a plusieurs années je suis folle de ces viennoiseries. Leur moelleux associé à leur bon goût de cannelle et leur glaçage au philadelphia… Le résultat est juste parfait. Sauf que la boulange demande souvent du temps (en préparation ou tout du moins pour laisser la pâte pousser) et que ce temps là parfois on ne l’a pas. C’est de là que m’est venue l’idée de faire des biscuits à la façon des cinnamon rolls et ce fut un véritable succès. Ces biscuits sont une tuerie ! Ils sont croustillants à l’extérieur et moelleux à l’intérieur, avec ce délicieux goût de cannelle typique des cinnamon rolls (j’en ai mis PARTOUT) et un glaçage qui parachève le tout d’une touche de gourmandise supplémentaire. Je suis vraiment super contente du résultat, c’est une de mes créations les plus réussies je pense ! 😀
Concernant le glaçage, comme vous pourrez le voir, il en faut une grande quantité si vous voulez glacer absolument tous vos biscuits. Pour moi cette quantité est idéale car j’adore ce glaçage et son association avec le biscuit mais vous pouvez bien évidemment en faire moins et en glacer seulement certains, juste étaler une fine couche dessus ou même ne pas en mettre du tout (ils sont délicieux sans glaçage également).
Concernant la conservation par contre, là réside tout le problème… Si vous comptez les dévorer tous tout de suite, ce sera parfait. Si vous ne faites pas de glaçage, les stocker comme d’habitude dans une boite en métal hermétique sera parfait. Par contre si vous voulez les glacer, plusieurs options s’offrent à vous. En principe, il faudra les mettre au frigo car le philadelphia est meilleur froid et qu’il en a besoin pour sa conservation. Par contre le frigo rendra vos biscuits plus mous. Vous pouvez donc les conservez au frigo puis les sortir un peu avant de les déguster (ils retrouveront en partie leur croustillant, technique testée et approuvée). Autre solution : ne pas glacer l’intégralité de vos biscuits tout de suite, conserver le glaçage au frigo et les biscuits dans une boite et les glacer au fur et à mesure de la dégustation.

.IMG_20191108_215918__01

.

Temps : 35mn de préparation, 2h de réfrigération, 10mn de cuisson, 30mn de refroidissement
Conservation : 4/5j dans une boite en métal hermétique ou au frigo (cf les explications ci-dessus)
Pour 60 biscuits

.

Ingrédients :

Pour la pâte :

  • 300g de farine
  • 0,5 cuillère à café de levure chimique
  • 0,25 cuillère à café de sel
  • 1 cuillère à café de cannelle en poudre
  • 170g de beurre à température ambiante
  • 150g de sucre
  • 1 gros œuf
  • 2 cuillères à café de vanille liquide

.

Pour la garniture :

  • 15g de beurre
  • 50g de sucre
  • 2 cuillère à café de cannelle en poudre

.

Pour le glaçage :

  • 500g de philadelphia
  • 125g de sucre glace
  • 5 cuillères à café de cannelle
  • (facultatif : un peu de fleur de sel)

.

IMG_20191108_215854__01__01

.

Recette :

Pour la pâte :

  • Mélangez ensemble la farine, la levure, le sel et la cannelle et réservez. Dans un autre récipient, crémez le beurre mou avec le sucre jusqu’à ce que le mélange blanchisse. Incorporez l’oeuf et la vanille puis les poudres. Mélangez bien jusqu’à ce que la pâte soit homogène. Si elle vous paraît trop molle, ajoutez de la farine petit à petit jusqu’à obtenir une consistance que vous pourrez travailler facilement.

.

Pour le façonnage et la garniture :

  • Divisez la pâte en deux parts égales et étalez chacune en deux rectangles de 22x17cm environ(soit 0,6cm d’épaisseur) sur un plan de travail fariné. Faites fondre le beurre et badigeonnez-en les pâtes à l’aide d’un pinceau. Mélangez le sucre avec la cannelle et saupoudrez-le sur les pâtes beurrées. Roulez les pâtes dans le sens de la longueur (soit le long côté sur lui-même) en essayant de bien serrer. Réfrigérez la pâte environ 2h après l’avoir enveloppée de film étirable.
  • Préchauffez le four à 180°. A l’aide d’un couteau bien tranchant, coupez les rouleaux de pâte en tranches de 0,7cm environ. (Si les biscuits ne sont plus parfaitement ronds vous pouvez rectifier leur forme à ce moment là à l’aide de vos doigts si vous le désirez). Déposez-les sur des plaques de cuisson recouvertes de papier sulfurisé ou de silpat en les espaçant de quelques centimètres et enfournez pour 10mn environ : l’extérieur des biscuits doit commencer de dorer. Laissez les biscuits reposer 5mn sur les plaques avant de les laisser refroidir sur une grille à température ambiante 30mn environ.

.

Pour le glaçage :

  • Mélangez tous les ingrédients ensemble. Versez le glaçage dans une poche à douille munie d’un embout rond de taille moyenne et pochez-le en spirale sur les biscuits. Si vous aimez, vous pouvez parsemer le glaçage de vos biscuits d’un peu de fleur de sel (juste un peu) pour casser le côté sucré.

Cidre chaud aux épices (ou mulled cider)

     La température extérieure est désormais telle que sortir sans gants et bonnet s’apparente à une mort à petit feu causée par le vent qui semble porter des petits coups de couteau à chacun de ses souffles. Il est donc temps de déclarer ouverte la saison des boissons chaudes (très chaudes) et épicées (et même un peu alcoolisées parfois). Ayant déjà fait du vin chaud (un délice), je me suis demandée ce qu’une version plus douce donnerait. C’est là que m’est venue l’idée de faire du cidre chaud aux épices sur le modèle de mon jus de pomme chaud. J’ai tout d’abord tenté une version avec des fruits (comme pour le vin chaud) mais j’ai trouvé que ces derniers prenaient trop le pas sur la pomme qu’on ne sentait plus du tout du fait de sa douceur. J’ai donc ensuite opté pour une réalisation totalement exempte de fruit (vous pouvez ajouter un peu d’orange bio si vous désirez, mais rien de plus) avec la même dose d’épices que dans le vin chaud de Christophe Felder mais beaucoup moins de sucre évidemment et je suis très satisfaite du résultat. Ce cidre chaud se boit comme du petit lait 😉

.IMG_20191111_163029__01.jpg

.

Temps : 10mn
Conservation : aucune (à boire chaud évidemment)
Pour un peu moins d’un litre de cidre chaud

.

Ingrédients :

  • 1 bouteille de cidre de pomme brut (de 75cL)
  • 100mL d’eau
  • 50 à 60g de sucre semoule (à adapter selon votre cidre et votre goût)
  • 2 bâtons de cannelle
  • 2 étoiles d’anis
  • 2 clous de girofle
  • 1 pointe de couteau de noix de muscade râpée

.

Recette :

  • Mettez tous les ingrédients dans une casserole et portez le tout à ébullition. Laissez frémir de 5 à 10mn en remuant de temps à autres. Filtrez à l’aide d’un chinois. Servez et dégustez !

 

Oeufs cocottes aux champignons

     C’est un repas tout automnal et super rapide que je vous propose dans cet article. Je raffole des œufs cocottes mais je les mange toujours à la fondue de poireaux car je suis dingue de cette version. Cette semaine, j’ai voulu changer et j’ai donc réalisé une nouvelle variante avec des champignons. N’ayant que peu de choix à la capitale, j’ai opté pour des champignons de Paris (évidemment) mais je vous recommande, si vous le pouvez, d’utiliser des champignons avec plus de saveur. Je pense sincèrement qu’une version aux trompettes serait à tomber à la renverse !

.

IMG_20191108_171524__01

.

Temps : 10mn de préparation + 8mn de cuisson
Conservation : aucune
Pour 2 personnes (comptez deux œufs cocottes chacun)

.

Ingrédients :

  • 4 échalotes
  • 400g de champignons (de Paris, des trompettes, etc)
  • une noix de beurre
  • du sel et du poivre
  • 4 œufs
  • 4 cuillères à soupe de crème liquide
  • un peu de gruyère râpé

.

IMG_20191108_171553__01

.

Recette :

  • Préchauffez le four à 220°.
  • Épluchez et émincez les échalotes. Équeutez (si nécessaire), lavez et émincez les champignons. Faites revenir les échalotes à la poêle, sur feu moyen, dans un peu de beurre. Une fois qu’elles sont caramélisées (c’est très rapide), ajoutez les champignons et poursuivez la cuisson pendant 5mn environ en l’oubliant pas de mélanger afin que les échalotes et les champignons ne brûlent pas. Attention, ne couvrez surtout pas la poêle afin que l’humidité des champignons s’évapore ! Salez et poivrez puis répartissez le mélange dans 4 ramequins.
  • Cassez un œuf dans chaque. Versez une cuillère à soupe de crème autour de chaque jaune d’oeuf. Salez, poivrez puis parsemez de gruyère râpé. Enfournez pour 8 minutes environ. Sortez les ramequins dès que les œufs sont pris (soyez vigilant si comme moi vous utilisez des ramequins larges car les œufs cuiront plus vite). Servez chaud.

Panna cotta coco/myrtilles (option vegan)

     Même si j’ai un goût bien plus prononcé pour les goûts chauds comme les épices, l’orange ou le chocolat, je ressens parfois un besoin de fraicheur, surtout à la fin du repas (donc pour le dessert). C’est de là que m’est venue l’idée saugrenue de faire des panna cotta à la noix de coco et à la myrtille. L’association, bien qu’originale, fonctionne très bien car l’acidité de la myrtille contrebalance bien le sucré du coco. Et pour une fois, je vous propose une alternative vegan car il y a très peu d’ajustements à faire dans la recette !
J’ai essayé de peu sucrer les panna cotta mais je pense qu’il est peut-être encore possible de diminuer les quantités. En tout état de cause elles sont fermes juste comme il faut. Je trouve que le visuel fonctionne aussi très bien. Un dessert simple mais élégant pour servir à des invités !

.

IMG_20190819_180247__01

.

Temps : 15mn de préparation + 2h à 4h de repos
Conservation : plusieurs jours couvertes au réfrigérateur
Pour 6 verrines

.

Ingrédients :

Pour le coulis :

  • 200g de myrtilles
  • 20g de sucre

.

Pour les panna cotta :

  • 4g de gélatine (2 feuilles)
  • 40cL de crème de coco
  • 10cL de crème fraiche entière liquide
  • 75g de sucre

.

option vegan :

  • 50cL de crème de coco
  • 75g de sucre
  • 1g d’agar-agar

.

IMG_20190819_180234__01

.

Recette :

Pour le coulis :

  • Faites chauffer les myrtilles dans une casserole sur feu moyen avec le sucre en mélangeant bien jusqu’à obtenir une compotée. Mixez le tout et réservez au frigo.

.

Pour les panna cotta :

  • Faites ramollir la gélatine dans un grand bol d’eau froide 15mn avant de démarrer la préparation de vos panna cotta. Versez la crème de coco, la crème liquide entière et le sucre dans une casserole. Portez à ébullition sur feu moyen sans cesser de remuer. Égouttez la gélatine et incorporez-la hors du feu à la crème en faisant attention à ce qu’elle soit intégralement dissoute. Versez le tout dans 6 verrines et laissez refroidir 2h à 4h au réfrigérateur. Versez le coulis de myrtille sur les panna cotta et laissez reposer au frigo jusqu’au moment de servir.
  • Pour l’option vegan : Versez la crème de coco et le sucre dans une casserole. Chauffez à feu moyen sans cesser de remuer et incorporez l’agar-agar lorsque la crème est chaude. Portez à ébullition pendant 2mn avant de verser la crème dans 6 verrines. Laissez refroidir 2h à 4h au réfrigérateur. Versez le coulis de myrtille sur les panna cotta et laissez reposer au frigo jusqu’au moment de servir.

Cookies orange et pépites de chocolat

     Après une petite pause bien méritée suite au rush d’Halloween, je reviens vers vous pour une recette toute simple, aux sublimes saveurs hivernales, idéale pour le goûter en ces vacances de Toussaint : des cookies orange et pépites de chocolat ! Rien à dire de plus hormis qu’ils sont super parfumés et moelleux comme on les aime. Un délice !

.

IMG_20191025_160750__01

.

Temps : 10mn de préparation + 12mn de cuisson
Conservation : 4/5j dans une boite métallique hermétique
Pour 17 cookies environ

.

Ingrédients :

  • 195g de farine
  • 0,75 cuillère à café de levure chimique
  • 0,5 cuillère à café de bicarbonate
  • 0,75 cuillère à café de fleur de sel
  • 35g de sucre en poudre
  • Le zeste d’une demie orange (bio du coup)
  • 115g de beurre doux à température ambiante
  • 120g de cassonade
  • 1 gros oeuf
  • 1 cuillère à café de Grand Marnier (facultatif mais c’est meilleur)
  • 125g de pépites de chocolat
  • 50g d’oranges confites coupées en dés

.

Recette :

  • Préchauffez le four à 180°. Dans un premier récipient, mélangez ensemble la farine, la levure, le bicarbonate et la fleur de sel et réservez. Dans un second de petite taille, écrasez le sucre avec les zestes d’orange jusqu’à ce qu’il soit entièrement parfumé. Dans le troisième, crémez le beurre avec les sucres jusqu’à ce que le mélange blanchisse et soit bien homogène. Incorporez l’œuf et le Grand Marnier puis les poudres et enfin les pépites de chocolat et les dés d’orange confite.
  • Tapissez vos plaques de cuisson de papier sulfurisé ou de silpat et déposez-y des tas de pâte équivalents à une grosse cuillère à soupe chaucun en n’oubliant pas de les espacer (les tas s’étaleront à la cuisson). Enfournez les cookies 12 à 15mn puis laissez-les refroidir 2/3mn sur la plaque avant de les transvaser sur une grille jusqu’à refroidissement complet.

Monster cake (layer cake chocolat caramel)

     Eh oui, aujourd’hui, 30 octobre 2019, à la veille de la fête d’Halloween, je vous dévoile la toute dernière recette réalisée expressément pour cette soirée (et la plus belle également). Il s’agit d’un monster cake (bon plutôt mignon reconnaissons-le mais c’est un monstre quand même !) composé d’une base de gâteau moelleux au chocolat, de caramel au beurre salé et évidemment d’un glaçage vanille au philadelphia pour la déco (et le fourrage aussi, on ne va pas bouder plus de garniture et de gourmandise ;)). Je me suis quasi exclusivement basée sur la recette de layer cake de Lilie Bakery pour réaliser ce gâteau (en diminuant drastiquement la quantité de sucre du gâteau que j’ai trouvé beaucoup trop élevée en raison de la présence du caramel et du glaçage). Le résultat est vraiment délicieux ! Le gâteau est bien moelleux et même si on ne le voit pas trop du fait de sa couleur trop proche des génoises, le caramel est bien présent, très soyeux et tout bonnement divin. En plus son côté salé casse le sucre du reste et donne une plus grande dimension gustative au gâteau. Je suis super contente de l’équilibre global. Concernant la déco, je vous avoue avoir un peu galéré car je ne suis pas une aficionado de la pâte à sucre et de la poche à douille (donc de tout ce qui permet de la réaliser en gros) mais au final les choses se sont bien passées (sauf pour le moment où j’ai du tout recommencer car j’ai fait tomber un couteau en plein milieu..). J’aime beaucoup le visuel même si je suis un peu déçue car j’ai mis tellement de temps à prendre ma photo que les éléments en pâte à sucre ont subi le revers de la gravité et… glissé tout simplement, gâchant un peu le visuel dont j’étais si fière à l’origine. Mais bon tant pis c’est la vie ! Je vous conseille donc suite à mes déboires de décorer votre gâteau le plus tard possible (que ce soit concernant les « poils » du monstre ou le placement des éléments en pâte à sucre). Seul réel inconvénient de ce gâteau, c’est qu’il faut le manger vite car le glaçage prendra le goût de votre frigo très rapidement (en moins de 48h). Mais est ce vraiment un inconvénient de devoir manger un tel gâteau au final ? 😉

.

IMG_20191020_213313__01

.

Temps : 40mn de préparation, 20mn de cuisson, le temps de refroidissement des gâteaux, 45mn pour le montage et la décoration environ et 30mn de repos
Conservation : 48h max au frigo
Pour 16 parts environ

.

Ingrédients :

Pour le caramel (vous en utiliserez environ moitié) :

  • 110g de sucre semoule
  • 65g de beurre salé
  • 75mL de crème liquide entière

.

Pour les gâteaux :

  • 255mL de lait demi-écrémé + 1 cuillère à soupe de jus de citron
  • 105g de cacao en poudre non sucré
  • 330g de farine
  • 300g de sucre en poudre
  • 2,25 cuillères à café de levure
  • 2,25 cuillères à café de bicarbonate
  • 0,75cc de sel
  • 130mL d’eau chaude
  • 80mL d’huile
  • 3 œufs
  • 2 cuillères à café de vanille

.

Pour le « glaçage » :

  • 200mL de crème liquide entière
  • 145g de sucre glace
  • 160g de philadelphia
  • 400g de mascarpone
  • 2 cuillères à café d’extrait de vanille
  • du colorant (orange et en poudre pour moi)

.

Pour la décoration :

  • de la pâte à sucre (noire, blanche, rose et orange pour moi)
  • une poche à douille + une douille 233 pour faire les poils
  • facultatif : une spatule pour glaçage et un plateau tournant histoire de se simplifier la vie (je n’en avais pas)

.

IMG_20191020_214458__01

.

Recette :

Pour le caramel :

  • Faites chauffer le sucre dans une poêle à feu moyen (lorsque vous le versez dans la casserole essayez de bien le répartir et de ne pas faire de tas pour avoir une caramélisation homogène). Dès qu’il prend une couleur ambrée, ajoutez le beurre salé coupé en petits morceaux et mélangez vivement. Une fois le mélange homogène, retirez la poêle du feu et ajoutez-y la crème liquide (attention aux éclaboussures). Mélangez jusqu’à ce que le caramel au beurre salé soit lisse et homogène. Versez ce dernier dans un récipient (un pot à confiture fera parfaitement l’affaire) et laissez-le refroidir et épaissir à température ambiante (vous pouvez le placer au réfrigérateur une fois qu’il sera refroidi afin de faciliter son étalage lors du montage).

.

Pour les gâteaux :

  • Mélangez le lait et le citron et laissez reposer pendant 15mn avant d’homogénéiser le tout. Préchauffez le four à 175°. Mélangez les ingrédients secs d’un côté (cacao, farine, sucre, levure, bicarbonate et sel) et les ingrédients liquides de l’autre (lait, eau chaude, huile, oeuf et vanille) puis incorporez les seconds aux premiers petit à petit en mélangeant bien.

  • Une fois la pâte bien homogène, beurrez et farinez 3 moules ronds de 18cm de diamètre (j’ai personnellement fait 3 fournées faute de multiples moules). Répartissez la pâte de façon égalitaire entre chaque pour une cuisson identique (comptez 450g de pâte par moule) et enfournez 20mn environ. La pointe d’un couteau doit ressortir sèche. Laissez refroidir les gâteaux 5mn dans les moules avant de les démouler et de les laisser finir de refroidir sur une grille. (Si vous souhaitez servir votre gâteau le lendemain je vous conseille de vous arrêter à cette étape et de faire la suite le plus tard possible. Dans ce cas conservez vos gâteaux refroidis dans des boites hermétiques ou du papier aluminium jusqu’au lendemain).

.

Pour le « glaçage » :

  • Une fois les gâteaux totalement refroidis, disposez votre cul de poule avec les fouets de votre batteur au congélateur pendant 15mn (facultatif mais cela facilitera la montée de la chantilly). Montez votre crème liquide en chantilly. Lorsqu’elle est ferme et que les fouets y laissent des traces, ajoutez le sucre glace et continuez de battre jusqu’à ce qu’elle soit bien ferme et homogène. Pendant que votre chantilly monte, détendez le mascarpone et le philadelphia en les travaillant à l’aide d’une maryse. Lorsque votre chantilly est prête, ajoutez-y le mélange philadelphia/mascarpone et continuez de battre. Une fois la consistance ferme, ajoutez la vanille et le colorant. Lorsque votre « glaçage » est homogène, réservez au réfrigérateur.

.

Pour le montage et la décoration :

  • Si nécessaire, égalisez vos gâteaux en coupant le dessus afin d’avoir une surface plane. Déposez votre premier gâteau sur votre plat (ou votre plateau tournant si vous en avez un). Étalez une bonne couche de caramel puis du glaçage par dessus. Déposez votre second gâteau. Étalez comme précédemment du caramel et du glaçage et déposez votre dernier gâteau. Vérifiez que vos gâteaux sont bien alignés puis masquez l’intégralité de votre gâteau d’une fine couche de glaçage (si vous avez une spatule à glaçage cette étape sera plus facile). Il faut que le résultat soit lisse et régulier. Si les gâteaux se décalent pendant cette étape, veillez à bien les réaligner. Placez au frais une trentaine de minutes pour que le glaçage prenne.
  • Pendant ce temps, préparez les éléments en pâte à sucre :
    • Pour les cornes, partez d’un gros boudin de pâte à sucre noire dont vous affinerez un bout et aplatirez l’autre pour lui donner de l’épaisseur à la base.
    • Pour la bouche, étalez de la pâte à sucre noire et découpez-y une demie-lune (8cm de longueur pour la mienne je crois). Si vous le désirez, ajoutez une langue en étalant de la pâte à sucre rose que vous découperez en une demie-lune plus petite et déposerez sur la pâte à sucre noire (normalement appuyer suffi mais si cela ne colle pas humidifiez-la un peu).
    • Pour les yeux, abaissez les pâtes à sucre blanche, orange et noire et découpez deux cercles dans chaque en les faisant de plus en plus petit (respectivement 6, 4 et 2 cm environ). Empilez-les dans cet ordre et ajoutez un petit rond blanc au centre du noir. Là encore si les éléments ne collent pas assez quand vous appuyez, n’hésitez pas à les humidifier légèrement.
  • Sortez votre gâteau du frigo, munissez-vous d’une poche à douille, de votre douille 233 et de votre glaçage coloré et pochez une première ligne de poils à la base de votre gâteau. Placez votre bouche puis recouvrez l’intégralité de votre gâteau de poils (essayez de ne pas en mettre très épais au niveau des yeux). Une fois votre gâteau complétement poilu, fixez les yeux au dessus de la bouche en appuyant légèrement (vous pouvez les faire dépasser du gâteau pour que le rendu soit moins tassé et plus esthétique) puis déposez les cornes au dessus. Réservez au frais avant de déguster (mais de préférence pas trop longtemps pour que la pâte à sucre ne glisse pas).

Patacitrouilles

     Eh oui pour notre avant dernière recette d’Halloween on persiste dans la citrouille/le potiron parce que qu’est ce que c’est bon (et tellement dans le thème en plus) !!! J’en profite d’ailleurs pour participer au concours Défi cuisine sur le thème « couleurs et saveurs d’automne » histoire de faire d’une pierre deux coups ;).
Pour tout vous dire, réaliser ces pâtes de fruits n’a pas été chose aisée. J’ai trouvé cette idée dans La cuisine des sorciers mais les proportions étaient totalement erronées (3 fois trop de sucre environ…) alors que l’équilibre des ingrédients est primordial pour ce genre de confiseries. J’ai donc eu un résultat décevant car les pâtes de fruit n’avaient pas du tout la bonne consistance : elles étaient excellentes mais collantes et inséchables donc ultra molles (même après avoir prolongé le temps de séchage au four). Enfin bref un désastre. Je vous avoue que j’ai plutôt l’habitude de repousser la résolution du problème dans ce genre de cas et de me dire que je retenterai une autre fois avec une autre recette. Mais pour le coup, cela me tenait particulièrement à cœur car je ne voulais pas descendre plus le nombre de recettes que je vous aurais proposé pour Halloween et parce qu’une de mes grands-mères adore ça et je me devais de les réussir pour pouvoir lui en faire à l’occasion, en étant sure de leur succès. Je suis donc partie avec mes petits doigts faire moultes recherches sur le sujet sur Internet et ces dernières ont fini par aboutir sur une technique particulièrement efficace (encore une fois merci Larousse) que je vais me faire le plaisir de vous livrer ! (Bon j’aurais bien voulu les découper en forme de citrouille pour le principe mais je n’ai pas trouvé l’emporte-pièce adéquate, donc ça a été une belle feuille d’automne au final et c’est plutôt joli aussi ;)).

.

IMG_20191028_180914__01

.

Temps : 15mn de préparation + 24/48h de séchage
Conservation : plusieurs semaines dans une boite hermétique
Pour environ 18 pâtes de fruit de taille standard (mais cela dépendra de l’épaisseur et la taille que vous choisirez)

.

Ingrédients :

  • 140g de purée de potiron (maison ou tout simplement en faisant cuire comme indiqué sur le sachet des cubes de potiron surgelés de chez Picard puis en les mixant (attention il faut faire cuire plus de potiron que la quantité de purée demandée car cette dernière sera moindre du fait de l’évaporation, 140g de purée = 250g de potiron surgelé environ))
  • 140g de sucre à confiture (sucre cristallisé) + une dizaine de grammes pour enrober
  • un trait de jus de citron

.

IMG_20191028_180919__01

.

Recette :

  • Préparez votre purée de potiron et asséchez-la bien dans une casserole sur feu moyen si elle est trop humide (ce sera surement le cas si vous la faites à partir de potiron surgelé). Attention à ne pas la brûler. Pesez-la, remettez-la dans la casserole et ajoutez-y la même quantité de sucre à confiture. Portez à ébullition le tout et faites cuire sans cesser de remuer jusqu’à la consistance souhaitée : la pâte va épaissir et se détacher du fond de la casserole (il m’a fallu environ 10mn). Ajoutez un trait de citron lorsque la pâte est prête et mélangez bien une dernière fois.
  • Tapissez votre moule de papier sulfurisé (j’ai pris un moule de 17x10cm pour 1.5cm d’épaisseur environ) et saupoudrez ce dernier de sucre. Versez la pâte dessus, essayez d’homogénéiser l’épaisseur et saupoudrez le dessus de sucre. Laissez sécher 24 à 48h dans un endroit sec et chaud (le temps de séchage sera conditionné par les conditions de « stockage »). Une fois la pâte prête (elle aura assez durci, tout simplement), découpez-la à l’aide d’un couteau légèrement huilé ou emporte-piècez-la puis enrobez chaque morceau dans du sucre cristallisé.

Brioches au potiron

     Histoire de varier les plaisirs (mais pas spécialement les saveurs, Halloween oblige), on se retrouve aujourd’hui pour une recette de brioches au potiron en forme de citrouilles ! J’ai trouvé cette recette sur le blog de La gourmandise est un joli défaut pour laquelle, à défaut de potimarron que je n’ai pas trouvé, j’ai utilisé du potiron. Visuellement le résultat est super (même pour juste décorer votre table) et les brioches ont un goût subtil de potiron tout en étant bien moelleuses. Pour tout vous dire je les ai dévorées au petit déjeuner avec un peu de nutella, c’était un délice !

.

IMG_20191020_212723__01

.

Temps : 40mn de préparation, 2h30 de repos, 15mn de cuisson
Conservation : 2/3j dans du papier sulfurisé
Pour 8 brioches

.

Ingrédients :

  • 50mL de lait
  • 1 sachet de levure de boulanger déshydraté
  • 250g de farine de blé
  • 300g de farine d’épeautre
  • 1 cuillère à café de cannelle en poudre
  • 1 cuillère à café de mélange pour pain d’épices
  • 65g de sucre
  • 1 cuillère à café de sel
  • 235g de purée de potiron (maison ou tout simplement en faisant cuire comme indiqué sur le sachet des cubes de potiron surgelés de chez Picard puis en les mixant (attention il faut faire cuire plus de potiron que la quantité de purée demandée car cette dernière sera moindre du fait de l’évaporation, 235g de purée = 420g de potiron surgelé environ))

  • 2 œufs
  • 100g de beurre à température ambiante coupé en morceaux
  • de la ficelle alimentaire
  • 8 amandes non émondées

.

IMG_20191020_212943__01

.

Recette :

  • Faites tiédir le lait dans une casserole sur feu doux (cela permet un meilleur contrôle de la température) puis délayez-y la levure. Attention, le lait ne doit pas être trop chaud afin de ne pas « tuer » la levure (personnellement j’utilise mon doigt comme repère : il faut que le lait soit à peu près à la même température). Dans la cuve de votre robot, versez les farines, les épices, le sucre, le sel, la purée de potiron, les œufs et le lait en faisant bien attention à ce que le lait n’entre pas en contact avec le sel et le sucre (afin de ne pas tuer la levure encore une fois). Pétrissez les ingrédients lentement pendant environ 5 minutes pour que la pâte soit bien homogène puis incorporez le beurre petit à petit en augmentant la vitesse du robot. Quand la pâte est de nouveau homogène, formez une boule, couvrez-la d’un torchon humide et laissez-la lever pendant 1h30 environ. Elle doit doubler de volume. (Si comme moi vous mettez la pâte à lever dans un four préchauffé à 30°, pas plus afin de ne pas tuer la levure, le temps de pousse sera plus ou moins divisé par deux).
  • Dégazez la pâte sur un plan de travail fariné en l’aplatissant avec la paume de la pain. Reformez une boule et laissez-la de nouveau lever pendant 15mn sous un torchon humide.
  • Coupez ensuite la pâte en 8 morceaux de poids identiques et façonnez-les en boules. A l’aide de ficelle alimentaire, ficelez chaque boule de pâte comme une paupiette (cf les photos ci-dessous ou la technique expliquée ici, il suffit juste de ne pas faire le tour sur le côté du début). Vous pouvez marquer la pâte en 6 ou 8 quartiers selon vos préférences visuelles ! Cette étape va plutôt vite et est plutôt facile une fois qu’on prend le coup de main. Déposez vos brioches sur une plaque de cuisson recouverte de papier sulfurisé ou de silpat puis laissez-les lever 45mn sous un torchon humide.

1572114229566

  • Préchauffez le four à 180° puis enfournez 15 à 20mn (surveillez bien la cuisson). Une fois les brioches refroidies, enlevez dé-li-ca-tement les ficelles et plantez-y une amande pour faire le pédoncule !

Sceptres magiques apéritifs

     Deuxième recette de notre thématique spéciale Halloween : des sceptres magiques pour l’apéritif. Ici, rien de bien sorcier (;)) sur la réalisation ou le goût (il s’agit de simples tomates/mozza sur des gressins) mais le visuel m’a tout de suite séduite lorsque j’ai feuilleté La cuisine des sorciers. Je trouve le concept vraiment génial. Je ne pouvais qu’essayer moi qui aime tant Le Seigneur des Anneaux, Harry Potter ou même Fantasia ! Du coup, après les avoir réalisés, j’ai juste quelques petits conseils pour cette recette qui égayera forcément votre table magique d’Halloween : soyez prudent lors du trempage dans la mozzarella pour ne pas faire tomber les tomates des gressins, dégustez-les très rapidement avant que le jus des tomates ne trempe trop les gressins et surtout amusez-vous sur le visuel 😉

.

Temps : 10mn de préparation
Conservation : aucune
Pour une douzaine de sceptres

.

IMG_20191020_212550__01.jpg

.

Ingrédients :

  • une douzaine de tomates cerises, bien rondes et assez grosses, de couleurs variées
  • une boule de mozzarella
  • une douzaine de gressins fins
  • 1 cuillère à soupe d’herbes (thym, basilic,etc)

.

Recette :

  • Lavez et séchez les tomates cerises. Coupez la mozzarella en petits morceaux et faites-la fondre dans une casserole à feu doux. Pendant ce temps, à l’aide d’un couteau fin et bien aiguisé, taillez une croix dans les tomates cerises à l’endroit où vous les piquerez afin de faciliter la suite des opérations. Plantez chaque tomate dans un gressin (n’hésitez pas à couper une partie des gressins pour rendre les sceptres plus esthétiques en terme de proportions et pour faciliter, là encore, le piquage). Une fois la mozzarella fondue, ajoutez les herbes et mélangez puis trempez chaque tomate dans la mozzarella fondue. Soyez précautionneux afin que la tomate ne tombe pas du gressin. N’hésitez pas à vous aider de vos doigts afin de faciliter cette étape si la température du fromage vous le permet (pour moi ça allait niquel). Enroulez les fils de mozzarella autour du gressin en le tournant et laissez les sceptres refroidir dans un verre. Consommez très rapidement avant que la tomate ne mouille trop le gressin.

Jus de citrouille

     Halloween 2019, c’est partiiii !!! Cette année j’ai décidé de m’y prendre tôt et si vous me suivez sur Instagram, vous avez pu voir un aperçu de toutes mes créations du week-end (plus de 10h de cuisine en tout, autant vous dire que ça m’a bien occupée !). Je me suis orientée vers quelque chose de plus « magique » qu’effrayant cette fois-ci car j’étais en manque d’inspiration et l’univers fantastique a toujours bercé toutes les composantes de ma vie (imagination, lecture, cinéma, etc).  Dans tout ce que j’ai pu tester (soit 6 recettes), une seule ne vous sera pas proposée dans les deux semaines qui arrivent : la recette de la bièraubeurre. En effet, j’ai testé celle proposée par Gastronogeek et présentée comme LA meilleure bièraubeurre qui existe et… c’était sincèrement ignoble… La recette était composée entre autre de bière, de beurre et de glace et les couches de gras se dissociaient après quelques secondes de repos. Yeuuurk. Après, je pense sincèrement que si les recettes françaises de bièraubeurre ne fonctionnent pas c’est à cause de leur appellation trompeuse. En effet le butterbeer anglais est devenu logiquement le bièraubeurre français. Mais l’appelation « butter – beer » ne viendrait pas à mon sens de beurre ajouté dans de la bière mais plus du butterscotch qui est un caramel écossais (le mot butter fait alors référence au beurre qui compose le caramel avec le sucre et la crème comme dans le caramel au beurre salé français). Cela paraitrait plus cohérent avec les livres de J.K. Rowling qui décrivent son goût comme doux, sucré et caramélisé. En définitif, il s’agirait plus de bière au caramel que de bière… au beurre ;). Des recherches que j’approfondirai en ce sens pour l’année prochaine où je vous livrerai très certainement MA vision de la recette de la bièraubeurre.
Enfin bref, très large digression de ma part sur le sujet xD. Si l’on revient à nos moutons, concernant cette recette de jus de citrouille, elle est quant à elle délicieuse. Le goût de citrouille n’est pas trop prononcé (je sais que cela peu effrayer les plus réfractaires à la courge :p) et les épices rappellent les jus de pommes chauds sur les marchés de Noël. Vraiment parfait à déguster le week-end prochain en révisant vos cours de potion à Poudlard 😉

.

IMG_20191020_212453__01

.

Temps : 5mn de préparation
Conservation : 2/3j au frigo
Pour 1,5L environ

.

Ingrédients :

  • 300g de purée de potiron (maison ou tout simplement en faisant cuire comme indiqué sur le sachet des cubes de potiron surgelés de chez Picard puis en les mixant (attention il faut faire cuire plus de potiron que la quantité de purée demandée car cette dernière sera moindre du fait de l’évaporation, 300g de purée de potiron = 535g de potiron surgelé environ))
  • 1l de jus de pommes
  • 125g de confiture d’abricots
  • 1 cuillère à café de cannelle ou d’épices à pain d’épices

.

Recette :

  • Mixez la purée de potiron avec le jus de pomme puis, une fois homogène, avec la confiture d’abricots puis épicez le jus de citrouille à votre convenance ! Gardez au frais jusqu’au moment de servir.