Cookie bars dulce de leche, beurre noisette et pépites de chocolat

     Récemment je vous ai donné la recette que j’ai utilisé pour faire du dulce de leche. Au début je comptais l’utiliser pour la Chandeleur mais je l’ai oublié. J’ai donc eu un gros pot sur les bras qu’il me fallait utiliser avant qu’il ne périme. J’ai piqué l’idée de faire des cookies bars sur le blog de Crunchy, creamy, sweet en faisant quelques petits ajustements à mon goût. Et croyez-moi, les photos ne rendent pas honneur à ces petites merveilles  ! Ces barres de cookies sont crunchy et chewy à la fois. Le dulce de leche donne comme un petit goût de caramel et une texture un peu collante (comme les carambars). Dé-li-cieux !

.

20170219_2053402

.

Temps : 10mn de préparation + 25mn de cuisson
Conservation : quelques jours dans une boite métallique
Pour 12 barres

.

Ingrédients :

  • 120g de beurre doux
  • 195g de cassonade
  • 1 gros oeuf
  • 1 càc d’extrait de vanille
  • 155g farine
  • 1/2 càc levure chimique
  • 1/8 càc de bicarbonate
  • 1/4 càc de sel
  • 125g de pépites de chocolat
  • 150g de dulce de leche

.

20170219_2053132

.

Recette :

  • Préchauffez le four à 180°.
  • Faites fondre le beurre et laissez le chauffer jusqu’à obtenir un beurre noisette (il va mousser puis « chanter » puis roussir et dégager une odeur de noisette). Mélangez-le à la cassonade. Ajoutez l’oeuf et la vanille. Incorporez ensemble la farine, le bicarbonate, le sel et la levure chimique puis les pépites de chocolat.
  • Beurrez un plat carré de 20cm de côté puis tapissez-le de papier sulfurisé. Répartissez le mélange dans le moule. Ajoutez la confiture de lait dessus en essayant de la répartir à l’aide du dos d’une cuillère ou d’un couteau. Enfournez pour 20/25mn. Laissez refroidir complétement avant de couper les barres.

Dulce de leche ou confiture de lait

     Vous connaissez probablement tous la technique pour faire de la confiture de lait grâce à une conserve de lait concentré sucré chauffée au bain-marie. C’est pourquoi je ne vous proposerai pas cette technique mais une autre proposée par Bernard qui permet d’utiliser du lait entier directement. Le rendu est délicieux et plus proche du goût du lait que les autres recettes de dulce beaucoup plus sucrées. En plus,  cette technique est plus rapide ! Je vous recommande donc d’essayer 😉

.

20170219_172229

.

Temps : environ 1h20

Conservation : quelques semaines au frigo (mais pensez alors à le sortir à l’avance pour l’utiliser car il figera)

Pour un gros pot (entre 400 et 500g)

.

Ingrédients :

  • 1 litre de lait entier
  • 275g de sucre
  • 1 pointe de bicarbonate de soude

.

20170219_172236

.

Recette :

  • Mettez le sucre, le lait et le bicarbonate dans une casserole. Portez à ébullition et laissez cuire 30 à 40mn en remuant régulièrement, jusqu’à ce que le lait réduise et jaunisse. Laissez encore bouillir une quarantaine de minutes sans cesser de remuer cette fois, jusqu’à ce que le lait soit épais et marron clair. (Si le mélange est plus liquide que la confiture de lait à ce stade, c’est normal. Le mélange se solidifiera un peu en refroidissant). Versez dans un pot stérilisé et dégustez !

Pâtisserie Mourot-Devos à Dijon

     Cela n’a pas pu vous échapper : il y a quelques jours c’était la St Valentin. Je n’ai pas de raison particulière de la fêter de mon côté mais je voulais quand même vous préparer un petit quelque chose. Manque de pot, non seulement je suis tombée malade mais en plus j’ai été submergée par le travail à cause d’un nouveau stage assez éloigné de mon domicile qui me fait passer une grosse partie de la journée dans le train (ô joie !). Du coup je ne vous ai rien préparé cette année (j’ai aussi loupé la Chandeleur d’ailleurs…). Promis je me rattraperai l’année prochaine ! Je peux difficilement faire pire en même temps 😉

     Par contre, ce n’est pas parce que je n’ai pas le temps de cuisiner ou de raison pour fêter la St Valentin qu’il ne faut pas se faire un petit plaisir 😉 . Du coup, j’ai profité d’une longue pause-déjeuner le 14 février pour visiter une pâtisserie de Dijon. J’en ai choisi une proche du boulot mais aussi bien notée sur internet pour pouvoir vous recommander une bonne adresse. Malheureusement, j’ai été assez déçue… J’avais pourtant pris une pâtisserie conseillée par la vendeuse qui avait l’air délicieux : une base brownie surmontée d’une mousse chocolat blanc et une mousse au caramel (plutôt prometteur pourtant). Au final le brownie était délicieux mais les mousses beaucoup trop sucrées, tellement sucrées qu’on ne sentait pas leur goût. Si la vendeuse ne m’avait pas indiqué les saveurs du gâteau, je n’aurais jamais deviné.

20170214_133557.jpg

     Alors, je sais que je suis de plus en plus exigeante en pâtisserie, envers moi-même (je suis vraiment nulle en déco, je loupe parfois des gâteaux avec lesquels je n’ai jamais eu de problème, le sirop de sucre est ma bête noire, etc) mais du coup aussi envers les autres (c’est le revers de la médaille). Je deviens un peu une « extrémiste » qualitative de la pâtisserie : je suis quasi-constamment déçue des desserts au restaurant par exemple (à tel point que souvent je n’en prends plus quand bien même il s’agit de ma partie préférée du repas). Donc, ok, j’assume, j’ai peut-être un problème à ce niveau-là et mes standards ne sont pas les standards classiques mais à 3.80€ la part, j’estime qu’on peut exiger une certaine qualité (qui frôle l’excellence) et dans ce cas, je trouve qu’il est normal d’être déçue lorsque la pâtisserie est tellement sucrée qu’elle s’en trouve presque sans saveur. Ceux qui me suivent sur Instagram le savent, il y a deux semaines j’ai fait un saut chez Bernachon pour me régaler d’un de ses fameux éclairs. Et le prix d’un éclair chez le pâtissier réputé faire les meilleurs éclairs au chocolat de Lyon (et dans les meilleurs de France) est environ d’un euro moins cher (soit 25%…). Le calcul est donc vite fait pour moi…

170218_212041_collage-1

     Mais je vous avoue que je suis quand même très surprise. Les critiques sont excellentes sur le petit Futé et Yelp. Je suis peut-être mal tombée du coup. Je réessayerai une autre gourmandise bientôt pour confirmer ou infirmer mon opinion ! Il y a peut-être aussi le fait que je n’ai pas gouté leurs chocolats, qui constituent une partie de leur renommée (cette maison est la seule à faire de la sculpture sur chocolat à Dijon). Une opinion à (re)forger donc. Je vous tiendrai au courant !

.

Adresse :

83 Rue Chabot Charny

21000 Dijon, France

Crèmes au chocolat de C. Felder

     En ce moment je suis obsédée par le fabuleux livre Pâtisserie de Christophe Felder. Du coup comme je cherchais une recette de crème dessert pour finir le repas, c’est naturellement que j’ai ouvert LA bible (et autant vous dire que ça ne sera pas la dernière) !

     Ces crèmes au chocolat ne sont pas exactement ce que je cherchais puisque j’étais plutôt en quête d’une note douce sur laquelle finir le repas mais elles n’en restent pas moins excellentes. Elles sont très fortes en chocolat, fermes et soyeuses. Si vous êtes adeptes de chocolat bien noir et que les calories ne vous font pas peur, cette recette est faite pour vous.

.

20170129_1336283

.

Temps : 10mn  + 2h de réfrigération

Conservation : Quelques jours au frigo

Pour 4/5 verrines

.

Ingrédients :

  • 120g de chocolat noir à 70%
  • 30g de sucre semoule
  • 3 jaunes d’oeuf
  • 150g de crème liquide entière
  • 150g de lait entier

.

20170129_133430

.

Recette :

  • Hachez finement le chocolat et mettez le dans un récipient.
  • Fouettez les jaunes avec le sucre sommairement : le mélange ne doit pas blanchir.
  • Portez la crème et le lait à ébullition sur feu moyen. Versez le liquide chaud sur les jaunes d’œuf tout en remuant. Remettez le mélange dans la casserole et faites chauffer sans cesser de remuer jusqu’à ce que la crème nappe la cuillère (à 82°). Versez le liquide en trois fois sur le chocolat en remuant jusqu’à incorporation totale à chaque fois. (Optionnel : passez un coup de mixeur plongeant pour plus d’onctuosité.) Répartissez la crème dans des verrines. Placez au réfrigérateur 2h.

Croque-montagnards

Bon d’accord, j’avais dit qu’on essayerait de faire light en début d’année et… c’est loupé ! Avec le froid qui nous a touché la semaine dernière, il faut dire que j’avais plutôt envie de nourriture bien réconfortante comme un croque-monsieur. Et pour utiliser les restes de fromage à raclette, quoi de mieux que de transformer le croque-monsieur classique en croque montagnard ! Je dois cette idée au livre Croques, tartines et bruschettas qui regorge de variantes pour changer un peu des recettes traditionnelles 🙂.

.20170129_1314073

.

Temps : 25mn

Pour 4 croques

.

Ingrédients :

  • 8 grandes tranches de pain de mie complet
  • 2 oignons
  • 100g de lardons (de bacon pour moi)
  • 200g de fromage à raclette  (pas trop fort pour ne pas camoufler le goût de l’oignon)
  • 50g de beurre
  • sel et poivre

.

20170129_1316012

.

Recette :

  • Préchauffez le four à 210°.
  • Beurrez une face de chaque tranche de pain de mie. Coupez 12 tranches dans le fromage à raclette et émincez les oignons. Faîtes revenir ces derniers avec les lardons dans une poêle à revêtement anti-adhésif jusqu’à ce qu’ils soient fondants et légèrement caramélisés. Salez et poivrez.
  • Déposez une tranche de raclette sur chaque tranche de pain de mie puis répartissez le mélange oignons/lardons de la même façon. Déposez une tranche de pain de mie sur une autre pour obtenir 4 croques et recouvrez d’une dernière tranche de raclette.
  • Enfournez 10mn. Servez avec une salade verte.

Cake ultime au citron de Bernard

Attention tuerie (bis) !!!

     Cette recette  de Bernard a fait le tour de la blogosphère et je comprends pourquoi. Ce cake est ultra moelleux bien que très peu aéré contrairement aux cakes dont on a l’habitude. Il a cette texture un peu « humide » qui est irrésistible dans un gâteau et l’équilibre entre le citron et le sucre est juste parfait.

     Pour tout vous dire je l’avais fait pour mes collègues cette semaine et non seulement il n’a pas fait l’après-midi, tous ceux qui cuisinent m’ont demandé la recette mais en plus on m’en a redemandé dès le lendemain. C’est le genre de gâteaux pour lequel les gens vous disent de participer au meilleur pâtissier une fois qu’ils l’ont gouté (véridique) ! Donc essayez-le, essayez-le, ESSAYEZ-LE !!!

.20170125_123952

.

Temps : 10mn de préparation + 65mn de cuisson

Conservation : 2/3 jours dans du papier sulfurisé (si vous réussissez à en garder jusque-là)

Pour un cake de 7×22 cm

.

Ingrédients :

Pour le cake

  • 145g de beurre fondu
  • 240g de sucre
  • le zeste d’un citron jaune et demi
  • 200g d’œuf (environ 4 oeufs moyens)
  • 180g de farine
  • 1 demi cuillerée à café de levure chimique
  • 100g de jus de citron (environ 2 citrons et demi)

Pour le glaçage :

  • 25g de jus de citron (environ un demi citron)
  • 130g de sucre glace

.

20170125_1237512

.

Recette :

  • Préchauffez votre four à 170°C.
  • Faites fondre le beurre au micro-ondes. Mélangez-le avec le sucre et les zestes très brièvement. Ne blanchissez surtout pas le mélange ! Ajoutez les œufs, puis la farine et la levure et enfin le jus de citron. Mélangez bien entre chaque.
  • Versez la pâte dans un moule à cake de 7x22cm, légèrement beurré si nécessaire. Enfournez pour 65 minutes. Vérifiez la cuisson en enfonçant la lame d’un couteau qui doit ressortir sèche. Démoulez le cake sur une grille. Emballez-le immédiatement dans du cellophane et laissez le dedans jusqu’à refroidissement complet.
  • Quand le cake est à température ambiante, préchauffez le four à 100°. Préparez le glaçage en mélangeant le sucre glace et le jus de citron. Déballez le cake. Positionnez le sur une grille au dessus d’une assiette puis versez le glaçage. A l’aide d’une spatule, lissez le nappage jusqu’à avoir fine couche sur l’ensemble du cake. Placez le tout au four pendant 8 minutes pour sécher le glaçage.

Vin chaud de Christophe Felder

     Attention tuerie !
     Ce vin chaud est le meilleur que j’ai jamais bu, tous marchés de Noël confondus (et j’en ai fait beaucoup je peux vous l’assurer) !!! Pas étonnant quand on sait que cette recette est issue de la bible Pâtisserie de Christophe Felder. Ce vin chaud est assez sucré pour ne pas être acide, mais pas trop pour devenir écoeurant. Les épices sont subtilement dosées et le vin sent bien les fruits. C’est la boisson parfaite pour survivre au gel actuel, lancez-vous !

.

20161230_172815~2.jpg

.

Préparation : 10mn

Conservation : aucune (à boire immédiatement et chaud, évidemment !)

Pour 1L de vin chaud

.

Ingrédients :

  • 1/2 citron
  • 1/2 orange
  • 2 clémentines (1 mandarine à l’origine)
  • 1 bouteille de vin rouge (de 75cL)
  • 190g de sucre semoule
  • 1 bâton de cannelle
  • 2 étoiles d’anis
  • 2 clous de girofle
  • 1 pointe de couteau de noix de muscade râpée
  • 10cL d’eau

.

20161230_1712392

.

Recette :

  • Coupez les agrumes en gros quartiers.
  • Mettez tous les ingrédients dans une casserole et portez le tout à ébullition. Laissez frémir de 5 à 10mn. Filtrez à l’aide d’un chinois. Servez et dégustez !